Icon Sport

Course au maintien en Top 14 : Agen condamné, qui pour être barragiste ?

Course au maintien en Top 14 : Agen condamné, qui pour être barragiste ?

Le 16/03/2021 à 13:01Mis à jour Le 16/03/2021 à 13:07

Top 14 – Alors qu’il reste 7 journées à disputer avant la fin de la saison régulière et donc potentiellement 35 points à prendre pour chaque équipe, la lutte pour le maintien bat son plein. Si Agen est condamné, la place de barragiste est loin d’avoir identifié son futur occupant.

La place de barragiste constitue le dernier enjeu de cette course au maintien en Top 14 et si elle est souvent vécue comme un petit soulagement quand elle est arrachée au soir de la 26ème journée, elle a pourtant de quoi faire frémir au regard de ses deux précédents récents. Avec les exemples de Grenoble en 2018 et de Brive en 2019, les clubs finalistes de Pro D2 ont pour l’instant toujours réussi la performance de faire chuter le 13e de Top 14 lors de ce barrage remis au gout du jour en 2017-2018.

Pour savoir justement qui semble pleinement concerné par cette lutte, les statistiques apportent un éclairage intéressant. Historiquement, il faut en moyenne 46 points pour se maintenir depuis le premier Top 14 en 2005-2006. Les 38 points du SU Agen en 2018-2019 et les 53 points du Stade toulousain en 2016-2017 constituent, respectivement, le plus faible et le plus haut total de points pour un 12ème sur les 14 exercices disputés dans leur intégralité, et sont donc des exceptions.

Avis de temps calme : Lyon, Paris, Castres et Brive

Au regard de l’actuel classement et tenant compte de la barre symbolique des 46 points, Lyon (7e, 47 points) et Paris (8e, 45 points), peuvent avoir l’esprit tranquille. Juste en dessous, on retrouve deux équipes qui paraissent sur la bonne voie, comme en témoigne l’actuelle dynamique de résultats.

Castres (9e, 43 points) a enchainé 6 succès en 9 matchs depuis le début 2021, tandis que Brive (10e, 39 points) a remporté 7 de ses 10 derniers matchs de championnat. Voir le CO et/ou le CABCL craquer sur la fin de saison serait une grosse surprise, d’autant que les résultats sont pour l’instant au rendez-vous et permettent de regarder vers le haut.

Avis de grand frais : Pau, Bayonne et Montpellier

Une lutte à trois semble se dessiner entre Pau (13e, 31pts), Bayonne (12e, 35pts) et Montpellier (11e, 36pts), même si cette période de Covid-19 semble sans-cesse redistribuer les cartes. Peut-être que l’on pourra battre le "record toulousain" de 2017 ? Le MHR et l’Aviron vont mieux, c’est un fait.

Une série de 3 victoires en 4 matchs après 7 revers consécutifs pour le premier nommé, et 3 succès en 5 matchs après presque 3 mois de disette pour le second. Défaite lors ses 3 dernières joutes, la Section offre moins de garantie à l’instant-T. Mais tout peut être remis cause très vite et sans nul doute que les confrontations directes joueront un grand rôle.

Les 3 confrontations directes :

  • Pau / Bayonne (J21)
  • Montpellier / Bayonne (J25)
  • Pau / Montpellier (J26)

Les facteurs-X de chaque équipe aussi. Pau a dans ses rangs le meilleur réalisateur du Top 14 en la personne d’Antoine Hastoy, et Bayonne peut compter sur les finisseurs que sont Aymeric Luc et Joe Ravouvou (7 essais chacun). Quant à l’expérience, elle est clairement du côté de Montpellier. La gestion de la pression qui incombe quand on occupe ce 13e rang sera par ailleurs déterminante, tout comme la fraicheur physique et mentale. Le banc bayonnais a récemment fait la différence, les secrets qui entourent l’infirmerie montpelliéraine sont bien gardés car ils semblent être une clé de voûte tandis que l’effort palois semble se situer dans la cohésion.

Agen, éviter de terminer "fanny"

Le SUA (14ème, 2 points), lanterne rouge depuis la 4ème journée, traverse cet exercice 2020-2021 avec énormément de souffrance. On peut d’ailleurs louer les fidèles encouragements des supporters qui savent leur équipe d’ores et déjà condamnée à la Pro D2 mais qui continuent à apporter leur soutien.

Les Agenais n’ont plus marqué le moindre point depuis ce bonus défensif le 8 novembre 2020 contre Lyon (16-19), à Armandie, et n’ont plus gagné un match de championnat depuis le 22 février 2020, à Brive (16-30) ! Plus d’un an sans victoire, et forcément ce challenge obligatoire de ne pas avoir ce statut de « pire » dernier de l’histoire du Top 14.

Si le record du "meilleur" dernier appartient au LOU, lors de la saison 2014-2015 avec 41 points (8 victoires), à l’opposé trois équipes partagent le triste bilan de seulement 2 succès : Bourgoin (2010-2011), Mont-de-Marsan (2012-2013) et Perpignan (2018-2019).

Mais c’est le CSBJ qui totalise le plus faible nombre de points, sur cette même saison 2010-2011, avec seulement 6 points récoltés (5 points avaient été retirés sur décision administrative). Les Lot-et-Garonnais, maintenus avec 38 points en 2018-2019, avaient déjà présenté le plus faible total pour une position de 12ème et ne peuvent déjà plus atteindre ce bilan.

Contenus sponsorisés