Icon Sport

Aurillac a donné le change face au Stade Français

Aurillac a donné le change face au Stade Français
Par Rugbyrama

Le 09/08/2019 à 21:53Mis à jour Le 09/08/2019 à 22:29

MATCH AMICAL - Les Aurillacois voulaient des faire une idée. Et bien ils ont vu l'écart qui sépare un habitué du Top 14 et un de Pro D2. Cependant les Aurillacois n'ont pas à rougir de leur défaite (22-24).

Pas de temps mort dans cette rencontre où les Parisiens prennent les choses en main d'emblée. Malgré les assauts répétés, le Stade Français ne parvient pas à casser la ligne une fois dans les 22. Aurillac subit, mais ne cède rien, en grande partie grâce à une mêlée performante et qui met à mal le pack du Stade Français.

Les Cantaliens vont même se permettre le luxe d'ouvrir la marque sur leur première incursion dans le camp parisien. Après pas mal d'efforts, et suite à une nouvelle mêlée victorieuse, Neisen prend les points (3-0, 15e). Le Stade Français persiste, mais n'y arrive toujours pas. Pire, sur une pénalité jouée vite dans les 22 aurillacois, Chapuis perd le ballon et Aurillac contre.

Un magnifique par-dessus de Neisen pour lui-même et l'ouvreur remonte 40 mètres avant de servir Colliat – alors que Sagote eut été un meilleur choix – qui va au sol. Derrière, Boisset lance Yobo qui file marquer contre ses anciens coéquipiers (8-0).

Pas le temps de savourer ! Une fois l'histoire de la mêlée réglée, avec l'entrée de Alo Emile, le Stade Français change de ton. Ça va encore plus vite, ça tape encore plus fort et le Stade aurillacois prend la foudre Mapoe sur deux actions rondement menées. La première concluant un mouvement au large, la seconde sur un contre de 80 mètres amorcé par Coville, relayé par Danty avant que le centre sud-africain ne signe un doublé. Segonds transforme et le Stade Français vire en tête à la pause, 17-8.

Beaucoup de changements après les citrons et le Stade Français qui poursuit sa marche en avant. Même pas dix minutes de jouées et au sortir d'une touche sur la médiane, Steyn et ses arrières font la misère aux Cantaliens avec Hamdaoui, et sa pointe de vitesse pour finir le job, (24-8). On imagine alors Aurillac devoir subir. Au contraire.

Toujours derrière une mêlée et une touche impeccables, les coéquipiers de Boisset ne vont rien lâcher et venir mourir à deux longueurs des Parisiens. Si Coertzen a fait parler ses jambes une paire de fois, c'est après pénaltouches et groupés pénétrants que viendra le salut.

Sur la première, le Stade Français défend bien, mais au troisième point de fixation, le demi-de-mêlée lance l'ailier sud-africain qui casse la ligne avant d'aplatir (15-24, 51e). Sur la seconde, c'est le troisième ligne aile Maituku qui viendra bonifier les efforts du groupe sur la sirène (22-24, 80e). Deux essais transformés qui permettent à Aurillac de sortir la tête haute d'une rencontre où ils ont rivalisé côté combat et agressivité.

Par Jean-Marc Authié

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0