Other Agency

Valence-Romans : les Damiers veulent s’installer

Valence-Romans : les Damiers veulent s’installer

Le 04/07/2019 à 16:09Mis à jour Le 04/07/2019 à 17:34

PRO D2 - Focus sur les clubs promus en Pro D2 en cette fin de semaine. Le club drômois de Valence-Romans va découvrir cet étage après une saison exceptionnelle en Fédérale 1. Entre humilité et ambition.

A un peu plus d’une heure de route au sud de Lyon, les joueurs de Valence-Romans transpirent déjà depuis quelques jours à l’entraînement. Le club de la Drôme s’est invité en Pro D2 et compte défendre sa place bec et ongles cette saison. L’entité née en 2016 de la fusion entre l’US Romans-Péage et du ROC La Voulte-Valence fait son apparition parmi les 30 meilleurs clubs français. "La montée en Pro D2 marque l’histoire du club", soulignait le président Laurent Beaugiraud le jour de la finale de Fédérale 1 jouée à Gueugnon. Une rencontre perdue sur le fil (30-25). Les Drômois sont passés tout proche d’un résultat encore plus historique puisque ce match est le seul revers des Damiers la saison dernière (24 victoires en 25 matchs).

" Viser haut, travailler dur"

Si Valence-Romans est un nouveau club sur l’échiquier du rugby professionnel français, il aspire à se pérenniser à ce niveau. Son budget sera autour de 7 millions d’Euros (SASP et association cumulés). L’entité drômoise va compter sur un effectif de 41 joueurs (36 + 5 issus du centre de formation pour renforcer le groupe lors des entraînements).

Depuis quelques jours, les joueurs sont de retour à l’entraînement, au stade Porchier de Romans. Sur les murs du bâtiment qui jouxte les terrains, est écrit : "Viser haut, travailler dur !" Et les Damiers ne se ménagent pas. "Il y avait une finale perdue à digérer, reconnait le manager Johann Authier. Désormais, on part sur autre chose". "Avec cette coupure, nous avons réussi à bien relâcher, indique l’ouvreur Maxime Javaux. Nous sommes revenus avec beaucoup d’enthousiasme". L’intersaison a été très courte pour le staff, même s’il avait anticipé le scénario d’une montée.

"Pour notre recrutement, la première chose était de reconduire 90 % de notre effectif, explique Johann Authier. Ensuite, nous avions ciblé le fait de densifier devant et d’apporter de la vitesse sur le champs profond". Le club espère pouvoir miser sur plusieurs joueurs de la région à l’avenir. "Peu à peu, nous intégrons aussi des joueurs issus de notre formation, confirme le manager. Nous avons fait revenir au club des Nicolas Faure il y a deux ans, Lucas Chouvet cet été. Nous avons encore besoin de faire agréer le centre de formation, d’évoluer. Mais déjà des recrues sont issues de la formation rhonalpine. Ensuite, nous avons renforcé le groupe avec des joueurs d’expérience venus du niveau au-dessus. C’est un juste équilibre car notre groupe progresse aussi depuis deux saisons". L’effectif sera ainsi notamment renforcé par François Uys (18 matchs de Top 14 avec Grenoble la saison passée), Sean Dougall (9 matchs avec Pau en Top 14 sur l’exercice) ou Mathieu Lorée (17 matchs avec Massy en Pro D2), des valeurs sûres.

De la continuité dans le staff

Du côté du staff sportif, il y aura peu de changements. Le manager Johann Authier (avec Grenoble et Oyonnax) a connu Top 14 et Pro D2 comme l’entraîneur des arrières Jean-François Coux (avec Bourgoin, Agen et Oyonnax) ou encore le responsable performance et défense Scott Newlands (Oyonnax, Carcassonne). Un staff sportif où l’on retrouve aussi Grégory Tournayre (entraîneur des avants) et qui sera bientôt complété par un stagiaire côté analyse vidéo, ainsi qu’un médecin et un kiné pour renforcer la cellule médicale. Mathieu Besson devient team manager, l’ancien joueur aura un rôle à assurer pour la vie de groupe et la cohésion. "Valence-Romans est un club en développement, qui ne demande qu’à grandir" apprécie-t-on du côté des joueurs.

Fédérale 1 - Valence-Romans contre Rouen en finale

Fédérale 1 - Valence-Romans contre Rouen en finaleIcon Sport

Fort de sa belle dynamique sur la saison écoulée, le promu aura quelques atouts à faire valoir. "Nous voulons écrire notre propre histoire, explique le manager arrivé au club en 2017, Johann Authier. C’est pour le club une première expérience à ce niveau. Il faudra répondre sportivement. Nous nous préparons pour. Le groupe a aussi grandi dans la difficulté par le passé". Il y a trois saisons, il finissait dernier de la poule élite en Fédérale 1. Puis terminait 6e de cette même poule la saison suivante. Avant donc de livrer une saison impressionnante, en rouleau-compresseur victorieux. "Ce groupe a tout vécu, rappelle le technicien. Il faudra se souvenir des moments difficiles. Nous savons que nous ne gagnerons pas tous nos matchs mais nous voulons défendre nos couleurs. Et délivrer un gros combat". Cette volonté de lutter farouchement prend même forme dans le nouveau logo du club, avec la présence du tigre blanc mascotte du club, Taïka.

La défense d’un territoire

Valence-Romans veut ardemment défendre les couleurs de son territoire. Si les joueurs s’entraînent à Romans, ils disputeront leurs matchs au stade Pompidou de Valence cette saison. "La Drôme est un territoire de rugby, il y a de vrais passionnés ici, souligne Johann Authier. Les gens suivront s’ils pensent que nous méritons d’être suivis. Sur le terrain, il faudra avoir une vraie dynamique". "Sur la fin de saison, avec le match de la montée face à Blagnac notamment, nous avons senti que quelque chose prenait, qu’il y avait un engouement supplémentaire", apprécie l’ouvreur Maxime Javaux. Les supporters qui viennent de la Drôme mais aussi de l’Ardèche et l’Isère doivent patienter pour voir leur équipe en match. Valence-Romans jouera trois rencontres de préparation : le 2 août contre Provence à Chateaurenard, le 9 août à Narbonne et le 16 face à Bourgoin à Romans.

Le coup d’envoi du championnat de Pro D2 s’effectuera lui le 23 août. "Il y a beaucoup d’excitation avant d’aborder cette saison, nous attendons avec impatience la publication du calendrier, note Maxime Javaux. Nous abordons ce championnat avec beaucoup d’humilité, nous allons essayer de rivaliser". "Ce qui fait notre force jusqu’ici, c’est l’équilibre entre l’humilité et l’ambition, martèle Johann Authier. Il faudra que cela soit toujours le cas. Mais ce groupe est humble et travailleur". Et bien décidé à installer durablement le club des Damiers sur l’échiquier de la Pro D2.

Les départs :

Romain Brison (devient entraîneur des espoirs), Guillaume Singer, Hocine Arabat, Florent Fontaine (Chateaurenard), Mathieu Besson (Vinay), Belgium Tuatagaloa

Les arrivées :

Cyril Balust (pilier droit/gauche, Mont-de-Marsan), Mirian Burduli (pilier droit, Carcassonne), François Uys (2e ligne, Grenoble), Alexis Armary (3e ligne, Tarbes), Willy N’Diaye (3e ligne, Clermont), Sean Dougall (3e ligne, Pau), Peter Saili (3e ligne, Pau), Mathieu Lorée (n°9, Massy), Lucas Chouvet (n°10, Oyonnax/Bourg), Edouard Sawailau (ailier, Grenoble), Clay Uyen (ailier/arrière), Western Force), Quentin Gobet (arrière, LOU)

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0