Icon Sport

La Rochelle face au jury : pas loin de la copie parfaite

La Rochelle face au jury : pas loin de la copie parfaite
Par Rugbyrama

Le 26/07/2022 à 14:02Mis à jour Le 26/07/2022 à 14:19

TOP 14 - C’est l’heure des passages devant le jury pour les 14 équipes du championnat. Après une haletante saison 2021-22, chaque club doit tirer son bilan pour faire mieux l’année prochaine. L’élève Rochelais a indéniablement réussi son année. Il obtient les félicitations du jury en option européenne. Mais, inconstant en fin d’année, le Maritime passe à côté de la copie parfaite.

Depuis leur retour en Top 14 en 2014, les Maritimes n'avaient de cesse de progresser sans jamais conclure. Laissant derrière eux un palmarès toujours vide. Deux demi-finales de Top 14 perdues en 2017 contre Toulon et en 2019 contre Toulouse. Une finale de Challenge européen laissée aux Clermontois en 2019. Et, bien sûr, la saison 2020-2021 et le bourreau toulousain qui privera les Rochelais de deux titres.

Alors, ce trophée de champion d'Europe est d'autant plus historique pour le club, qu'il est le premier. Mais bien que très belle, la copie n'est pas parfaite, inconstants et fatigués en fin de championnat les Rochelais ont laissé filer le doublé.

Le + de la saison : enfin un titre majeur

Avant la saison 2021-2022 quand on ouvrait l’armoire à trophée des Rochelais, on trouvait au fond, sous la poussière, quelques vieilles breloques (coupe de la ligue en 2002 et 2003), mais aucun titre majeur. Après une épopée fantastique en coupe d’Europe (8 victoires en 8 matchs) conclue par un match d’anthologie face aux Irlandais du Leinster, il est là. Ce titre qui s’est fait attendre, toujours effleuré mais jamais attrapé. Les Maritimes sont sur le toit du rugby européen.

Brodée au dessus de leur écusson la saison prochaine, l’étoile représentera, plus qu’un titre, des années de labeur et d’échecs si proche du but. Une belle revanche sur une saison 2020-2021 marquée par ces deux défaites en finale contre Toulouse. On se rappelle la finale de Champions Cup où le carton rouge de Botia en début de match avait fait tourner la rencontre en faveur des Haut-Garonnais.

Grégory Alldritt (La Rochelle)

Grégory Alldritt (La Rochelle)Icon Sport

Le - de la saison : toujours pas de vrai buteur

"Contre le Leinster on a décidé de gagner en marquant des essais." Les mots du talonneur Pierre Bourgarit après la finale de Champions Cup étaient sans équivoque. L’exercice du but n’a pas été une réussite, cette année encore, chez les Maritimes. Comme la saison précédente les Bagnards avaient placé leur confiance en Iahia West. Même si l'ouvreur néo-zélandais a brillé en finale, réussissant un 4/4, il a oscillé toute la saison entre 60 et 70 % de réussite face aux perches. Il termine seulement septième meilleur réalisateur du Top 14 avec 171 point inscrits. Trop peu pour une équipe du standing de La Rochelle, et surtout très loin des 251 points du Lyonnais Léo Berdeu leader du classement.

Sur la seconde marche de ce classement des réalisateurs on retrouve un certain Antoine Hastoy avec 250 points inscrits. Débarqué de la Section Paloise en Charente-Maritime à l’intersaison, l’ouvreur de 25 ans pourrait bien être l’élément qui manquait pour compléter un effectif presque parfait.

Ihaia West - Stade rochelais

Ihaia West - Stade rochelaisIcon Sport

Le match de la saison : Le Bagnard face à l’ogre irlandais

Peut-être même plus que le match de la saison, c’est sûrement celui d’une vie pour les Rochelais. En finale de Champions Cup face à l’ogre irlandais du Leinster, les Rochelais pourtant très costauds, apparaissent comme les outsiders. Ils réaliseront le match parfait. L’immortel Sexton pourtant auteur de 19 points ne décrochera pas son cinquième titre de champion d’Europe. Bloqué par des Maritimes qui inscriront trois essais, en tête celui du Néo Toulousains Arthur Retière à quelques secondes de la sirène.

Un match au scénario hollywoodien. À quinze minutes de la fin, Thomas Lavault, auteur d’un croc-en-jambe sur Jamison Gibson-Park, recevait un carton jaune et laissait ses coéquipiers à quatorze. Ross Byrne en profitait pour redonner quatre points d’avance aux Irlandais. Derrière au score pendant 79 minutes, les Bagnards auront le dernier mot. Les Rochelais ont écrit au courage la plus belle ligne de leur histoire.

Champions Cup - Pierre Bourgarit (La Rochelle) face au Leinster

Champions Cup - Pierre Bourgarit (La Rochelle) face au LeinsterMidi Olympique

Le joueur de la saison : Gregory Alldritt, le perce-muraille

Que dire de plus. Souvent appelé et brillant avec les Bleus, Grégory Alldritt a tout de même disputé 21 matchs sous le maillot jaune et noir cette saison. Le capitaine a sans aucun doute été le leader de l’équipe Maritime. Il est le grand monsieur de la réussite rochelaise sur la scène européenne. Véritable perce-muraille, Grégory Alldritt est le joueur ayant battu le plus de défenseurs (29) en Champions Cup. Détenteur également de la statistique folle de 135 ballons joués à la main dans cette même compétition. Véritable moteur pour son équipe donc, à la tête d’un pack souvent dominant cette saison.

Avec la signature de Yoan Tanga, et la montée en puissance du jeune Matthias Haddad, il sera le chef de l’une des meilleures troisième ligne du championnat.

Grégory Alldritt - La Rochelle

Grégory Alldritt - La RochelleIcon Sport

Et maintenant ? Enfin le bouclier ?

Après avoir remporté la Champions Cup tout peut paraître fade. Mais quand on sait que les Bagnards n’ont jamais soulevé ce Graal qu’est le Brennus, on aperçoit un objectif très clair. Avec un effectif intelligemment complété et l’arrivée de beaux noms comme Yoan Tanga, Antoine Hastoy, Teddy Thomas ou Thierry Païva, les Rochelais font sans aucun doute partie des favoris de l’exercice 2022-2023.

Où voyez-vous finir La Rochelle la saison prochaine ?

Sondage
4870 vote(s)
Champion
Dans le top 6
Ventre mou
Barragiste
Relégué

Par Pierre Magne

Contenus sponsorisés