Getty Images

Une démonstration pour l’histoire

Une démonstration pour l’histoire

Le 02/11/2019 à 11:54Mis à jour Le 02/11/2019 à 13:47

COUPE DU MONDE 2019 – Au terme d’un match qu’elle a maitrisé de bout en bout, l’Afrique du Sud est venue à bout de l’Angleterre pour décrocher son troisième titre de champion du monde (12-32). Largement dominateurs dans le combat et en mêlée fermée, les coéquipiers de Vermeulen ont d’abord fait la course en tête grâce à des pénalités de Pollard avant d’inscrire deux essais en fin de match.

Après 1995, après 2007... les Boks sont à nouveau sur le toit du monde. L'Afrique du Sud s'est imposée face à l'Angleterre, ce dimanche à Yokohama en finale. Les coéquipiers de Siya Kolisi ont tout simplement écœuré le XV de la Rose. L'Angleterre n'a rien pu faire par la défense imperméable de son adversaire, ainsi qu'à la mêlée destructrice du pack sud-africain. Après avoir fait la course en tête grâce au pied d'Handre Pollard (8/10, 22 points), les Boks ont enfoncé le clou en fin de match sur deux essais magnifiques de Makazole Mapimpi (67e) et Cheslin Kolbe (74e). Favoris après avoir sorti la Nouvelle-Zélande, les hommes d'Eddie Jones sont passés complètement à côté de leur rendez-vous. C'est la troisième finale de Coupe du monde perdue par les Anglais.

Quelle démonstration ! L'Afrique du Sud a déjoué les pronostics, et de quelle manière, ce dimanche en finale de la Coupe du monde. Face à d'irrésistibles Anglais, impressionnants de maîtrise et de confiance la semaine passée face aux Blacks, les hommes de Rassie Erasmus avaient établi un plan... parfait.

Mêlée impressionnante, défense imperméable

Sans surprise, et une fois encore, l'Afrique du Sud a pu compter sur sa mêlée, véritable rouleau compresseur face au pack anglais. Privé de son pilier droit titulaire Kyle Sinckler, sorti sur K.O. dès les premières minutes de la rencontre, le XV de la Rose a souffert et a encaissé beaucoup trop de pénalités dans ce secteur de jeu. Tendai Mtawarira et Frans Malherbe ont mis au supplice Dan Cole et Mako Vunipola. Handre Pollard a lui fait gonfler le score malgré deux échecs face aux perches.

Autre démonstration de l'Afrique du Sud : sa capacité à repousser les moindres velléités offensives de son adversaire. Les Boks n'ont pas encaissé d'essai dans cette finale, et n'ont été que très peu inquiétés. Ces derniers confirment leur statut de meilleure défense de la Coupe du monde, avec seulement quatre essais adverses sur l'ensemble de la compétition. Encore aujourd'hui, les coéquipiers de Siya Kolisi terminent avec un taux de 92% de plaquages réussies (154/168). Les Anglais n'ont franchi qu'à deux reprises seulement le premier rideau adverse.

Kolbe, le chef d'oeuvre

Mais l'Afrique du Sud a aussi prouvé qu'il pouvait être un champion du monde complet et joueur. La preuve avec ces deux superbes réalisations inscrites dans le dernier quart d'heure, l’œuvre de Makazole Mapimpi sur un sublime mouvement collectif dans le fermé, puis Cheslin Kolbe, auteur d'un exploit individuel à couper le souffle. Il s'agit des deux premiers essais marqués par les Boks en finale de Coupe du monde.

32 à 12, score final. L'Afrique du Sud est sacrée pour la troisième fois de son histoire. Un titre mérité. L'équipe de Rassie Erasmus devient également la première nation à soulever le Trophée Webb Ellis après avoir perdu un match de poule. 1995, 2007 et maintenant 2019. Rendez-vous dans douze ans ?

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0