Icon Sport

Le grand huit des Toulousains

Le grand huit des Toulousains

Le 12/02/2021 à 22:19Mis à jour Le 12/02/2021 à 22:53

TOP 14 - Le Stade toulousain s’est imposé ce vendredi avec le bonus offensif à Ernest-Wallon en ouverture de la 16ème journée, face à Pau (31-9), et signe par la même occasion son huitième succès de rang, confortant plus que jamais son statut de leader.

Les semaines se suivent et commencent à se ressembler pour un Stade toulousain qui malgré l’absence d’internationaux poursuit son parcours fou depuis le 1er novembre dernier, date de sa dernière défaite. Voilà maintenant un huitième succès de rang pour Toulouse, qui plus est bonifié, avec une prestation en partie maitrisée malgré la crainte d’un manque de rythme. Pau a pourtant montré de l’envie dans ce duel, mais s’est heurté à son manque de réalisme et a vraiment manqué de justesse.

Si la seconde période a aussi clairement manqué d’intensité, cela n’empêche pas de remarquer que c’est Toulouse qui a su profiter de la situation après avoir parfaitement maitrisé le premier acte, conclu sur le score de 24 à 6. Grâce à une bonne activité autour des rucks, une bonne mêlée, et des trois-quarts toujours déroutants, les Haut-Garonnais ont fait preuve d’efficacité. À l’inverse, l’indiscipline aura coûté cher à des Béarnais intéressants en touche, et plutôt décomplexés.

Quatre essais marqués et une défense de fer

C’est Cheslin Kolbe qui lance le bal offensif, sur son premier ballon en signant un crochet décisif après une percée d’un très bon – une fois de plus – Pita Ahki (9e). La seconde réalisation est un essai de pénalité, suite à une faute de Jess Mogg empêchant Alexi Balès d’aplatir sur une chevauchée côté gauche de Matthis Lebel (14e). Le moral atteint, Pau encaisse un nouvel essai sur une charge d’Emmanuel Meafou après une pénalité jouée rapidement (26e). En fin de rencontre, Yoann Huget sécurise finalement le bonus offensif d’un joli crochet et en puissance après un travail de patience de tout un collectif dans les derniers mètres (72e). Voilà qui ressemble au tarif maison d’un Stade toulousain qui décroche par ailleurs un sixième bonus offensif. Néanmoins, on pourra regretter la maladresse générale au retour des vestiaires et les nombreuses fautes, bien que Toulouse s’est avant tout efforcé de gérer son avance, se nourrissant des erreurs adverses, et Pau s’est trop vite éteint.

Contenus sponsorisés