Icon Sport

Palis : "On est prévenus du piège"

Palis : "On est prévenus du piège"

Le 02/06/2021 à 09:07Mis à jour

TOP 14 – Pour le Castres Olympique, l’ultime journée samedi rimera avec dernier match à Pierre-Fabre contre un concurrent direct. Mais cette réception de Toulon en guise de faux huitième avec une partie des supporters n’affole pas plus que cela l’ailier ou arrière tarnais Geoffrey Palis.

La victoire à Brive était impérative pour continuer d’espérer. Vous avez pris votre destin en mains en deuxième mi-temps, un peu à l’image de votre saison.

Après avoir été menés à la pause, on a su rectifier nos erreurs avec aussi l’entrée de notre banc qui a été bénéfique. Dommage qu’on se soit faire encore peur en fin de match avec notre indiscipline.

Est-ce qu’une semaine de préparation d’un faux 8e de finale contre un concurrent direct Toulon se prépare différemment ?

L’emploi du temps et le contenu sont assez similaires à ce que l’on a connu cette saison, si ce n’est un entraînement ouvert au public ce mardi. Après, en plus de la météo qui fait penser aux phases finales, nous sentons un engouement un peu différent dans le club et en dehors. Ça rend ce match particulièrement excitant. On sait que cela va être un grand rendez-vous et ce sont les matches qu’on a tous envie de jouer.

La réception de Toulon lors de la dernière journée, ça rappelle 2019 où le RCT était venu l’emporter à Pierre-Fabre, vous privant de qualification pour la der de Christophe Urios ?

Même si moi j’y ai pensé, nous n’en avons pas parlé entre joueurs. La différence avec l’autre fois, c’est que les Varois auront quelque chose à jouer. On est donc prévenus du piège.

Dans quels secteurs le RCT est dangereux ?

Au niveau des rucks, c’est très costaud. Ils ont de grosses individualités avec notamment de gros porteurs de balles et de beaux joueurs derrière. On sait que si nous ne sommes pas bien organisés ou que nous leurs rendons certains ballons, ils sauront très bien les exploiter. A nous de ne pas trop les mettre en valeur (sourire).

" Nous verrons s’il y a une bonne surprise"

Au vu de l’incroyable saison qui a marqué votre groupe, le CO mérite-t-il de se qualifier ?

En décembre, quand nous étions relégables et sortant du Covid, c’était impensable de penser se qualifier. On avait la tête au fond du seau et on a réussi à redresser la barre en s’offrant une fin de saison sans la pression négative du maintien mais plutôt avec un challenge excitant. Alors, on mérite de se qualifier oui, mais le problème, c’est qu’il y en a plus de six qui méritent aussi de se qualifier (rires). On va devoir encore le prouver samedi.

Est-ce difficile d’envisager se qualifier en dépendant aussi des résultats des concurrents qui jouent au même moment ?

Au moins, tout le monde jouera en même temps. Sans avoir à trop s’occuper des autres, nous savons que déjà, si nous ne gagnons pas notre match, notre saison sera terminée. Nous verrons à l’issue du match si nous aurons ou pas des regrets mais c’est le jeu.

On vous sent à la fois impatients, motivés et sereins par rapport à ce grand rendez-vous de cette dernière journée décisive.

Cela va monter crescendo d’ici samedi. Nous allons tout donner mais il n’y aura que de la pression positive. Nous verrons ensuite s’il y a une bonne surprise.

Top 14 - Geoffrey Palis (Castres)

Top 14 - Geoffrey Palis (Castres)Icon Sport

A titre personnel, hormis quelques blessures, vous avez quasiment disputé tous les matches. C’est rare dans le rugby pro.

Je suis plutôt content en effet. Le fait que les lignes n’aient pas beaucoup bougé derrière a permis certains automatismes entre nous et d’être prêts pour le sprint final.

C’est toujours la période des adieux en fin de saison. Un petit mot sur le fidèle Tarnais Marc-Antoine Rallier qui raccroche les crampons, entre autres ?

Cela nous fera bizarre de ne plus le côtoyer en tant que coéquipier tant il est là depuis longtemps. Heureusement, il va continuer d’être avec nous en tant que team manager et on en est très contents de garder ce super mec.

Contenus sponsorisés