• Pro D2 - Grenoble
    Pro D2 - Grenoble

Grenoble d'une courte tête devant Nevers

Le | Mis à jour

Les Isérois engrangent un précieux succès (19-18) à domicile à l’issue d’un bras de fer instauré avec les Neversois. Dans un match cadenassé, les buteurs ont fait valoir leur adresse. Et l’inévitable Karim Qadiri a encore frappé.

De la précision face aux perches avec un 100 % cumulé des 4 buteurs du soir. Et de l’imprécision dans la conquête et dans le jeu de part et d’autre. Voilà comment résumer l’opposition entre Grenoble et Nevers jeudi soir en ouverture de la neuvième journée de Pro D2. Au final, les Isérois s’imposent 19-18 devant les Nivernais et remontent provisoirement à la 2e place du classement, avant la suite de cette journée ce vendredi. En face, l’USON doit se contenter du bonus défensif.

Grenoble prend l'initiative

Cette fois-ci, Grenoble n’a pas cédé. Battus il y a quinze jours dans leur stade des Alpes, les Grenoblois mettaient un point d’honneur à s’imposer devant leurs supporters devant Nevers jeudi. Le succès empoché à Montauban la semaine passée n’avait pas gommé toute la frustration accumulée face aux Provençaux. Les Isérois mettent tout d’abord à profit du jeu au pied de pression pour prendre les devants dans cette partie par le pied de Romain Barthélémy (5e puis 18e). Mais à chaque fois, les locaux commettent très rapidement une faute qui permet au buteur neversois Shaun Reynolds de répliquer (11e, 21e), si bien que les équipes restent dos à dos. Les Grenoblois sont ceux qui prennent le plus d’initiatives. Mais soit ils manquent de patience – comme sur un petit jeu au pied de Farnoux vers l’en-but dans le dos de la défense pour une course de Qadiri -, soit d’un brin de réussite – à l’image d’un petit jeu au pied qui rebondit vers la touche après un déboulé d’Escande derrière sa mêlée -. Et quand ils sont ambitieux et choisissent de taper une touche à 5 mètres de l’en-but, ils se montrent imprécis… et égarent la munition sur le lancer. Heureusement pour eux, les locaux finissent par trouver une brèche. Après une percussion du talonneur Sarragallet, des courses d’Escande, un relais de Farnoux pour une finition de l’inévitable Qadiri (35e). L’ailier boucle ainsi son sixième essai personnel cette saison. Mais comme le FCG se met immédiatement à la faute, l’USON revient tout près à la pause : 13-9.

Précision face aux perches, déchet dans le jeu

Dans le deuxième acte, le rythme reste le même. La partie est simplement agrémentée de cartons jaunes pour les piliers Goginava et Kaikatsishvili (58e) pour des fautes en mêlée puis pour le Grenoblois Halaifonua pour un placage illicite sur Jaminet (64e). Les buteurs restent à 100 %, que ce soit Reynolds (4/4) et Barthélémy (4/4) ou leurs remplaçants Yohan Le Bourhis (2/2) et Corentin Glénat (1/1). En revanche, l’imprécision reste grande dans le jeu avec des touches non trouvées ou des ballons égarés en cours de route. Le FCG préserve son succès, notamment grâce à une domination dans les rucks près de sa ligne d’en-but. Où les Isérois arrachent quelques précieux ballons, à l'image d'un ultime grattage de Bautista Ezcurra à six minutes de la fin du match. Grenoble conserve une courte tête, Nevers s’offre un nouveau bonus défensif. Celui qui a eu les ballons pour un peu plus tenter a été récompensé.