Icon Sport

Foley, un revenant chez les Wallabies

Foley, un revenant chez les Wallabies
Par Rugbyrama

Le 19/08/2022 à 16:32Mis à jour Le 19/08/2022 à 16:35

RUGBY CHAMPIONSHIP - Sous pression depuis la lourde défaite en Argentine, l'Australie a rappelé son ouvreur Bernard Foley pour préparer les deux prochaines rencontres face aux Springboks. Le joueur âgé de 32 ans n'a plus joué avec sa sélection depuis 2019 mais il pourrait profiter de ce retour pour se rappeler au bon souvenir des supporters australiens.

Aussi attractif soit-il, le retour de Bernard Foley n'a finalement rien de surprenant. A l'heure où les demis d'ouverture se succèdent sans convaincre à la baguette du jeu australien, il était légitime pour le natif de Sydney de prendre part à cette grande valse hasardeuse des numéros 10. Après la blessure de Quade Cooper et la performance discrète de James O'Connor, Foley (71 sélections) réintègre logiquement l'équipe de Dave Rennie bien qu'il n'ait plus joué pour les Wallabies depuis 2019. Avec deux Coupes du monde à son actif (2015, 2019), l'ancien ouvreur des Waratahs qui évolue aujourd'hui aux Kubota Spears au Japon est l'un des rares joueurs du groupe australien à avoir disputé la finale d'un Mondial, tout comme James Slipper et Scott Sio.

Si son expérience est un atout majeur pour regagner sa place en Australie, la concurrence du jeune Noah Lolesio, de dix ans son cadet, sera l'un des obstacles à franchir. Titulaire sur l'ensemble de la tournée d'été face à l'Angleterre, Lolesio est dans les bons papiers du staff depuis quelques années sans parvenir à s'imposer définitivement. Malgré ses capacités à attaquer la ligne d'avantage et créer des espaces, l'ouvreur des Brumbies pourrait être menacé par le retour de Foley. Ce dernier compte 622 points inscrits sous la tunique des Wallabies dans sa carrière.

Son jeu au pied chirurgical et ses inspirations dans la conduite du jeu font de lui un ouvreur talentueux, au répertoire offensif étoffé. Il a disputé sept éditions du Rugby Championship par le passé. Certains garderont longtemps en mémoire sa performance de 2015, lorsque l'Australie éliminait l'Angleterre dès les phases de poule de la Coupe du monde. Ce jour-là, il avait marqué vingt-huit des trente-trois points de son équipe victorieuse à Twickenham. Son profil répond aux besoins actuels des Australiens, touchés par un manque cruel de leaders depuis le retrait de leur capitaine Michael Hooper.

Rennie : "Un grand challenge pour Foley"

Le sélectionneur australien Dave Rennie a récemment expliqué en conférence de presse le choix de rappeler Bernard Foley : "Nous avons échangé avec lui l'année dernière. Depuis, nous sommes restés en contact et nous avons parlé après la blessure de Quade (Cooper, N.D.L.R) pendant le premier test face à l'Argentine. Il n'a pas beaucoup joué depuis que la saison s'est finie au Japon. Pour lui, c'est un challenge". Le coach qui affiche un taux peu probant de 40% de victoires à la tête des Aussies a également commenté l'absence de James O'Connor dans le groupe choisi pour la suite du Rugby Championship : "Nous étions tentés de faire commencer Noah pour le second test mais nous avons donné une opportunité à James (O'Connor, N.D.L.R) de jouer 10. Nous pensions que son expérience lui permettrait de conduire le navire mais nous avons été assez maladroits". Concernant Noah Lelesio, absent lors de la déroute en Argentine samedi dernier, Rennie a déclaré qu'il s'agit d'un "très bon joueur qui a de grandes chances d'être là la semaine prochaine".

A 32 ans, Foley se retrouve ainsi dans un groupe australien sans repères, tombé au septième rang mondial, soit le pire classement de son histoire. Si sa réapparition tombe idéalement à un an de la Coupe du monde, il lui faudra rapidement marquer les esprits pour que son retour soit plus qu'une extravagance.

par Rayane BEYLY

Contenus sponsorisés