Perpignan voyage mal

Perpignan voyage mal
Par Rugbyrama

Le 06/10/2009 à 19:22Mis à jour

Perpignan, le champion de France en titre, s'est incliné sur le terrain de Biarritz (27-12) samedi dernier. Son troisième revers de la saison. Une défaite qui n'a rien d'humiliante mais qui a tout de même fortement déçu des Catalans si brillants une semaine plus tôt contre Clermont à domicile.

Perpignan a chuté sur la pelouse de Biarritz (27-12). Si perdre sur le terrain d'un candidat déclaré à la phase finale n'a rien d'indigne, cette défaite est néanmoins symbolique du début de saison des Catalans. Les hommes de Jacques Brunel, si brillants dans leur antre d'Aimé-Giral où on les avait laissé virevoltants et précis face à Clermont, sont apparus très empruntés et brouillons face au BOPB à Aguilera. Un revirement radical en l'espace d'une semaine qui semblait exaspérer l'entraîneur des "Sang et Or" : "Nous n'arrivons pas à avoir la maîtrise nécessaire pour espérer l'emporter, notamment en raison d'une touche défaillante qui ne nous a pas permis d'avoir les ballons."

Condamnés à défendre, comme le soulignait Jean-Pierre Perez, les Perpignanais n'ont pas su résiter aux assauts basques. " En défense, c'est notre plus mauvais match de la saison", constatait David Marty devant l'implacable vérité des chiffres : avec 27 points encaissés, l'Usap a concédé sa plus lourde défaite à l'extérieur alors que les attaquants n'ont jamais pu trouver la solution. Sans un réalisme au pied époustouflant pendant le premier acte, le score aurait pu être plus lourd. Rien de comparable avec le volume de jeu proposé face à Clermont.

"Pas le meilleur moment" pour la H Cup

"C'était un match bizarre, analysait Jacques Brunel. Sans rythme, sans intensité. Il ne se passait pas grand-chose. Nous n'avons pas pu lancer le jeu et quand nous l'avons fait, nous avons commis des en-avants de passes." Des approximations qui peuvent s'expliquer par une composition d'équipe sans cesse recomposée en fonction des blessures. Mermoz, Hume, Laharrague, Burger, Durand, Olibeau et Britz étaient absents alors que l'ouvreur Steve Meyer fêtait sa première titularisation depuis huit mois et Yohan Vivalda rejouait son premier match depuis seize mois.

Malgré tout, ce nouvel échec à l'extérieur semblait miner Jacques Brunel, juste avant le début de la Coupe d'Europe et un déplacement à Trévise : "J'espère pouvoir retrouver une grosse partie de l'effectif car ce n'est pas le meilleur moment pour affronter les Italiens." La rentrée de plusieurs cadres est prévue mais l'Usap devra faire sans Jean-Philippe Grandclaude, ni David Mélé, qui ont rejoint l'infirmerie. Rien de vraiment rassurant pour une formation qui n'arrive toujours pas à se libérer loin d'Aimé-Giral.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0