Midi Olympique

L’antisèche : ce Toulouse-là était trop fort

L’antisèche : ce Toulouse-là était trop fort
Par Rugbyrama

Le 10/01/2021 à 23:54Mis à jour Le 11/01/2021 à 08:28

Top 14 - Le Stade toulousain a facilement disposé du Stade français ce dimanche soir à Ernest Wallon. Dans une rencontre ultra offensive, les Toulousains lavent l’affront du match et deviennent leaders du Top 14.

Le résumé du match : Une victoire au goût de revanche

On attendait beaucoup de ce Clasico. Pour la première fois depuis quelques années, les deux formations étaient dans le haut du tableau avant le début de la rencontre. Pour les Toulousains, ils seront encore plus haut, puisqu’avec cette large victoire, le Stade toulousain s’empare du fauteuil de leader, étant donné que La Rochelle n’a pas joué ce week-end. Surtout, au match aller les Rouge et Noir avaient subi une énorme déconvenue à Jean Bouin, avec une équipe remaniée. Ce soir, les Toulousains ont dominé les débats du début à la fin. Malgré 3 essais encaissés, Toulouse obtient le bonus offensif. Miquel et Dupont ont marqué un essai chacun tandis que les ailiers Yoann Huget et Matthis Lebel ont eux inscrit un doublé. Un dernier essai de pénalité et les Parisiens ont encaissé la bagatelle de 7 essais.

L’attaque des Rouge et Noir, qui est la meilleure du championnat avec 50 essais inscrits en 14 matchs joués, l’a encore démontré ce soir. Les hommes d’Ugo Mola ont envoyé beaucoup de jeu pour obtenir une sixième victoire consécutive et un septième match sans défaite. Leur dernier revers était face au… Stade français, le 1er novembre dernier (48-14). Du côté parisien, le collectif a semblé en dessous. À l’image de son ouvreur Segonds, en difficulté dans ce match, le Stade français n’a jamais réussi à entrer réellement dans son match. Malgré des exploits individuels signés Kremer et Danty, les hommes de Gonzalo Quesada n’étaient pas assez prêts pour un tel affrontement et repartent avec 0 points.

Le fait du match : Lebel devient le meilleur marqueur d’essai du Top 14

Ils étaient nombreux à être co-meilleur marqueur de ce Top 14. Etien, Bourgarit, Retière et Lebel avaient tous marqué 6 essais avant cette 14e journée. Désormais, l’ailier toulousain est seul en haut de ce classement. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, Matthis Lebel en a profité pour inscrire un doublé. Les deux en seconde période. Les deux en finisseur. Pour son premier essai, il n’a eu qu’à terminer le bon boulot de Guitoune pour conclure en coin. Pour sa seconde réalisation, le Toulousain a fait parler ses cannes. Servi par une magnifique de claquette d’Antoine Dupont, qui n’était pas en-avant, l’ailier des Rouge et Noir a fait parler sa pointe de vitesse pour L’international français n’a pas fait le match de sa vie mais avec ses 9 petits ballons touchés, ses 3 duels gagnés et ses 2 essais, Lebel est le meilleur réalisateur de ce championnat.

Le joueur : Guitoune a tout fait

C’est l’un des rares arrières qui n’est pas allé derrière la ligne ce soir et pourtant. Sofiane Guitoune était partout sur la pelouse d’Ernest Wallon. Tantôt à l’interception, tantôt à la passe décisive, le centre a été un véritable poison pour la défense parisienne. Malgré quelques errances défensives, l’ancien international a grandement participé à la large victoire de son équipe. C’est grâce à lui et son interception que le Stade toulousain crée le premier vrai écart de ce match. En seconde période et alors que les Parisiens inscrivaient un essai par Matera et pouvaient encore revenir dans le match, Guitoune a pris la défense parisienne de vitesse pour servir son jeune ailier Lebel qui n’avait plus qu’à conclure. Lui qui était le capitaine des Toulousains lors de la débâcle du match aller avait le goût de revanche et l’a montré ce soir avec une énorme performance.

La question : Le Stade français peut-il rattraper le trio de tête ?

Ce n’était que la 14e journée de Top 14, mais les deux entraîneurs avaient sorti l’artillerie lourde à quelques joueurs près. Les Parisiens venaient avec la ferme intention de ramener quelque chose de ce déplacement en Haute-Garonne. 5e avant le match, le Stade français pouvait recoller au trio de tête s’il ramenait la victoire dans la capitale. Il n’en fut rien. Après un premier quart d’heure de bonne facture, les hommes de Quesada ont été dépassés par la vitesse toulousaine. Cependant, n’en tirons pas des conclusions trop hâtives. Ce Stade toulousain-là est très fort et avec La Rochelle et le Racing 92, semble être au-dessus de la mêlée. Pour le Stade français, la marche était encore un petit peu trop haute. Mais la vérité de janvier n’est pas celle de mai et encore moins celle de juin. Avec leur bon début de saison, les coéquipiers de Maestri, doivent viser le Top 6 voire mieux. Ce genre de rencontre, contre une grosse équipe, était un vrai test que les Parisiens n’ont pas réussi. Segonds est passé à côté de son match comme de (trop) nombreux de ses coéquipiers. Il reste encore beaucoup de temps à cette équipe pour se régler et se tester afin d’être prêt pour la fin de saison, qui pourrait s’annoncer excitante du côté de Jean Bouin.

Le Stade français peut-il rattraper le trio de tête ?

Sondage
8316 vote(s)
Oui
Non

Yohan Lemaire

Contenus sponsorisés