18e journée Top 14, Usap-Racing Métro - Le Racing découvre la pénurie de neufs

Le Racing découvre la pénurie de neufs

Le 07/02/2014 à 15:40Mis à jour Le 07/02/2014 à 16:10

Le Racing-Metro se déplace samedi à Perpignan sans ses internationaux retenus pour le tournoi des 6 nations. Laurent Magnaval sera le seul demi de mêlée professionnel en Catalogne, tandis que l’Espoir Xavier Chauveau va découvrir le Top 14. Une situation inédite à ce poste pour le club francilien.

Ils sont cinq demis de mêlée à avoir porté au moins une fois la tunique Ciel et Blanche cette saison. De cette profusion de neufs, il n’en demeure aujourd’hui qu’un seul apte samedi à Aimé-Giral: Laurent Magnaval. Maxime Machenaud et Mike Phillips avec leur sélection respective, le Sud-Africain Ruan Snyman ayant rompu son contrat à l’amiable en tout début d’année et Sébastien Descons parti la semaine dernière…à l’Usap, l’ancien Montois demeure l’ultime spécialiste du poste dans le groupe professionnel francilien.

Une situation particulière, pour Magnaval, jeune joueur (22 ans), très peu utilisé depuis son arrivée dans les Hauts-de-Seine. Mobilisé non loin du Plessis-Robinson avec le XV de France, Maxime Machenaud lançait dans la semaine, depuis Marcoussis, un message d’encouragement à son partenaire: "Il est le troisième demi de mêlée et c’est à lui de prendre ses responsabilités à Perpignan. Il est capable de tenir ce rôle de numéro un. Il savait qu’il allait avoir sa chance, il a les qualités et il va pouvoir s’exprimer". Le natif de Rosny-sous-Bois n’a connu qu’une seule titularisation depuis le début de la saison.

Le capitaine des Espoirs appelé en renfort

Pour le seconder, le staff du Racing a dû puiser dans sa pépinière. Xavier Chauveau (21 ans), capitaine des Espoirs comme son grand frère avant lui, pur produit d’un club qu’il a intégré en Poussin, va découvrir à Aimé-Giral les joies du Top 14: "Je ne le voyais pas du tout arriver, sachant que le club a même recruté dans mon secteur de jeu au cours de l’année. C’est une belle surprise et un très grand plaisir pour moi d’être du déplacement à Perpignan. Je ne pense pas qu’on va me demander de faire gagner l’équipe, j’espère juste remplir mon rôle", déclarait en toute simplicité le jeune étudiant en troisième année d’économie à la Sorbonne, quelques minutes après avoir appris la bonne nouvelle. 

"Il a l’amour du club et a dû rêver de ce moment durant sa jeunesse, racontait en connaisseur le trois-quarts centre Henry Chavancy. Je suis passé par là et je sais que ça peut transcender". Dans tous les cas, la pression sera présente sur les épaules de Magnaval et Chauveau, face à une équipe qui lutte pour sa survie, alors que les hommes du duo Travers-Labit peuvent frapper un joli coup dans l’optique des phases finales. Le rôle du pack francilien, qui sera commandé par un des deux "rookies" samedi, est logiquement incité à en faire plus que d’habitude: "C’est à nous de les rendre intouchables sur le terrain, annonce le pilier Eddy Ben Arous. Nous devrons abattre un boulot monstrueux devant pour les mettre dans les meilleures conditions". Qu’ils en profitent, les chances de briller ne seront pas nombreuses jusqu’à la fin de l’année.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0