Icon Sport

Marti : "Nos finances sont au plus mal"

Marti : "Nos finances sont au plus mal"
Par Vincent Bissonnet via Midi Olympique

Le 04/06/2019 à 10:22Mis à jour Le 04/06/2019 à 15:04

TOP 14 - Outre une nouvelle déconvenue sportive avec sa dixième place finale, l'Union Bordeaux-Bègles doit gérer une situation financière tendue. Laurent Marti a tiré la sonnette d'alarme sur France Bleu Gironde.

Encore une fois passée à la côté de la qualification pour les phases finales, l’Union Bordeaux-Bègles est dans le rouge, aussi : sa santé économique inquiète au plus haut point Laurent Marti, président-propriétaire avec 97% des parts de la SASP. "Nos finances sont au plus mal, a avoué le dirigeant, en place depuis 2007, chez nos confrères de France Bleu Gironde. A nouveau, on rentre dans des difficultés financières qui nous avaient quittés toutes les premières années de Top 14." Pour la première fois depuis la remontée, l’UBB terminera l’exercice avec un déficit.

Laurent Marti réclame concrètement du soutien : "Actuellement, je ne vous cache pas que je réfléchis et que je discute autour de moi pour voir s’il y a des gens qui voudraient venir me rejoindre au niveau de l’actionnariat. Je savais que, cette année, je prenais un risque financier. Les résultats n’ont pas suivi, ce risque financier, je le prends dans la figure. Ce club a des infrastructures superbes, un centre d’entraînement magnifique, le stade Chaban-Delmas, un vrai public, un club des partenaires qui cartonne, une formation avec de très bons résultats, on a tout. Mais il y a un problème dans ce club, c’est que sa pérennité financière ne repose que sur mes épaules et ça ne pourra pas durer éternellement. Donc il va falloir qu’il y ait des gens qui se mouillent un peu plus à mes côtés."

Cet appel vaut également pour les supporters. Si l’UBB possède encore la meilleure affluence de France (20 409 spectateurs de moyenne), il a perdu plus de 1 500 supporters par rapport à la saison passée : "Un des critères pour l’équilibre financier, c’est de retrouver du public", rappelle d’ailleurs Laurent Marti.

Contenus sponsorisés