Icon Sport

Top 14 - Stade toulousain : Gaël Fickou, apprenti buteur

Fickou, apprenti buteur

Le 09/09/2016 à 14:12Mis à jour Le 09/09/2016 à 14:22

TOP 14 - Le centre international Gaël Fickou est désormais une option crédible quand il s’agit de buter de loin. Une arme de plus pour lui. Et pour le Stade toulousain, qui recevra Toulon dimanche.

Quand un arbitre siffle une pénalité à 50 mètres, on le voit désormais se rapprocher du ballon. Comme pris par le jeu. Attiré par l’enjeu. "Je trouve ça sympa. Ce sont des responsabilités en plus mais ça me plaît" nous a confirmé Gaël Fickou en milieu de semaine à la sortie de l’entraînement. A 22 ans, le centre international du Stade toulousain a donc franchi le pas depuis le début de la saison. Avec son pied.

"Je m’entraîne au quotidien et je m’impose beaucoup de rigueur par rapport à ça car c’est un exercice fatigant de taper de loin" avoue-t-il. L’histoire retiendra que c’est face à Montpellier (20-12), lors de la première journée, qu’il a officiellement ouvert son compteur en championnat. De 48 mètres. Couvé par Jean-Baptiste Elissalde, l’entraîneur des trois-quarts et des buteurs, Fickou a fait sa mue avec la bénédiction du staff. "On essaie de trouver des buteurs longue distance. Gaël, ça lui plaît. Il débute mais on travaille beaucoup dessus" confirme JBE.

Il s’entraîne depuis un an déjà…

En fait, cela fait un an que Fickou, qui a joué au football plus jeune dans le Var, s’entraîne régulièrement dans cet exercice si particulier. "Il s’y est mis depuis qu’il est parti à la Coupe du monde où il s’entraînait déjà avec Romain Teulet. Il a continué toute la saison dernière. Il n’a pas eu la possibilité d’en tenter avec le Stade toulousain mais il en a pris une en Argentine lors de la dernière Tournée qui était passée juste au dessous de la barre. Cette année, il va sans doute avoir plus d’opportunités d’en tenter et cela devrait bien nous aider" raconte Sébastien Bézy, le buteur "d’un peu plus près" du Stade toulousain.

Fickou en Argentine

Fickou en ArgentineIcon Sport

Dimanche dernier face au Racing, Fickou a pourtant laissé Samuel Marques tenter sa chance de 50 mètres après une discussion entre les deux hommes. D’un naturel réservé, le jeune centre devra-t-il forcer sa nature pour s’imposer ? "Il y a de très bons buteurs dans le club. Moi, je suis là pour bosser et continuer de progresser. On verra ce que cela donne" élude-t-il.

Une puissance "naturelle et instinctive"

Au club, tout le monde est d’accord pour dire qu’il en a les moyens physiques. "Il a cette puissance sans l’avoir travaillée" confirme Zéba Traoré, un des préparateurs physiques de Toulouse. "Buter, c’est un geste très technique. Il faut qu’il affine ce geste. Il y a un petit travail de fond pour rendre ce geste automatique mais au quotidien le "Fickou buteur" a juste intégré des routines de transfert très spécifique c'est-à-dire, par exemple, que dès qu’il a fini la muscu il va taper. Dés qu’il à l’opportunité, après un travail physique, d’intégrer ce geste, qui est très spécifique, il le fait. Il a une facilité car c’est un joueur très délié, très coordonné. Maintenant l’objectif pour lui, c’est d’allier la précision à la puissance qui est naturelle et instinctive chez lui".

Gaël Fickou (Toulouse) - septembre 2016

Gaël Fickou (Toulouse) - septembre 2016Icon Sport

Et reprendre le flambeau d’un certain Florian Fritz, qui a longtemps tenu ce rôle de bombardier chez les Rouge et Noir. Mieux, peut-être, puisque selon ce dernier, Fickou possède un coup de pied encore plus puissant que le sien. "Je ne sais pas" coupe-t-il en souriant "mais disons que j’ai la chance d’avoir un coup de pied puissant et que se serait con de ne pas le bosser". Dimanche, face à Toulon, son club formateur, si Mr Garces lui en offre l’occasion…

Contenus sponsorisés
0
0