Midi Olympique

Castres, une bière et au lit !

Castres, une bière et au lit !

Le 18/06/2022 à 14:05Mis à jour

TOP 14 - Ravis d’avoir remporté le bras de fer face à Toulouse et d’offrir au CO sa huitième finale, les Tarnais se sont appliqués à vite faire retomber l’euphorie. Il reste un match à gagner, la fête attendra.

Rester focalisé, ne pas se relâcher si près du but. Ils n’étaient pas encore sortis de l’Allianz Riviera que les joueurs du Castres olympique avaient déjà les yeux tournés vers la finale du Top 14, qui se jouera vendredi soir à Paris. Pourtant, dans d’autres circonstances, la soirée exceptionnelle des Tarnais à Nice aurait pu s’étirer jusqu’aux premières lueurs du jour. Pensez donc ! Faire tomber le frère ennemi toulousain champion de France en titre en demi-finale du Top 14 est un exploit assez retentissant pour s’autoriser quelques excès. Mais il n’en fut rien. "On aura toutes nos vacances pour faire la fête", évacuait Julien Dumora, le regard plein de détermination.

Son expérience de "papa" du groupe, qui a déjà vécu des phases finales, est précieuse : "On joue au rugby pour ce genre de moments. On s’était dit qu’il fallait profiter au maximum de l’événement car c’est la première fois que l’on se qualifie depuis 2018. Ce n’est pas anodin. Jouer une finale est un moment rare dans une carrière, il faut en profiter un peu mais basculer très vite."

Fini la célébration, place à la récupération

Dans les faits, à peine les joueurs de Pierre-Henry Broncan se sont autorisés à boire une bière ou deux entre eux, avant de regagner leurs pénates. "Dans le vestiaire, on a calmé tout le monde, détaille le manager Pierre-Henry Broncan. On profite un peu entre nous mais dès samedi on redescend sur terre et on prépare un superbe événement vendredi prochain." L’objectif étant de ne pas dilapider les bénéfices du jour supplémentaire de récupération que leur statut de premier de la phase régulière leur a octroyé, (petit) avantage qu’ont les Tarnais sur leur futur adversaire en finale. Ainsi, pas question de prolonger au-delà du raisonnable l’escapade niçoise.

Après une nuit de sommeil réparatrice, la délégation du CO a pris un vol samedi en milieu de matinée pour rejoindre la sous-préfecture du Tarn. Les joueurs vont profiter de la journée de samedi en famille avant de regarder l’autre demi-finale afin de connaître leur futur adversaire. Dimanche, les entraîneurs Karena Wihongi, Yannick Caballero et le kiné William Stefan joueront (!) la finale de Troisième Série avec leur club de Saïx-Soual face à Canet-D’Aude. Petite respiration pour le staff avant de basculer très vite sur une semaine de travail intense qui peut conduire le CO sur le toit de la France du rugby.

Contenus sponsorisés