Imago

"En eau de boudin"

Lièvremont: "En eau de boudin"
Par AFP

Le 29/06/2009 à 10:30Mis à jour

Marc Lièvremont était déçu de conclure la tournée, qu'il juge globalement "bonne", par une défaite en Australie (6-22). Le sélectionneur des Bleus pointe également les "incertitudes" qui demeurent dans la construction de son équipe, à deux ans de la Coupe du Monde.

Le XV de France a paru limité face aux Australiens...

MARC LIEVREMONT: C'est vrai. On avait dit aux joueurs, qui étaient préparés, que cette équipe australienne était plus en place, certainement meilleure et plus organisée. Qu'elle était plus fraîche physiquement. On peut penser qu'elle est montée en puissance ces dernières semaines alors que nous, on a décliné. Elle a aussi puni certaines de nos insuffisances affichées lors de nos deux premiers matches et dont les Blacks n'avaient pas su profiter.

Quel est votre sentiment sur cette rencontre?

M.L: On a payé notre mauvaise entame. On n'a pas su installer notre rugby, on a été trop attentistes. Ensuite, ils nous ont fait mal en prenant le score, en prenant la possession, l'occupation. Malgré tout, en deuxième mi-temps, avec l'interception de Max Mermoz, on peut revenir à 10-10. Ce n'était peut-être pas mérité mais on était encore dans le match. Mais on passe à 13 à 3 et après, on a été indiscipliné, on a déjoué face à cette machine qui s'est contentée de gérer, de contrer.

Dans quel état d'esprit êtes-vous au terme de cette tournée?

M.L: Je suis déçu, un peu triste. Le bilan n'est pas catastrophique. Il est en tout cas moins mauvais que l'an passé. C'est sûr, il restera cette victoire de Dunedin 27-22 contre les All Blacks. Ça n'arrive quand même pas tous les jours. Mais on aurait aimé aller crescendo. Je ne sais pas si physiquement on en aurait été capable.

Que manque-t-il alors?

M.L: ll reste encore beaucoup d'incertitudes dans la mise en place de notre rugby, quant aux hommes aussi, même si la tournée s'est bien passée et l'implication a été excellente. Après ces rassemblements, les joueurs doivent être plus exigeants, faire leur autocritique et se rendre compte des réalités du très haut niveau, et voir ce qui leur manque.

Quelle image retiendrez-vous de cette tournée?

M.L: Je suis un peu déçu mais si je dois n'en retenir qu'une, ce serait le match de Dunedin. Mais c'était le premier match, il a été porteur d'espoir et derrière il y a eu la défaite, même si on a rivalisé dans le combat à Wellington. Et aujourd'hui, ça finit un peu en eau de boudin. Mais c'était une bonne tournée.

Et humainement?

M.L: Humainement, on apprend beaucoup. On vient ici pour ça. Evidemment, il y a eu l'histoire Mathieu Bastareaud. Aujourd'hui, je continue de considérer que cette histoire est un épiphénomène même si ça a donné lieu à une énorme polémique. Pour moi, ça reste un gamin qui a pété un plomb. Il mérite certainement d'être puni mais j'ai plutôt envie de l'encourager et de manière générale, j'ai envie de garder le positif.

Contenus sponsorisés