Icon Sport

8e journée Top 14 - Contre Grenoble, Castres a assuré le spectacle et quitté la zone rouge (51-10)

Castres a assuré le spectacle et quitté la zone rouge

Le 04/10/2014 à 20:32Mis à jour Le 05/10/2014 à 14:16

Dernier du classement, le CO a réagi avec orgueil à Pierre-Antoine. Les Tarnais ont dit adieu à la zone rouge en passant sept essais à Grenoble (51-10).

Ce samedi soir, le Castres Olympique était attendu. Après un début de saison raté avec seulement deux matches gagnés sur sept joués, le CO devait réagir. Le vice-champion de France se devait de montrer ce qu’il avait dans le ventre. Le moins que l’on puisse dire c’est que la mission est accomplie. Grenoble qui a encaissé sept essais dans cette partie va sans doute avoir du mal à digérer le score (51-10). Mais du côté du Tarn, on s’est régalé et les supporteurs comme les entraîneurs et les joueurs peuvent enfin respirer.

Depuis le début de la saison, le CO ne tournait pas rond. La faute à une défaite (22-25) à Béziers en ouverture de la saison contre le Stade Français, notamment. Ce premier échec a mis le doute dans les têtes castraises. Les Tarnais ont ensuite bafoué leur rugby en terres toulousaine (35-6), montpelliéraine (43-10), rochelaise (41-16) et lyonnaise (28-18). Ce samedi 4 octobre à 18h30, Castres devait donc se rebeller ou… accepter de s’enfoncer. Les Bleu et Blanc ont choisi la première option et pour le spectacle, ils ont bien fait. Grenoble presque impuissant a assisté à un festival d’essais de son adversaire du soir. Lamerat, Fa’anunu par deux fois, Kockott, Martial, Rallier et Combezou ont aplatit dans l’en-but des Isérois.

Kockott-minute

Sept essais inscrits contre un seul encaissé qui offrent le bonus offensif au CO. Un bonus mérité en attaque, en défense, en conquête… Les Isérois ont été mangés dans tous les secteurs de jeu. La copie de Castres aurait presque pu mériter un 20/20 si les Tarnais n’avaient pas pris deux cartons jaunes. Fa’anunu, le premier expulsé a cependant su se racheter, en marquant deux essais. Mais le second, celui de Kockott laisse un goût plus amer. Ce joueur d’exception, sans doute oppressé par une trop grande pression liée à l’enjeu du match, a explosé. Il a été coupable de stamping. Un geste qui aurait dû lui valoir un rouge. Chanceux, le neuf de Castres n’a malheureusement pas utilisé ces dix minutes sur le banc pour se calmer. Il est revenu toujours aussi bouillant. La preuve : un saut pied en avant en direction d’un adversaire à la 72e soit trois minutes après son retour sur la pelouse. L’arbitre n’a rien vu et c’est tant mieux pour le CO et pour le joueur qui malgré cela a été, comme à son habitude, un excellent maître à jouer.

Revenons à l’essentiel: Le CO n’a fait qu’une bouchée de Grenoble (51-10). Espérons que ce réveil Castrais n’était qu’un amuse-bouche et que la suite du menu sera aussi copieuse que cette rencontre de la huitième journée.

Contenus sponsorisés
0
0