Icon Sport

Top 14 - Champions Cup: Janvier, un examen de passage pour Azéma et Clermont

Janvier, un examen de passage pour Azéma et Clermont

Le 04/01/2015 à 10:13Mis à jour Le 04/01/2015 à 10:27

Après six mois à la tête de l’équipe, l’entraîneur en chef de l’ASM Clermont-Auvergne Franck Azéma traverse actuellement une période charnière. Le mois de janvier sera crucial pour son équipe, qui peut s’aménager une fin de saison royale, mais aussi tout gâcher…

Après une première moitié de saison réussie, Clermont est pour l’instant en phase avec ses objectifs. Sur le podium du Top 14 toute la phase aller, leaders de leur poule en Champions Cup, les Clermontois jouent placés sur les deux tableaux. Au prix d’une montée en régime accélérée il y a un mois, que le coach clermontois et ses hommes doivent maintenir la cadence jusqu’à fin janvier. Le début de l'année 2015 sera un vrai révélateur pour Clermont, et les ambitions que l’équipe peut nourrir. Le talonneur Benjamin Kayser est bien conscient que son équipe n’a pas le droit à l’erreur: "Il suffit de perdre deux fois en championnat pour sortir des clous. Et en Coupe d’Europe, si on n’arrive pas à l’emporter à Sale, on mettra en l’air tout le travail qui a été fait jusque-là. C’est excitant, on a envie de regarder de l’avant, mais il faut se rendre compte de toute la pression qu’il va y avoir pendant quatre semaines. En tout cas à l’intérieur du groupe on en est tout à fait conscients".

Se profilent les réceptions de Toulouse et Brive en Top 14 avant les deux derniers matchs de Coupe d’Europe, à Sale et face aux Saracens. En un mois, les Clermontois peuvent s’assurer un quart de finale européen à domicile, et assoir leur position en haut de tableau en Top 14. A condition de confirmer leur belle fin d’année 2014, au-delà de la défaite à Lyon "au buzzer". "On aurait pu être en position un peu plus confortable en gagnant la semaine dernière, on ne l’est pas, et les cinq prochains matchs seront déterminants", prévient le coach clermontois Franck Azéma.

Dans la lignée de Vern Cotter

"Il n’y a pas à gérer. Il faut que l’on soit à fond sur les deux compétitions, que l’on prenne le maximum de points. On ne peut pas se permettre de relâchement. On a cinq matchs où il faudra être à 200%". Exigeant et rigoureux envers ses joueurs et lui-même, ainsi va Franck Azéma depuis six mois et sa prise de fonctions aux commandes de Clermont."J’ai eu le temps de m’y préparer, il n’y a pas un moment pour se relâcher, mais c’est le métier. Et c’est passionnant". Après quatre saisons comme adjoint de Vern Cotter, Franck Azéma n’a pas profondément transformé les choses après le départ du Néo-Zélandais. "Je ne crois pas que ça se soit assoupli", confirme le demi de mêlée Morgan Parra. "Comme à l’époque de Vern, les entraînements sont toujours aussi durs, pour pouvoir ensuite se faire plaisir en match. Il n’y a pas de comparaison à faire. Vern aujourd’hui apporte un nouveau souffle à l’équipe d’Ecosse, comme Franck apporte autre chose à l’ASM".

Franck Azéma a pris pour le moment avec brio la relève de Vern Cotter

Franck Azéma a pris pour le moment avec brio la relève de Vern CotterIcon Sport

A mi-parcours de la saison, le Catalan d'origine valide pour l’instant son passage d’adjoint à head-coach. Le jeu offensif de Clermont séduit toujours, et reste efficace. Azéma a également instauré une rotation saine et pour l’instant rentable à son effectif. "Il n’a pas trop changé par rapport à la période où il était adjoint", poursuit Morgan Parra. "Peut-être qu’en ayant plus de responsabilités, il a fixé quelques barrières, il est obligé d’expliquer un peu plus ses choix. Mais il a toujours la même sérénité, quand il a quelque chose à dire il le fait, il est capable de dire lorsqu’il a été bon ou mauvais… C’est respectueux pour les joueurs, et nous le sommes en retour". L’ancien trois-quarts centre est aussi parvenu à faire oublier à son groupe les échecs de la fin de saison dernière, qui auraient pu être un boulet en début de saison. "Il a réussi à donner un nouveau souffle, il est parvenu à vite nous faire passer à autre chose", confirme Parra. "Même si on ne peut pas enlever tout ce qu’a apporté Vern au club et aux joueurs".

Comme un symbole, c’est face au plus grand entraîneur français, Guy Novès, que Franck Azéma lancera son année 2015. Un Stade toulousain toujours redoutable, et une constance au plus haut niveau qui inspire le jeune entraîneur qu’il est. "J’ai beaucoup de respect pour Guy Novès et le Stade toulousain, d’abord pour leur palmarès. Mais le plus important c’est de gagner des matchs et se qualifier". Au moment de formuler ses vœux, Azéma ne se départit pas de sa prudence, mais se risque à souhaiter un printemps victorieux. "Ce qu’on peut se souhaiter, c’est ce qu’on sera capables de s’offrir. Bien sûr qu’on souhaite obtenir un titre. Mais c’est ce que tout le monde se souhaite!" .

Contenus sponsorisés