Midi Olympique

Deuxième meilleure attaque du championnat, Toulouse n’a rien perdu de son appétit

Deuxième meilleure attaque du championnat, Toulouse n’a rien perdu de son appétit
Par Jeremy Fadat via Midi Olympique

Le 17/10/2021 à 18:29Mis à jour

TOP 14 - Les Stadistes avouent être perfectibles sur le plan offensif. Ce qui n’empêche pas le leader indiscutable d’être l’équipe qui inscrit le plus d’essais.

Et dire que Toulouse possède une grosse marge… Invaincu, le champion de France et d’Europe est un leader aussi indiscutable que perfectible. Ce que résume le manager Ugo Mola : "Quand on regarde les matchs ici et là, pas grand monde n’a les mains en haut du guidon dans ce Top 14 et la majorité des matchs sont accrochés. Nous sommes dans notre dixième semaine depuis la reprise, avec six matchs pour six victoires. Il faut savoir apprécier le plan comptable et comptez sur moi pour ne pas trop apprécier le reste." Référence au contenu pour l’heure incomplet. "Comme on l’entend ou on peut le dire nous-mêmes, on n’arrive peut-être pas à mettre notre jeu offensif en place comme on le souhaiterait, note Thomas Ramos. Mais, lors des séances vidéo, on voit qu’il y a tout de même de beaux mouvements."

Les Rouge et Noir n’ont pas assommé tours leurs adversaires par hasard. Pour autant, et c’est logique après une préparation si raccourcie, ils ont d’abord construit leurs succès sur leur défense (la meilleure du Top 14, avec seulement 77 points encaissés) et leur gestion des temps faibles. Mais pas uniquement… "On dit que Toulouse n’est pas en place sur le jeu mais nous sommes numéros un aux essais marqués, pas forcément ceux qui plaisent le plus, plaide Mola. Mais ils sont là." Il a raison. Avec dix-neuf réalisations, ses hommes partagent la première place avec… Lyon. Un Lou qui domine le classement des attaques (167 points) devant… Toulouse (160). "C’est la preuve qu’on ne joue pas si mal que ça", rigole Ramos.

"On n’arrêtera pas de jouer"

Voilà qui montre à quel point l’ogre toulousain n’a rien perdu de son appétit, malgré un manque de justesse par instants. "C’est parfois par excès d’envie, explique Ramos. Ça se met en place, il n’y a pas le feu. On aimerait réussir des actions de soixante mètres derrière. Ce n’est pas le cas aujourd’hui mais ça le sera sûrement demain. On doit se contenter de ce qu’on parvient à bien faire." C’est en recentrant les Palois que Toulouse a trouvé la solution, finissant trois fois dans l’en-but après un ballon porté. "On sait, en entrant sur le terrain, qu’on est capable de s’adapter à toute situation", assure l’arrière international.

Qui sourit : "C’est bien pour leur fierté que les avants marquent aussi de temps en temps." Cela offre en tout cas une palette extrêmement large à un groupe en pleine confiance. Lequel, c’est effrayant pour ceux qui croiseront sa route, est toujours aussi affamé et ambitieux. "Il n’y a que ceux qui se font des passes qui font tomber des ballons, illustre Mola. Le meilleur moyen de ne plus en faire tomber, c’est d’arrêter de jouer. Ici, on n’arrêtera pas, même si j’espère qu’on jouera mieux. Jouer, ce n’est pas s’amuser ou faire de la "baballe". Malgré ceux qui veulent l’intellectualiser, notre sport est le plus simple du monde : il faut avancer, s’appliquer et garder de la continuité quand on est en mesure de le faire."

Contenus sponsorisés