Icon Sport

All Blacks-France, l’antisèche : Un épilogue cauchemardesque, à l’image des 4 années de Saint-André

L’antisèche: Un épilogue cauchemardesque, à l’image des 4 années de Saint-André

Le 18/10/2015 à 00:45Mis à jour Le 18/10/2015 à 01:32

COUPE DU MONDE - Le XV de France a subi sa pire humiliation en Coupe du monde face aux All Blacks (62-13) à Cardiff. Une copie terne, sans vie, sans rébellion... tout simplement à l’image du mandat de Saint-André à la tête des Bleus. Notre antisèche.

Le jeu : Les Bleus mazoutés !

Il n’y pas eu de match. Clairement. A la pause, le XV de France accusait seize points de débours face à des All Blacks d’une sérénité incroyable (29-13). Dès qu’ils accéléraient, ils débordaient facilement des Bleus aux abois en défense, fébriles en conquête et pris par l’impact physique. Ce n’est pas une mais trois voire quatre divisions d’écart qu’il y avait entre les deux nations. Le second acte a ressemblé à un chemin de croix pour les Bleus. Le moral au fond des chaussettes, les coéquipiers de Dusautoir n’ont pu qu’assister impuissants au récital des champions du monde en titre. Neuf essais encaissés pour des Bleus mazoutés (62-13). Le Mondial 2015 s’achève sur une incroyable déconvenue.

La déception de Morgan Parra (XV de France) face aux All Blacks - 17 octobre 2015

La déception de Morgan Parra (XV de France) face aux All Blacks - 17 octobre 2015AFP

Les joueurs : 23 All Blacks monstrueux, les ailiers bleus humiliés

Avec un triplé et des charges de mammouth, Julian Savea a ridiculisé la défense française. Il a fait passer Noa Nakaitaci pour un Cadets. Au centre, Ma’a Nonu s’est amusé avec trois franchissements et six défenseurs battus. La deuxième ligne Retallick-Whitelock n’a eu de cesse d’avancer sur chaque impact et Richie McCaw s’est montré impérial dans les rucks. Bref, du 1 au 23, les All Blacks ont tout simplement été monstrueux.

Louis Picamoles (XV de France) face aux All Blacks - 17 octobre 2015

Louis Picamoles (XV de France) face aux All Blacks - 17 octobre 2015AFP

Côté tricolore, que dire ? Une déculottée collective. Les ailiers Dulin et Nakaitaci n’étaient tout simplement pas au niveau, dépassés sur chaque action défensive. Dusautoir, Maestri, Papé ou Ben Arous ont aussi coulé. Le Roux s’en sort honnêtement en défense (14/14 au plaquage) mais perd trois ballons. Pour les rares satisfactions, mentionnons Fofana (3 franchissements, 6 défenseurs battus), Spedding, Picamoles et Kockott.

Ce qui aurait pu tout changer : ...

On a beau chercher, on ne voit pas. Aucun évènement de ce match n’aurait pu permettre aux Bleus d’éviter une telle raclée. 49 points d’écart, c’est un gouffre. Les maux bleus, ils datent depuis très longtemps. Peut-être aurait-il fallu que la FFR prenne ses responsabilités en amont...

Les tweets montrant qu’il y avait une classe d’écart

Des actions qui prouvent la différence de niveau entre les deux équipes. A se demander si elles pratiquaient le même sport...

La stat : 6

Pendant quatre ans, Saint-André n’a quasiment pas enregistré de victoires probantes. La preuve : 6 succès en 29 confrontations face à des nations majeures. Tout est dit...

La décla : Dusautoir (Capitaine du XV de France)

La question : Quel est l’avenir du XV de France ?

Il s’écrit déjà sans Saint-André. Et les quatre dernières années sont à oublier. Au plus vite. Jamais un sélectionneur n’a affiché un bilan aussi négatif. Le XV de France ressemble à un incroyable champ de ruines et tout est à rebâtir. Avec qui ? Quel plan de jeu ? C’est tout là le chantier qui s’ouvre pour Guy Novès, le successeur de PSA.

Tirer à boulets rouges sur Saint-André ne servira à rien. Il n’est pas le seul responsable de cette situation. Il ne décide pas tout. Il n’est pas la tête pensante du rugby français en général. Les instances dirigeantes doivent faire face à leurs responsabilités et surtout revoir en profondeur le mal qui persiste depuis tant d’années au sein de l’Hexagone. Il en va de la survie du XV de France. Car ce samedi, c’est une bien triste image qui a été montrée à la face du monde.

Contenus sponsorisés