Icon Sport

Top 14 - Grosso : "Les Castrais vont essayer d’appuyer là où ça fait mal mais nous sommes préparés"

Grosso : "Les Castrais vont essayer d’appuyer là où ça fait mal mais nous sommes préparés"

Le 24/01/2019 à 17:12Mis à jour Le 24/01/2019 à 17:29

TOP 14 - Le trois-quarts aile international de l’ASM (30 ans, 5 sélections), qui connait bien la maison castraise, s’attend à une belle réception après le match aller perdu par le champion de France 41 à 6. Avant de repenser au XV de France, Rémy Grosso veut continuer à revenir à son meilleur niveau et performer en club.

Rugbyrama : A quel type de match vous attendez vous à Castres samedi ?

Rémy Grosso : Cela va être rude car ils ont dû cocher ce match depuis longtemps. Je connais un peu la maison et je sais qu’ils sont repartis vexés du Michelin après le match aller (41-6). Les Castrais vont être remontés. Et à juste titre, ils vont nous recevoir comme il faut et en plus ils savent que nous ne sommes pas au complet. Ils vont essayer de mettre les ingrédients pour appuyer là où ça fait mal mais nous sommes préparés. Je n’ai pas joué le match aller mais nous l’avions maîtrisé de bout en bout. Connaissant Christophe Urios et le groupe castrais, les matches à 40 points, ce sont des matches que tu n’oublies pas car ce n’est jamais agréable. Nous aussi l’an dernier nous en avions fait les frais et nous n’oublions pas non-plus.

Est-ce que cette équipe a changé depuis que vous êtes parti ?

R. G. : C’est sensiblement la même équipe. Elle a énormément d’ambitions et elle est présente toutes les saisons. Il y a eu peu de raté, le CO est toujours placé et on l’a vu avec ce dernier titre. Cette équipe est dangereuse, elle a les moyens de ses ambitions, avec un groupe de joueurs qui ne lâche rien et qui adhère parfaitement au projet de jeu du staff. Cette saison, toutes les cartes sont redistribuées. Le CO reste sur une saison magnifique, avec un bon début de championnat car Christophe Urios ne lâche rien. Mais on est dans un championnat où les hiérarchies sont bousculées. Ils ont plus de mal depuis plusieurs mois car le niveau est plus homogène.

Top 14 - Rémy Grosso et Tim Nanai-Williams (Clermont) célèbrent un essai contre La Rochelle

Top 14 - Rémy Grosso et Tim Nanai-Williams (Clermont) célèbrent un essai contre La RochelleIcon Sport

Vous avez vécu la Coupe d’Europe aussi avec le CO. On dit que ce club lâche un peu cette compétition mais Castres reste sur un très bon match face à Gloucester. Cela va les relancer ?

R. G. : C’est sûr que c’est l’une des meilleures campagnes européennes de Castres ces dernières saisons. Pour l’avoir vécu, cela n’a jamais été l’objectif principal du CO. Je ne sais pas si cela l’était cette année mais ils y ont mis du cœur et ils se sont envoyés. J’imagine qu’ils vont se servir de ça pour continuer d’évoluer en championnat et ils auraient tort de s’en priver.

Contrairement à l’ASM, ils n’ont pas d’internationaux absents pour cause de doublon. Vous êtes sur une bonne série de 13 matches sans défaite, vous intégrez des jeunes en Coupe d’Europe… Qu’est-ce que vous vous dites dans le vestiaire ? Qu’il faut mettre un dernier coup de collier avant de partir au Japon ?

R. G. : Nous sommes sur une bonne dynamique, la campagne européenne nous a fait du bien et cela a permis au groupe de tourner aussi. C’est très positif. On est plus sur de la rotation au niveau de l’effectif avec des jeunes qui montent, des joueurs de retour de blessures et c’est bien, cela apporte de l’émulation et de la fraîcheur. Bien sûr, quelques joueurs cadres sont partis en sélection mais ce n’est pas une surprise, le staff le savait. Les entraîneurs avaient ménagé quelques joueurs à Newport en prévision de ce match à Castres. Le groupe est homogène, les internationaux manquent à l’entraînement mais cela ne nous perturbe pas plus que ça. On fait avec et pour l’instant cela se passe bien. On va voir ce que cela donne contre une grosse équipe de Castres. Avant les congés, on aimerait faire un bon match face à un gros morceau. On sait qu’à Castres cela sera autre chose qu’à Newport niveau adversité.

Personnellement, des petits pépins vous ont empêché de performer comme la saison dernière mais vous revenez bien avec un essai libérateur contre Northampton et un doublé à Newport. Rémy Grosso est de retour ?

R. G. : Ce sont les aléas de la vie de rugbyman, il y a souvent des petites blessures embêtantes et je n’échappe pas à la règle. Il y a le dos qui tire un peu… (sourires). Cela empêche parfois de postuler pour le match du weekend mais il n’y a rien de dramatique. J’essaye d’apporter à l’équipe et contre Northampton, c’était un match particulier avec beaucoup de rythme. On pensait tenir le score et on s’est fait peur tout seul. Il y a cet essai de la victoire, tant mieux et il vient récompenser le travail mais ce n’est pas moi qui sauve l’équipe (sourires). Mais c’était très agréable de marquer à nouveau au Michelin et de valider cette qualification.

" Je ne pense pas trop à l’équipe de France car j’ai d’autres objectifs en ce moment. Pour l’instant, je bosse avec l’ASM pour revenir en forme et prendre du plaisir. On verra à l’avenir mais il faut d’abord mettre les choses dans l’ordre. Le club c’est la base, il faut bosser dur et si on le mérite, on est récompensé"

Vous n’avez pas été pris dans le groupe France pour le Tournoi des 6 Nations 2019. Est-ce que cette blessure subie contre les All Blacks en juin dernier vous a coupé dans votre élan ?

R. G. : Oui forcément, surtout quand il y a une opération avec trois mois d’arrêt derrière. Cela m’a permis de souffler et ce n’était pas une fracture très grave. Il a fallu gérer et cette blessure ne m’embête pas plus que ça aujourd’hui.

Vous aviez été appelé au Mondial en 2015 pour jouer contre le Canada avec les Bleus (Il avait inscrit un essai ndlr). Vous pensez toujours à l’équipe de France ?

R. G. : Le staff du XV de France est venu en début d’année au club. Mais il n’y a rien de nouveau. Je ne pense pas trop à ça car j’ai d’autres objectifs en ce moment. Si cela doit venir, cela viendra, c’est comme ça. Pour l’instant, je bosse avec l’ASM pour revenir en forme et prendre du plaisir. On verra à l’avenir mais il faut d’abord mettre les choses dans l’ordre. Le club c’est la base, il faut bosser dur et si on le mérite, on est récompensé.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés