Icon Sport

Garbajosa : "On se tire une balle dans le pied !"

Garbajosa : "On se tire une balle dans le pied !"

Le 24/08/2019 à 21:55Mis à jour Le 25/08/2019 à 14:06

TOP 14 - Montpellier/Top14 Battus sur le fil à Castres (26-25), où Aaron Cruden a raté la transformation de la gagne en coin après la sirène, les Montpelliérains repartent du Tarn avec des regrets. Séduisants offensivement, retrouvés en conquête et solidaires, ils peuvent regretter leur éternelle indiscipline (douze fautes et deux cartons jaunes). Leur manager ne décolérait pas sur ce sujet.

Rugbyrama : Qu’est ce qui domine dans votre esprit ce soir : la frustration d’avoir raté la victoire sur la sirène ou la satisfaction de ramener un bonus défensif de Castres ?

Xavier Garbajosa : Les deux. La frustration car nous faisons tout de même un bon match dans l’ensemble. Et la déception, puisque nous manquons encore de maîtrise. Les mêmes maux qui nous coûtent cher, à savoir l’indiscipline. Il va donc vraiment falloir que je m’attèle à la tâche pour trouver des solutions drastiques afin d’améliorer ce point là. Car, sans cela, tous les efforts que peuvent faire les joueurs seront vains. Et ça c’est problématique.

Tous les maux ne se sont pas répétés puisque vous avez été bien mieux en conquête par exemple, notamment en touche (100% de réussite, NDLR)…

X.G : Les fautes d’indiscipline en conquête, vous savez avec l’interprétation de l’arbitre ce ne sont pas des fautes… Par contre, il y a des fautes stupides : plaquage haut et on encaisse un essai derrière, un écran alors qu’on vient de marquer et on prend trois points. On se fait aussi plaisir avec Jacques (Du Plessis) qui met un coup d’épaule sur Kockott qui le fait “dégoupiller”. Des fautes débiles qui n’ont pas lieu d’être chez nous si on veut franchir une étape et se “payer” sur les efforts réalisés par les garçons ce soir. On ne peut pas faire ces gestes, ce n’est pas possible.

On vous sent donc plus agacé que satisfait de ce point décroché, non ?

X.G : Il y a des fois où on s’en contentera quand on se fera dominer en mêlée, qu’on aura pris trois cartons jaunes et que nous reviendrons du diable Vauvert grâce à un hold-up. Mais là je suis frustré ! Parce que je ne peux pas me contenter d’un point de bonus défensif quand je vois les efforts et les séquences de jeu que les garçons ont réussi à produire. Ce n’est pas possible. Pour moi, c’est complètement ambivalent. On a soufflé le chaud et le froid. Alors, que l’équipe ne marque pas sur une possession intéressante, à cause d’une faute de main ou d’un garçon qui s’isole et qui va un peu trop loin près des lignes. Après avoir remonté le terrain avec de l’alternance et du jeu debout ; là je me dis que c’est un bon axe de travail à développer. Mais ce soir ça me frustre, car il y a eu un bon nombre d’occasions qu’on aurait pu conclure avec plus de maîtrise. Et ainsi de ne pas se faire rejoindre et ne pas concéder ce match. On a joué à treize durant sept minutes... C’était tout de même Castres, avec tout le respect que j’ai pour les autres équipes, à l’extérieur et dans le contexte qu’on connaît. On se tire une balle dans le pied.

Malgré tout, votre équipe a réussi à inverser le momentum du match durant cette période d’infériorité numérique, là où elle aurait pu exploser…

X.G : Cette équipe montpelliéraine a montré des qualités offensives ce soir. De la première à la dernière minute. Castres a pensé avoir fait le plus dur en ayant six points d’avance, mais on a su garder le ballon. Nous avons cette pénalité en mêlée à la fin sur la sirène, suivie d’une touche et d’un ballon porté. Et puis, on conserve encore et encore. Là, par contre, il y a un état d’esprit conquérant dans cette équipe. Elle a montré de la solidarité pour aller chercher ce point qui était important par rapport à la débauche d’énergie. Ça c’est positif et important.

Êtes-vous aussi satisfait du visage "joueur" affiché par le MHR, qui a très souvent relancé à la main de ses vingt-deux mètres ?

X.G : C’est surtout la qualité d’un garçon comme Anthony Bouthier qui a “éclaboussé” l’année dernière la ProD2 par ce type de relance ou de contre-attaque. Aujourd’hui il a une totale liberté dans ce jeu. Le but est de ne pas “customiser” Anthony Bouthier mais d’utiliser ses qualités intrinsèques. Il est capable de contre-attaquer, de déplacer le ballon dans un couloir et de retrouver ensuite Gabi (Ngandebe). Ce soir, des garçons comme Jim Nagusa, Gabi et “Antho” ; ont réussi à se trouver, à déplacer des ballons et à attaquer la ligne. Ils ont une liberté totale. Et face à Castres, je crois que quand “Antho” a tapé une chandelle il a rendu le ballon à l’adversaire… Pour moi, le choix est vite fait. Entre, essayer de provoquer quelque chose et construire, ou menacer une défense jusqu’à ce qu’elle craque et qu’on trouve une faille ; je préfère ça plutôt que de taper une chandelle sans monter au ballon et de le rendre ainsi directement à l’adversaire.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0