Icon Sport

Taofifenua : "Je rêve de partir du RCT sur une bonne note, sur un nouveau titre"

Taofifenua : "Je rêve de partir du RCT sur une bonne note, sur un nouveau titre"

Le 13/04/2021 à 09:48Mis à jour Le 13/04/2021 à 09:51

TOP 14 - De retour en club après un Tournoi des 6 Nations quasi-parfait, Romain Taofifenua espère que le RCT finira sa saison en boulet de canon. Pour que le groupe oublie "l'injustice" du Leinster. À 30 ans, l'international français (25 sélections) a aussi profité de cet entretien pour officialiser son départ du RCT à l'intersaison prochaine. "Grand Tao" s'est ainsi engagé avec le LOU.

Romain, il y a maintenant un peu plus de dix jours, le RCT a été éliminé sur tapis vert en Champions Cup. Comment le groupe a-t-il vécu cet épisode ?

Vous imaginez bien que la frustration était immense... Être éliminé sans pouvoir prouver ta valeur sur le terrain, c'est horrible... Maintenant, il était indispensable de rapidement switcher, et c'était le mot d'ordre du groupe tout au long de la semaine sans match qui vient de s'écouler. Il était important de basculer sur la grosse fin de saison qui se présente à nous. Et je pense que tout le monde est désormais prêt à retrouver le Top14.

Comment gère-t-on ce genre d'événement ? Par des discussions ? Des entraînements plus intenses qu'à l'accoutumée ?

Patrice (Collazo) et les leaders ont énormément pris la parole. Il était important de mettre des mots sur notre déception, afin que le groupe ne s'effondre pas suite à cette injustice. Il y a de la frustration, surtout quand on connaît l'histoire du RCT avec l'Europe, mais désormais c'est à nous de transformer cette issue cruelle en détermination. L'injustice est soldée dans nos esprits, et chacun a déjà basculé sur la fin de saison. Et qui sait, peut-être même que cet épisode nous apportera un supplément d'âme...

Justement, comment le groupe appréhende-t-il la fin de saison, sachant que Toulon est 7e et qu'il vous reste six rencontres pour accrocher une qualification ?

Il ne nous reste pas six rencontres, mais six finales. Le calcul est simple : nous devons tenter de remporter tous nos matchs. Ensuite, ce n'est pas de la langue de bois que de dire qu'il faudra vraiment prendre "match après match", comprenez : construire notre semaine, tenter de l'emporter et repartir à zéro chaque lundi. Et à la fin, j'espère que Toulon sera dans les six.

Continuez.

Je ne crois pas que se mettre la pression soit nécessaire. Il faut simplement que le groupe continue de bosser, et ait confiance en ses qualités. Nous avons un bon groupe, capable de faire de grandes choses. Puis de toute façon, nous n'avons plus le choix, ni le temps de réfléchir. Il faut gagner, raccrocher la sixième place et ne plus la quitter.

Le soleil est de retour, les matchs sont tous décisifs et les phases finales approchent à grands pas : vous qui avez connu les grandes heures du RCT, est-ce que ce goût de printemps vous rappelle de bons souvenirs ?

Il n'y a rien de plus agréable que l'entrée dans le sprint final. Surtout à Toulon, puisque nous avons eu la chance d'y participer pendant plusieurs saisons consécutives. Bien sûr, cela me rappelle de supers souvenirs, mais j'espère surtout que ce groupe parviendra à écrire quelques nouvelles lignes dans l'histoire du club... J'aimerais partager de supers moments pour mes derniers matchs à Toulon...

Avant même de parler de votre avenir, on a le sentiment que vous n'avez jamais été aussi fort que depuis quelques mois. Est-ce quelque chose que vous ressentez ?

Je dois reconnaître que je me sens de mieux en mieux sur les terrains. Je pense que j'arrive désormais à mieux gérer mes efforts au cours d'une rencontre. Cela me permet de jouer libéré, ce qui n'a pas toujours été le cas, et aujourd'hui je me sens épanoui dans mon rugby. Ma principale progression ? J'ai surtout appris à gérer plus intelligemment mon énergie. On parle souvent de l'expérience, mais c'est clair que ce sont les années qui m'ont permis de mieux appréhender et comprendre les attentes qui incombent à mon poste.

Ce qui vous a notamment permis de briller avec le XV de France lors du dernier Tournoi, au point de venir titiller la paire Le Roux/Willemse, qui semblait s'être imposée comme indiscutable en deuxième ligne...

Je prends de plus en plus de plaisir sur le terrain, et ç'a certainement dû se ressentir sur mon jeu avec l'équipe de France. Concernant la hiérarchie, c'est vrai que Bernard et Paul étaient irréprochables, mais j'ai essayé de profiter de quelques blessures ou absences pour montrer qu'on pouvait aussi compter sur moi. J'avais vraiment envie de prouver au staff qu'il pouvait s'appuyer sur moi. J'avais ce désir de montrer que je pouvais faire des différences, que je n'étais pas dans le groupe pour rien.

Vous avez notamment brillé contre l'Angleterre, où vous avez réalisé 17 plaquages, et contre l'Écosse, où vous avez renouvelé cette statistique en seulement 30 minutes...

J'ai ressenti la confiance que le staff pouvait m'accorder. C'était super, mais j'espère sincèrement que ce n'était que le début de l'histoire. Car je me suis éclaté, mais j'ai la conviction que le meilleur est à venir.

Romain Taofifenua (France) sur la pelouse de Twickenham face à l'Angleterr

Romain Taofifenua (France) sur la pelouse de Twickenham face à l'AngleterrIcon Sport

Revenons à Toulon : vous êtes annoncé partant depuis décembre, et vous évoquiez il y a quelques minutes votre envie de prendre du plaisir pour vos "derniers matchs à Toulon". Votre départ est-il officiellement acté ?

C'est en effet un secret de Polichinelle depuis un moment : je me suis engagé pour les trois prochaines saisons avec le LOU.

Qu'est-ce qui a motivé cette décision ?

Je suis à Toulon depuis maintenant sept saisons, j'ai gagné des titres et je me sentais très heureux ici, mais je ressentais ce besoin de changer d'air. Alors quand Lyon m'a contacté, j'ai saisi cette opportunité. J'avais une envie de changer d'atmosphère, de donner un nouvel élan à ma carrière. Puis rejoindre Lyon me permettra de travailler à nouveau avec Pierre (Mignoni)... Maintenant, avant de penser à la saison prochaine, j'ai vraiment l'intention de bien terminer mon aventure toulonnaise. En ce sens, j'espère vraiment que ce groupe ira chercher quelque chose... Je rêve de partir du RCT sur une bonne note, sur un nouveau titre. Ce serait incroyable, et cela me permettrait de partir l'esprit léger. Je veux profiter de ces derniers moments au RCT, où j'ai vécu des moments indescriptibles.

Vous avez beaucoup apporté au RCT (151 matchs), et la réciproque fonctionne évidemment (un titre de Champions Cup) : voyez-vous ces 6 à 9 derniers matchs comme un baroud d'honneur ?

J'ai grandi en tant que joueur, mais également en tant qu'homme ici, à Toulon. Et il est important pour moi de rendre au RCT ce que le club m'a apporté. J'ai envie de tout donner jusqu'à la dernière seconde. J'ai été heureux à Toulon, et j'ai conscience qu'il me reste 6 à 9 matchs pour conclure ce magnifique chapitre de ma carrière de la meilleure des manières possibles...

Avec votre départ, il ne restera plus que Florian Fresia (Rudi Wulf s'est engagé en prêt jusqu'au terme de la saison) du grand RCT des années 2010...

Ça y est, je suis le prochain sur la liste (sourire). On a vécu des trucs si forts, et c'est vrai que j'ai vu partir quasi tous les mecs... C'est bizarre de se dire que Flo sera le dernier gardien de ces titres et de ces magnifiques années. Mais c'est génial, cela permet au club de se reconstruire, de repartir de l'avant, et j'espère que le "RCT nouveau" posera la première pierre de son histoire dès cette saison...

Contenus sponsorisés