Icon Sport

Le président de la FFR, Pierre Camou, dénonce le propos "accusateur et mensonger" de Bernard Laporte

Le président Camou dénonce le propos "accusateur et mensonger" de Laporte
Par AFP

Le 03/12/2015 à 10:44Mis à jour Le 05/12/2015 à 18:24

Le torchon brûle entre le président de la FFR, Pierre Camou, et son futur adversaire lors des élections de 2016, Bernard Laporte. Le vote décentralisé est au coeur de leur discorde.

Le président de la Fédération française de rugby (FFR) Pierre Camou a dénoncé mercredi dans une lettre ouverte aux présidents de clubs le propos "accusateur et mensonger" de Bernard Laporte, candidat déclaré à la présidence de la FFR, en décembre 2016. "Ces derniers jours, vous avez reçu sur vos messageries électroniques @ffr.fr un courrier vous incitant à voter contre les modifications statutaires qui vous seront proposées lors de la prochaine Assemblée Générale Extraordinaire de la FFR, organisée ce samedi 5 décembre 2015. Son contenu accusateur et mensonger m'oblige à vous écrire avant même le déroulement de cette AG, pour rétablir la vérité", a écrit le président Camou sur le site de la FFR.

Le vote décentralisé, point de discorde

Le point principal de cette querelle est la question du vote décentralisé pour l'élection au comité directeur de la Fédération, qui ensuite élit le président de la Fédération. La FFR avait décidé d'instaurer ce vote décentralisé, qui permet aux votants de ne plus se déplacer (et donc d'en augmenter le nombre), en modifiant ses statuts lors d'une assemblée générale en juin 2013. Or, le ministère de l'Intérieur a interdit le vote décentralisé, en mai 2014 puis avril 2015, ce qui a forcé la FFR à présenter une nouvelle mouture, qui ne prévoit plus le recours au vote décentralisé mais au vote électronique centralisé. Non adoptée faute d'avoir atteint le quorum suffisant lors de la précédente assemblée générale, en juin 2015, elle est de nouveau soumise au vote samedi lors de l'assemblée générale extraordinaire de la FFR.

Pour Bernard Laporte, la Fédération a fait machine arrière sur cette question, consciente selon lui que le vote décentralisé l'avantagerait finalement lors de l'élection à la présidence de la FFR, en décembre 2016. Pour appuyer ses propos tenus à plusieurs reprises en campagne, Bernard Laporte, dans le courriel envoyé aux présidents de clubs dont des extraits sont repris par la lettre de Pierre Camou, cite plusieurs exemples, dont des points de droit. Ce qui est donc "accusateur et mensonger", selon Pierre Camou.

Contenus sponsorisés