Rugbyrama

Belleau, thérapie par le jeu

Belleau, thérapie par le jeu

Le 09/09/2019 à 13:14Mis à jour Le 09/09/2019 à 13:15

TOP 14 - Encore avec les Bleus la semaine dernière, et même s'il avait compris qu'il n'irait pas à la Coupe du monde, Anthony Belleau a été jeté dans le cage aux lions dès la 15e minute du match Toulon-Lou, suite à la commotion de Louis Carbonel. Un retour attendu, 105 jours après sa dernière apparition.

15e minute de la 3e journée de Top14. Louis Carbonel, titulaire à l'ouverture, doit sortir sur protocole commotion. Il ne reviendra pas. Son remplaçant ? Anthony Belleau qui, en début de semaine était encore... avec le groupe France pour préparer le Mondial japonais. Et s'il savait depuis de longues semaines qu'il ne serait pas présent dans le squad final -notamment car il n'a pas disputé la moindre minute lors des matchs amicaux et ce même s'il avait impressionné le staff lors des stages de préparation- le Toulonnais souhaitait rapidement évacuer la déception, la frustration.

Belleau Carbonel

Belleau CarbonelRugbyrama

Tout comme Romain Taofifenua ou Félix Lambey, par ailleurs, également renvoyés par Jacques Brunel et qui allaient disputer leur première rencontre en compétition « officielle » de la saison. « Nous n'avons pas trop eu le temps de parler avec Félix. C'était pareil pour lui, il n'avait qu'une envie : retrouver les terrains. À la fin du match c'est allé assez vite, on s'est juste fait un clin d'oeil, tapé dans la main, mais nous avions tous les deux une seule chose en tête : retrouver les terrains de rugby. De toute façon maintenant ce qui est passé, est passé. On ne pourra pas revenir dessus ».

L'objectif était donc de retrouver du plaisir. Le plus rapidement possible. « Est-ce que la semaine fut particulière ? Oui et non, car dès mon retour à Toulon je me suis mis dans le bain. J'ai essayé de ne pas me poser de question. J'ai tiré un trait sur la préparation du XV de France pour basculer sur ma saison en club. Désormais, c'est derrière moi et mon job c'est de bien rattaquer avec Toulon, ce que j'ai fait ce soir (ndlr, samedi). La seule chose dont j'avais envie c'était de retrouver le terrain, et c'est désormais chose faite. »

105 jours sans match officiel

S'il n'avait plus disputé de rencontre officielle depuis le 25 mai et une victoire à Castres, le retour de « Belitcho » était particulièrement attendu sur la rade. Et dans une équipe à la peine, le jeune mais déjà expérimenté demi d'ouverture (23 ans, 12 sélections) s'est montré plutôt à son avantage. Face au vent en première période, il a tenu son équipe à flot. « Personnellement ? Je me suis bien senti. Physiquement, j'étais bien. En ce qui concerne l'équipe, je sens qu'il y avait une bonne énergie dans le groupe. Ça m'a fait du bien de retrouver ces mecs, je me suis senti à mon aise à l'entrainement. J'aurais simplement aimé terminer la semaine par une victoire. »

Bien loin du Japon, Anthony Belleau est désormais attendu pour soigner les maux toulonnais. Que ce soit à l'ouverture (où il devrait démarrer, dimanche, face au Racing 92, si l'absence de Carbonel est confirmée) ou au centre, où il pourrait jouer un rôle de cinq-huitième, et ainsi suppléer le double champion du monde U20, pour apporter davantage d'incertitude dans les défenses adverses. « Je le répète, mais j'ai apprécié l'énergie qu'il y avait dans ce groupe. Nous avons bien travaillé cette semaine et je savais où je mettais les pieds. Je connaissais tout le monde, je n'ai pas eu à me poser 100 000 questions. »

Désormais il devra retrouver des repères, pour permettre au RCT de sortir la tête de l'eau. En s'appuyant notamment sur ses premiers ressentis après cette défaite contre le Lou. « Il y a eu beaucoup d'imprécisions et ça nous empêche de conclure nos breaks. Les seules fois où on a joué en équipe on les a mis en difficulté mais on n'arrive pas à finir les coups ». Au point de dire qu'il manque simplement un peu de liant à cette équipe toulonnaise ? C'est en tout cas ce que tentera d'apporter le numéro 10 varois à son club, après avoir définitivement évacué la déception du mondial.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0