Icon Sport

Nouveau maillot, nouvelle équipe féminine, le prix de Pesenti... Lorenzetti dit tout !

Nouveau maillot, nouvelle équipe féminine, le prix de Pesenti... Lorenzetti dit tout !

Le 05/07/2021 à 09:00Mis à jour

TOP 14 - À sa demande, nous avons réalisé en fin de semaine dernière un entretien avec le président du Racing 92 Jacky Lorenzetti, soucieux de communiquer sur un certains nombre de sujets. Nous en avons profité pour lui poser quelques questions sur le départ énigmatique d’Emiliano Boffelli ou les arrivées de Didier Casadéi et Baptiste Pesenti.

Vous avez souhaité prendre la parole pour faire des annonces, quelles sont-elles ?

La première, c’est la création d’une équipe féminine au Racing 92. Nous souhaitons participer, non pas à l’émancipation, mais au respect et à l’égalité que réclament nos compagnes et les femmes de manière générale. Nous avons la chance d’être suivi par nos partenaires. L’équipe intégrera le championnat de Fédérale 2 dès la prochaine rentrée. Notre équipe s’entraînera à Nanterre au stade Vincent Pascucci mais joueront leur rencontre de championnat en levée de rideau de l’équipe professionnelle à la Paris La Défense Arena. Et elle porteront, comme l’équipe professionnelle, le nouveau maillot du Racing 92.

Justement, parlez-nous de ce nouveau maillot. Il paraît que vous avez changé d’équipementier...

Oui, nous avons signé un partenariat avec Nike. Ce nouveau maillot est un peu particulier. L’idée est d’apporter un peu de modernité à l’image du Racing, tout en gardant le côté traditionnel avec nos couleurs historiques. Nous l’avons un peu déstructuré pour rendre ce maillot plus dynamique. Nike, vous le savez comme nous, a des créatifs très performants. Ce maillot nous plaît, j’espère qu’il séduira nos supporters.

Ce maillot, nous ne l’avions pas changé depuis 139 ans et la première victoire contre le Stade français en 1892. Seules l’équipe professionnelle et les féminines le porteront. L’école de rugby et le centre de formation continueront à jouer avec le maillot traditionnel.

Le futur maillot du Racing 92

Le futur maillot du Racing 92Icon Sport

Les partenaires maillot ont-ils également changé ?

Nous avons subi comme toute le monde les difficultés liées à la crise du Covid. Certains partenaires nous ont quitté. Pas beaucoup mais suffisamment pour faire mal. D’autres nous ont rejoint. Et c’est une très bonne nouvelle. Sur le maillot, Randstad leader mondial des ressource humaines, Boulanger leader de l’électroménager et le Groupe Vital spécialiste de l’infogérance depuis 1998 apparaîtront dès la reprise de la saison.Le club compte également un nouvel allié en qualité de partenaire majeur, l’application UP2IT. Fondée par Sébastien Frapolli, l’application UP2IT est le premier réseau social dédié au sport dans le monde. Tous ces partenaires correspondent bien à notre philosophie.

Le futur maillot du Racing 92

Le futur maillot du Racing 92Icon Sport

Vous avez confirmé dernièrement le remplacement de Patricio Noriega dans le staff technique par Didier Casadéi. Quelles sont les raison de ce changement ?

Patricio avait une problématique familiale, mais la réalité, c’est que nous avions envie d’apporter des changements. Nous avons sûrement abusé des jeunes du centre de formation pour notre mêlée et même plus globalement. Nous avions sur la feuille 12 joueurs issus du centre de formation en demi-finale du Top 14. Malheureusement, on s’est fait un peu mangé devant. On a perdu un peu notre touche. Nous avions envie de retrouver un peu de naturel, de fraîcheur dans le secteur de la mêlée, de revenir aux fondamentaux. Le recrutement de Casadéi et de Pesenti aussi exprime cette volonté.

Et puis, Laurent (Travers) a joué et connais très bien Didier (Casadéi). En raison de l’arrêt ou le départ de plusieurs joueurs d’expérience sur lesquels Laurent s’appuyait, nous avions donc besoin de quelqu’un avec qui Laurent sera en harmonie. Nous avons donc fait le choix d’une rugby simple, traditionnel, et je l’espère, performant.

Vous avez souligné les difficultés rencontrées notamment dans le jeu d’avants. On dit que vous êtes encore en quête d’une pointure pour compléter votre recrutement. S’agira-t-il d’un pilier droit ou d’un troisième ligne centre ?

Pour le moment, aucune prévision à ce niveau-là. Nous devons rester dans les clous du Salary Cap. Pour votre information, nous aurons quatre de moins dans l’effectif par rapport à la saison qui vient de s’écouler.

" Boffelli ? Nous nous sommes trompés"

Le départ d’Emiliano Boffelli, un des meilleurs joueurs du monde, après avoir joué seulement quatre matchs la saison dernière est-il un échec ?

Clairement, oui. Nous nous sommes trompés, le joueur aussi. Son adaptation a été très difficile, sa femme n’avait pas pu venir. Il n’a pas supporté de se retrouver seul. Certes, c’est un joueur professionnel qui doit assumer ce genre de difficultés. Mais bon… Il est argentin, ce sont des joueurs qui ont une sensibilité familiale peut-être plus importante que nous. Au final, c’est un échec. Et puis, quand nous l’avons recruté, nous n’avions prévu pas de recruter Gaël Fickou, ni de conserver Teddy Thomas. Pour respecter le Salary Cap, il nous a aussi fallu alléger la masse salariale.

Puisque vous parlez finances, Baptiste Pesenti a été recruté, on dit que vous avez payé une clause de sortie de l’ordre de 500 000 euros. Vrai ou faux ?

Il lui restait un contrat de deux ans (dont une année en option), mais la Section paloise bénéficiait d’une clause sur l’indemnité de formation. Toutefois, son salaire, indemnité de libération comprise, divisé par quatre, puisqu’il s’est engagé sur quatre ans, est égal au salaire de Dominci Bird, moins 10 %.

Vous nous dites donc que c’est une bonne affaire pour vous ?

Voilà, c’est ça !

Contenus sponsorisés