Midi Olympique

Mondial U20 - Daniel Brennan : "C'est une petite alerte"

Brennan : "C'est une petite alerte"

Le 31/05/2018 à 13:42Mis à jour Le 05/06/2018 à 15:18

Menés de douze points (5-17) à la pause contre les Irlandais pour leur entrée dans cette Coupe du monde des moins de 20 ans à domicile après une première mi-temps morose, les Bleuets ont réagi après la pause pour s'offrir un succès bonifié (26-24). Le pilier Daniel Brennan s'en félicite même s'il met en garde pour la suite.

Rugbyrama : Vous êtes sorti à la mi-temps. Est-ce en raison d'une blessure ?

Daniel Brennan: Non, pour l'instant, tout va très bien. La compétitions est longue et c'est un choix du coach en vue de la suite.

Quel goût vous laisse cette entrée en matière ?

D.B. : Nous avons mal entamé le match et n'avons pas joué à notre niveau. Heureusement, l’équipe s’est bien reprise en début de deuxième mi-temps et cela nous a permis de gagner. Je pense que nous pouvons mieux faire. C’est une petite alerte, un avertissement sans frais. La bonne nouvelle, c’est de sortir de cette rencontre avec le bonus offensif.

Surtout que ce premier rendez-vous était primordial...

D.B. : On avait dit depuis longtemps que ce match allait être très important pour le reste de la Coupe du monde. Nous n’avions pas le droit de nous louper, surtout à domicile. On a eu chaud. Mais c'est finalement une bonne pression d'évoluer en France, d'avoir les supporters qui chantent La Marseillaise dans les tribunes.

Comment expliquez-vous votre fébrilité en première période ?

D.B. : Parfois, il est impossible de prévoir les choses et les Irlandais avaient aussi le droit de bien jouer. Plusieurs occasion ont été ratées et, au contraire, nos adversaires ont concrétisé chaque fois qu’ils en avaient l’opportunité.

A la pause, sentiez-vous qu'il allait y avoir une révolte ?

D.B. : C'était certain. Revenir en étant menés 17 à 5 au tableau d’affichage, c’était un coup de massue. Personne n'était content. Nous étions ici pour l'emporter et nous sommes revenus sur le terrain avec de bonnes intentions.

Vous, le fils d'un international irlandais, est-ce un match particulier ?

D.B. : Oui, pour moi, c’était un match particulier parce que je suis né en Irlande mais j’ai essayé de l’aborder comme les autres. Aujourd'hui, je joue pour la France, donc je préparerai la rencontre face à la Géorgie dimanche de la même façon.

Contenus sponsorisés
0
0