AFP

Top 14 - Stade français - Clermont (30-30) : Il n'a manqué qu'un vainqueur à ce festival de rugby

Il n'a manqué qu'un vainqueur à ce festival de rugby

Le 03/09/2016 à 16:35Mis à jour Le 03/09/2016 à 17:29

TOP 14 - Le Stade français et Clermont nous ont offert ce samedi un superbe match de rugby, au terme duquel ils n'ont pas pu se départager (30-30).

Jean-Bouin est décidément le théâtre du spectacle en cette fin d'été. Au terme d'un match époustouflant malgré la chaleur, le Stade français a réussi à décrocher in-extremis le partage des points, au courage (30-30). Après avoir mené 20 à 6 en première période, les Parisiens ont connu un coup de chaud et se sont faits renverser par une excellent équipe de Clermont, avant que Waisea ne délivre ses partenaires en toute fin de partie (80e) en venant inscrire le quatrième essai de son équipe. Comme à La Rochelle, l'ASMCA a tenu un succès avant de se faire rejoindre, mais elle n'a toujours pas perdu en trois déplacements d'affilée.

Sergio Parisse et Geoffrey Doumayrou (Stade français) - 3 septembre 2016

Sergio Parisse et Geoffrey Doumayrou (Stade français) - 3 septembre 2016Icon Sport

Doumayrou magistral

Au cœur de la domination parisienne, Geoffrey Doumayrou a sûrement livré une de ses prestations les plus abouties avec le Stade français. Sa science du jeu au pied court lui a offert un doublé (4e, 16e) et une passe décisive pour Djibril Camara (26e). Si Jules Plisson (5e, 11e, 27e) n'avait pas laissé sept points en route au pied, les Auvergnats auraient frôlé l'indigestion et la partie aurait certainement pris une autre tournure.

Scott Spedding et Morgan Parra (ASM Clermont) - 3 septembre 2016

Scott Spedding et Morgan Parra (ASM Clermont) - 3 septembre 2016Icon Sport

Côté clermontois, la réaction a été collective même si Peceli Yato a encore montré qu'il comptait parmi les flankers les plus insaisissables du Top 14. Plus forts en mêlée, les Jaunards ont su obtenir des pénalités dont se sont nourris Morgan Parra (9e, 20e, 37e, 45e) et Scott Spedding de loin (51e, 69e). Chaque équipe a eu ses moments d'euphorie et ses grosses périodes d'orage et le match nul est au final équitable. Ce n'est d'ailleurs pas plus mal qu'il n'y ait pas de perdant après tout le plaisir que les deux équipes ont réussi à donner.

Contenus sponsorisés