Other Agency

Un jour, un joueur : Vakatawa, potentiel facteur X (20/37)

Un jour, un joueur : Vakatawa, potentiel facteur X (20/37)
Par Rugbyrama

Le 31/08/2019 à 11:59Mis à jour Le 31/08/2019 à 13:08

COUPE DU MONDE 2019 - Un jour, un joueur : à quelques semaines de la Coupe du Monde, Rugbyrama vous fait découvrir les 37 joueurs de l'équipe de France. Meilleur marqueur du Top 14 lors du dernier exercice (13 essais), le Fidjien d'origine, Virimi Vakatawa jouera son premier Mondial, avec la ferme intention de le marquer de son empreinte.

14 janvier 2011 : Premier match à XV... En coupe d'Europe

Contrairement à de nombreux fidjiens à cette époque-là, Virimi Vakatawa n'est pas une star dans son pays avant d'arriver en France. Il est performant, certes, puisqu'il intègre à 17 ans l'équipe nationale des Fidji (-19 ans), mais il n'est pas le joueur sur qui les écuries de Top 14 lorgnent. C'est Sireli Bobo, en entendant parler de lui, qui lui propose d'intégrer le centre de formation du Racing. Le jeune pépite ne réfléchit pas longtemps. Des modèles comme Serevi, Caucaunibuca et Nalaga ont réussi, alors pourquoi pas lui ?

Arrivé en 2010, il dispute donc son premier match à seulement 18 ans, en coupe d'Europe, contre Clermont, au centre de l'attaque. La semaine suivante, il inscrit même son premier essai contre le Leinster. Mais c'est le dernier match qu'il dispute cette saison-là, jugé encore trop jeune pour bouleverser le hiérarchie dans son club. Et surtout, embêté par quelques pépins musculaires.

2011-2013 : Le nouveau funambule du Top 14

C'est à 19 ans que le Fidjien se révèle aux yeux du grand public. Couvé par son mentor Sireli Bobo, Vakatawa devient l'une des attractions du Top 14. Titularisé le plus souvent à l'aile, ses appuis, sa technique et surtout son physique impressionnent. Un physique qu'il développe à la salle de musculation en prenant plus d'une dizaine de kilos en deux saisons. Travailleur acharné, c'est Henry Chavancy qui le prend sous son aile pour le familiariser avec la culture française. Surtout, il l'aide sur le terrain à comprendre certains fonctionnements. Les combinaisons en attaque et les positionnements défensifs sont très vite assimilés par le Fidjien, qui progresse à vitesse grand V.

De plus en plus, ses entraîneurs l'utilisent en tant que centre. Son impact sur les défenses est impressionnant. « Lorsqu'il ne marque pas, il monopolise de nombreux défenseurs et possède une certaine faculté à faire jouer derrière lui » concède Simon Mannix, à l'issue d'une rencontre.

En deux saisons, Virimi Vakatawa dispute 37 matchs toutes compétitions confondues et marque 8 essais. Mais ces statistiques ne reflètent pas l'impact qu'il a sur les différentes rencontres. Antoine Battut confie même que : « Virimi est un phénomène, il fait partie des joueurs capables de débloquer une situation très rapidement ». Ces performances lui valent une première convocation en 2014, pour un stage de préparation du XV de France.

Seul problème : les petites blessures s'accumulent et son physique se fragilise. À tel point que lors de la saison 2013/2014, il ne dispute que 5 rencontres, avant de se présenter devant un choix crucial : continuer au Racing sans jouer, ou accepter une proposition pour rejoindre l'équipe de France à 7. Là encore, la pépite ne se fait pas prier.

Un des meilleurs joueurs à VII de la planète

Un Fidjien en équipe de France à VII, c'est la grande nouveauté, en 2014. Et encore une fois, Vakatawa ne met pas bien longtemps pour s'acclimater à ce nouveau format, et surtout, pour devenir dominant. Parce que oui, en l'espace de deux saisons seulement, le natif de Rangiora, en Nouvelle-Zélande, devient l'un des meilleurs au Monde. Ses statistiques peuvent largement en témoigner : 121 rencontres disputées pour 78 essais, sans oublier tous les franchissements et autres passes décisives à son actif. Rien que ça. En 2016, il est nominé parmi les trois meilleurs joueurs du circuit.

Surtout, il aide la France à se qualifier pour les JO de rugby à VII. Un moment important pour le rugby tricolore. Malheureusement, ses qualités individuelles ne permettent pas à la France d'atteindre le dernier carré de la compétition.

Selon plusieurs observateurs, c'est sur cette période-là que l'actuel racingman a emmagasiner un maximum d'expérience et de confiance. Et c'est à ce moment-là que Laurent Labit pense à lui pour rejoindre son effectif, l'estimant prêt à devenir un joueur régulier et imprévisible.

Du Bleu dans les yeux

Pendant sa (longue) pige à VII, les dirigeants de la Fédération et le staff de l'équipe de France se questionnent : Vakatawa est-il en mesure d'intégrer l'équipe de France à XV alors qu'il ne joue pas pour un club de Top 14. La réponse semble être oui puisqu'en 2016, il est convoqué pour la première fois avec les Bleus afin de disputer le VI Nations. Il est le second joueur d'origine fidjienne à jouer pour la France après Noa Nakaitaci.

Et malgré quelques doutes quant à sa forme physique et ses capacités à basculer du VII vers le XV (notamment sur le positionnement défensif et offensif), Vakatawa est titularisé lors des cinq rencontres et s'impose comme un véritable moteur pour la ligne d'attaque française. Il inscrit même un essai durant la compétition.

En 2017, grâce à ses premières excellentes prestations avec le Racing, où il a effectué son retour, il dispute dix autres rencontres avec les Bleus. À chaque fois en tant que titulaire. Et l'ailier marque cinq essais puis devient le chouchou du public. Finalement, le fait d'écouter tous les matins la « Marseillaise » lui aura été bénéfique.

Meilleur marqueur du Top 14 et mondialiste

La saison la plus aboutie de Vakatawa reste bien celle de 2018/2019. Treize essais inscrits dans la saison et surtout, un repositionnement au centre qui permet au Racing d'utiliser les espaces autour. Pourtant, Jacques Brunel est contre ce positionnement et décide de ne pas le convoquer pour le VI Nations ni pour le mondial. "C'est la vie" s'exclame Vakatawa lorsqu'on lui demande son ressenti. Mais sur un coup du sort, Doumayrou se blesse et déclare forfait pour le Japon. La suite, on la connaît. Le malheur des uns fait le bonheur des autres paraît-il. Il serait alors satisfaisant de voir Virimi Vakatawa rendre toute une nation heureuse dans quelques semaines.

La décla :

" J’ai besoin de plus de temps, je suis bien ici avec le VII. Ça mérite réflexion"

Fiche technique :

Virimi Vakatawa, 27 ans (né le 1er mai 1992 à Rangiora, en Nouvelle-Zélande)

Centre / Ailier - 1,85m – 98 kg

Clubs : Racing 92 (2010-2014) ; France 7 (2014-2017) ; Racing 92 (2017-2020)

Statistiques à XV : 140 matchs de Top 14, 28 essais ; 30 matchs de Coupe d'Europe, 6 essais.

Palmarès avec le XV de France : 17 sélections, 6 essais.

Crédit photo de couverture : Inigo Brothers

Mathieu VICH

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0