Rugbyrama

Ledesma revient sur ses choix pour affronter la France

Ledesma revient sur ses choix pour affronter la France

Le 20/09/2019 à 09:00Mis à jour Le 20/09/2019 à 11:53

COUPE DU MONDE 2019 - Avant France-Argentine, Mario Ledesma s’est confié sur ses choix. Le sélectionneur des Pumas s’attend à un match fermé, entre deux solides défenses. Et celui qui a passé presque 15 ans en France n’occulte pas le côté particulier de ce duel.

C’est sur un petit air de musique classique impossible à stopper dans la salle de presse que Mario Ledesma est revenu sur ses choix pour ce premier match de Coupe du Monde face à la France. Et de suite, l’ancien talonneur a justifié la présence de Tetaz Chaparro, Creevy et Figallo en première ligne. "Il me paraissait important d’avoir des joueurs expérimentés contre une très bonne première ligne française. Nous avons fait beaucoup de choses aux entrainements, il y a eu des rotations et il me paraissait que cette organisation était la meilleure."

Remontant ainsi les lignes, le technicien s’est attardé sur la présence de Nicolas Sanchez à l’ouverture. "Ce qui a fait pencher la balancer (sur la présence du Parisien), c’est le match contre Randwick (victoire des Pumas 74 à 0, ndlr), car il a été très bon, et aussi les entrainements. Ce n’est pas un secret de dire que Nico a été un peu imprécis durant le Rugby Championship mais il va de mieux en mieux, il a incorporé les systèmes et je pense qu’il est maintenant plus frais. Il ressent mieux le pouls de l’équipe et il sait qu’il en a besoin", explique Mario Ledesma.

Enfin, le sélectionneur s’est attardé sur ses deux ailiers, Moyano et Moroni. "Rami (Moyano) est un de ces joueurs qui peut faire basculer le cours d’un match. Et avec Moroni, ils donnent une intensité et une folie à l’équipe. Il n’était pas possible de ne pas les avoir dans le XV", insiste-t-il.

Ce facteur lui semble d’ailleurs essentiel car Ledesma estime que "la clé sera de savoir comment déjouer la défense de la France qui a changé sa façon de défendre, venant très haut et en laissant peu d’espaces. Ce sera un coup sur un match fermé entre deux bonnes défenses."

Rappelons que les Argentins sont sur une série de neuf revers consécutifs, et sortent d’un Rugby Championship où l’entraineur a tout de même vu des choses positives. "On est passé pas loin dans pas mal de matchs. On a un ballon de match contre les Blacks et on finit à 6 points contre l’Australie qui a ensuite battu la Nouvelle-Zélande. À mes yeux, on aurait dû gagner le dernier match contre l’Afrique du Sud. On a vu pleins de choses positives qui nous ont servi à préparer ce match (contre la France)."

" Jouer la France est toujours spécial"

Si le sélectionneur argentin a confié que cette rencontre aurait forcément un aspect particulier pour lui, "jouer la France est toujours spécial mais il n’y a pas trop le temps de s’attarder sur ce type de détails", il s’est également attardé sur la titularisation du côté des Bleus de Romain Ntamack à l’ouverture. "C’est un jeune joueur et il est sûr que l’on va essayer de lui mettre beaucoup de pression et nous verrons comment il se comportera, à condition bien sûr que nous réussissions à en mettre. S’ils l’ont mis, c’est parce qu’il est le meilleur. Après, il a toujours 20 ans et le jeu s’articule autour de lui. On va essayer de le mettre sous pression mais pas plus qu’un autre dix."

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0