AFP

26e journée Top 14 - Le dernier ticket pour les barrages, il est pour Castres (35-14)

Le dernier ticket pour les barrages, il est pour Castres

Le 05/06/2016 à 22:47Mis à jour Le 05/06/2016 à 23:19

TOP 14 - C'est fait ! Castres sera bien au rendez-vous des barrages après sa victoire décrochée contre le Stade français ce dimanche (35-14). Le CO a décroché le dernier ticket aux dépens de Bordeaux-Bègles et ira à Montpellier en barrages.

Victoire logique du Castres olympique qui se donne la chance de participer aux phases finales. Un succès construit autour de Rory Kockott qui a brillé avec 2 essais marqués et une belle réussite au pied. Intenable, le demi de mêlée a guidé ses coéquipiers pour terminer cette saison régulière de la plus belles des manières. Remi Lamerat, auteur lui aussi d'une belle performance, a fait ses adieux au stade Pierre-Antoine. Paris pour sa part était trop indiscipliné pour espérer ramener des points du Tarn.

Il y a des adieux tristes et mélancoliques puis d'autres plus heureux, sous une ovation. Quinze joueurs vont partir du CO cet été et ils ont connus leur dernière à Pierre-Antoine, parmi eux : Remi Lamerat (Clermont), Richie Gray (Toulouse) ou même Karena Wihongi (Lyon), tous trois auteurs de grosses performances.

Une ultime rencontre de saison régulière où les Castrais sont apparus dominateurs dans tous les secteurs malgré la vaillance parisienne. En mêlée notamment, secteur clé de la rencontre où la première ligne tarnaise a su jouer avec la règle pour pousser son homologue à la faute. Zurab Zhvania en coupable idéal de Karena Wihongi.

Les sorties de ces melées ont même amené le deuxième essai, magnifique, de Rory Kockott (57e), où le demi de mêlée s'est joué dans le couloir des 5 mètres de la défense du Stade français avec un petit coup de pied par dessus et ses cannes de feu. Et ce n'était pas son premier fait d’armes lors de la belle soirée du CO, puisqu'en première mi-temps l'international tricolore s'était déjà illustré par un numéro dont il a le secret (13e), après un grattage efficace de Rodrigo Capo Ortega.

Rory Kockott (Castres) face au Stade français - 5 juin 2016

Rory Kockott (Castres) face au Stade français - 5 juin 2016AFP

Paris indiscipliné

Il serait faux de dire que le Stade français a été totalement dominé dans cette rencontre, sans enjeu pour le club de la capitale. Longtemps à l'aise et même accrocheurs, les Parisiens se sont sabordés tous seuls avec deux cartons jaunes à leur encontre. Dont celui de Sekou Macalou qui est tombé dans le piège de Rory Kockott qui l'avait provoqué, mais c’est le jeune troisième ligne qui a craqué devant les yeux de M. Trainini (11e).

Dans un match où le rythme fut élevé, l'infériorité numérique a fait largement défaut aux Parisiens qui n'ont finalement jamais pu developper leur jeu et se montrer aussi dangereux qu'ils auraient pu le prétendre. Une victoire castraise nette donc, même si par moment les Tarnais se sont montrés brouillons avec de nombreux en-avant. Un axe de travail pour Christophe Urios et son staff lors d’une semaine qui s'annonce excitante, avec au bout un barrage sur la pelouse de Montpellier. L'objectif de la saison est atteint mais l’aventure du CO continue.

Contenus sponsorisés