Icon Sport

Dulin (Rouen) : "L'objectif est d'atteindre le maintien le plus rapidement possible"

Dulin (Rouen) : "L'objectif est d'atteindre le maintien le plus rapidement possible"
Par Rugbyrama

Le 23/09/2022 à 11:18Mis à jour

Après une entame de championnat réussie, le Rouen Normandie Rugby reçoit Agen pour clôturer le premier bloc de matchs de la saison. Sur le podium après quatre journées de Pro D2, l'équipe normande fait office de surprise. Renaud Dulin, l'entraineur des arrières rouennais, revient sur le match à venir face au SUA et sur les ambitions du club.

Avec 3 victoires en 4 matchs, le Rouen Normandie Rugby réalise un bon début de saison. Quel regard portez-vous sur cette entame de championnat ?

On peut dire que le début de saison se goupille bien c'est vrai. On fait une bonne entame contre Massy, on enchaîne ensuite contre Colomiers qui était la bête noire du club et on arrive à battre Vannes avec des conditions météorologiques difficiles. Et puis là on arrive à Grenoble, on perd 20 à 6 mais on rentre deux ou trois fois dans l'en-but adverse, on lâche 6 points face aux poteaux... On aurait pu obtenir le bonus défensif. Le début de saison est bon parce qu'on a conservé et amélioré notre état d'esprit de l'année dernière et surtout maintenant on est consistant durant l'intégralité des matchs. On a gagné en expérience et c'est ça qui est intéressant.

Comment expliquer la différence entre la saison passée et cette année ?

L'année dernière, nous avons été très bouleversés par les événements tragiques qui sont arrivés (NDLR : le décès de l'ouvreur Jordan Michallet). Aussi, nous sommes arrivés dans un groupe élaboré par le manager précédent sur lequel on n'avait aucune décision, et l'effectif n'était pas suffisant en nombre. Aujourd'hui disons que l'on récolte les fruits de la saison dernière. C'était notre première saison et on a pu bâtir une base. Durant l'intersaison, on a fait un recrutement qui correspond à notre vision du projet et ça nous a permis de bien bosser cet été. Que ce soit Nicolas Godignon ou moi, nous savions que si nous n'avions pas 35 contrats pro et une quinzaine de joueurs du centre de formation, tenir une saison de Pro D2 en étant performant allait être très compliqué. Puis voilà, le fait que le groupe ait appris à se connaître y joue aussi, c'est normal il faut un certain temps d'adaptation.

A l'aube de la 5ème journée, Rouen pointe à la troisième place de Pro D2.

A l'aube de la 5ème journée, Rouen pointe à la troisième place de Pro D2. Icon Sport

La série de victoires s'est arrêtée la semaine dernière à Grenoble. Comment avez-vous préparé la réception d'Agen ?

A Grenoble, même si on a perdu, on a remis en selle des joueurs qui étaient blessés ce qui a permis d'instaurer une concurrence saine dans l'effectif. Aujourd'hui, on a plus qu'un seul joueur à l'infirmerie. On a préparé Agen avec un effectif quasi-complet et en se concentrant sur nous, ce qui est devenu une habitude pour nous. Ca nous permet de travailler la cohésion, de développer des automatismes et je pense que le manque de repères collectifs nous a fait défaut la saison dernière. Contre Agen on sait à quoi s'attendre. On sait que c'est une équipe très costaud sur la ligne d'avantage, que ce soit offensivement ou défensivement, et qu'elle s'appuie sur son paquet d'avants pour faire mal. Ils viennent d'encaisser leur deuxième défaite à domicile, ils vont venir à Rouen pour essayer de récupérer des points.

Des points en particulier ont été travaillés ?

On essaie d'avoir la palette la plus large et la plus complète possible. On veut pouvoir s'adapter à toutes situations et utiliser les meilleures options pour maitriser la rencontre. On parle aussi souvent de cette guerre psychologique qu'on doit gagner, on est en évolution là dessus. Même si on l'a pas eu, à Grenoble on a par exemple lutté jusqu'au bout pour accrocher le bonus défensif. On reste sur notre identité, sur notre état d'esprit qui fait qu'on ne lâchera rien et qu'on appréhendera chaque match pour le gagner, surtout qu'on a des arguments à faire valoir.

Une victoire vous assurerait presque une place sur le podium à la fin du premier bloc...

Oui mais ce n'est qu'une anecdote... Aujourd'hui on apprend à gagner, à être meilleur chaque jour et à s'améliorer. C'est nouveau dans notre expérience de groupe, l'année dernière ça ne nous ait jamais arrivé d'être performant sur tout un bloc. Vendredi on a l'occasion de finir à 4 victoires en 5 matchs et on se concentre là dessus. Le podium a de la valeur uniquement lors de la dernière journée. Aujourd'hui, on sait très bien qu'avec notre budget dépassant à peine les 6 millions d'euros c'est difficile, du coup on reste à notre place. Pour le moment, notre objectif est d'atteindre le maintien le plus rapidement possible.

Justement, quels objectifs ont été fixés en début de saison ?

Faire mieux que l'année dernière. Même si on a fini quatorzième lors du dernier exercice, ce n'est pas donné. On ne sait pas comment les choses peuvent évoluer, les dynamiques peuvent s'inverser, on peut avoir un trou d'air. Il faut qu'on arrive à maintenir un niveau de performance à l'entraînement, dans notre quotidien, dans chaque match. Il faut garder l'ambition de s'améliorer plutôt que de vouloir regarder tout le temps le classement.

Avec cette entame, vous ne vous dites pas que le top 6 est atteignable ?

Pour être franc, on n'en a même pas parlé. Nous vivons les choses telles qu'elles sont. Ce qu'on a traversé la saison dernière lors des six derniers mois, c'était quelque chose d'extrêmement fort et aujourd'hui on apprend à apprécier à sa juste valeur chaque bon moment. Je pense que le groupe de joueurs que l'on a, avec les recrues qu'on a accueilli et qui se sont adaptées à l'état d'esprit, est formidable. Et c'est ça la priorité, on partage les mêmes valeurs entre les joueurs et le staff. Evidemment on signerait pour être dans cette situation à 4 journées de la fin du championnat, mais on reste lucide.

Propos recueillis par Philippe Girardie

Contenus sponsorisés