Icon Sport

Elissalde : "Nous aurons certainement des écueils à franchir pour écrire notre histoire"

Elissalde : "Nous aurons certainement des écueils à franchir pour écrire notre histoire"
Par Rémy Rugiero via Midi Olympique

Le 16/12/2020 à 17:02Mis à jour Le 16/12/2020 à 17:08

CHAMPIONS CUP - Les chances d'accéder aux phases finales de la compétition s'amenuisent pour Montpellier, après la défaite initiale face au Leinster, imposant aux Cistes un parcours sans failles. Avant le périlleux déplacement aux Wasps qui se profile, Jean-Baptiste Elissalde, en charge de la défense et du jeu au pied, révèle son sentiment sur la situation du club. Entretien.

Jean-Baptiste, quel est l'état des troupes après l'échec subi face au Leinster samedi dernier ?

Il y avait un peu de fierté d'avoir essayé de rivaliser mais surtout de la déception avec un score final qui est lourd, qui ne reflète absolument pas notre investissement. On offre deux essais aux Irlandais qui n'avaient pas besoin de telles munitions. J'ai donc des regrets par rapport à ces quelques situations où l'on se fait punir. Ce n'est pas révélateur de ce que les garçons ont mis sur le terrain.

Cette compétition n'autorise aucun relâchement, les Wasps se dresseront déjà sur votre route...

Après avoir affronté l'une des meilleures équipes européennes, on enchaîne avec le vice-champion d'Angleterre, auteur d'une dernière saison remarquable. Même si cela semble plutôt compliqué pour eux cette saison, la vidéo nous a démontré une formation qui reste appliquée, très dense. C'est une confirmation, et nous savions à quoi nous attendre dans cette compétition. J'ai la faiblesse de croire qu'on s'améliore en se confrontant à ces équipes réputées. Nous avons encore une différence à combler pour tenir une intensité sur l'intégralité d'une rencontre.

Du coup, ce déplacement n'implique aucune forme de pression ?

La pression, on s'en met toujours un petit peu. Pour déjà être à la hauteur, mais aussi progresser. Défensivement, si en championnat tu peux limiter la casse parfois, la Champions Cup n'excuse aucun impair dès que le rythme s'amplifie. On y travaille chaque semaine, nous n'hésitons pas à revenir sur certains points à améliorer, j'attends donc du contenu ce week-end pour poursuivre notre cheminement.

Cela représente une opportunité pour certains de prendre du temps de jeu ?

Déjà car nous avons pas mal de pépins physiques, entre tous ces reports de matchs à cause du virus, nous sommes à la recherche d'un rythme, d'une continuité. Le match de reprise nous concernant à Bayonne nous coûte en terme de blessures. Les rotations surviennent, les corps devant s'habituer à une nouvelle cadence. Si nous faisons encore un faux-pas, on pourrait être tenté de voir plus de monde même si l'objectif ne concerne aucunement un turn-over.

" "Dès mon arrivée au club, je me suis mis dans l'excès sur l'attitude défensive""

Parlons du système défensif qui vous concerne, un secteur plutôt performant ?

Quand je suis arrivé en cours de saison dernière au club, je me suis mis exprès dans l'excès en demandant aux joueurs de monter très fort sur la ligne. Je savais qu'au début cela serait particulier mais une fois qu'on atteignait cette vitesse de ligne, il faudrait maintenant l'adapter en fonction de l'opposition. Cela nous arrive de connaître des difficultés sur les transitions, parfois sur la circulation avec un déséquilibre qui peut être généré. Ces demi-secondes, ces secondes que nous perdons à vouloir rattraper une erreur et qui nous sépare encore du très haut niveau.

Comment expliquer les échecs successifs du MHR en Coupe d'Europe ?

Je ne cherche pas vraiment de motifs à cette situation, on s'était dit qu'un exploit face au Leinster aurait permis de déclencher quelque chose dans l'état d'esprit et dans la confiance. Malheureusement ce ne fut pas le cas, nous poursuivons cette recherche afin de pouvoir se lâcher un peu plus avec le ballon mais aussi d'être plus sereins sans. Face aux Wasps, le contexte sera à nouveau hostile, j'espère que les garçons parviendront à franchir ce palier.

Arthur Vincent est un jeune capitaine, est-ce qu'il répond à vos attentes ?

Pas facile quand tu es jeune mais Arthur a beaucoup de recul par rapport à cette responsabilité. Malgré son jeune âge, il fait preuve d'assise, reste très serein selon le contexte, il verbalise concrètement auprès de ses coéquipiers. Je ne suis pas au courant de tout, mais j'imagine qu'à l'intérieur du groupe, pas mal de joueurs doivent le soutenir. Sincèrement, il affiche une certaine maturité, et Xavier Garbajosa a fait un excellent choix en lui confiant cette mission.

Ce début de saison n'a pas épargné Montpellier, éprouvez-vous de la frustration ?

Quand on fait ce métier, c'est dans ces moments-là qu'on cherche la solution et que l'on se resserre. Comme je disais à Xavier Garbajosa, nous ne sommes qu'à 1/6 ème de notre projet. J'ai regardé toutes les équipes du haut de tableau, les techniciens sont en place pour la plupart depuis de nombreuses saisons. Nous aurons certainement des écueils à franchir pour écrire notre histoire. Je reste persuadé qu'avec la qualité de notre effectif, hormis le match face au Racing 92, nous n'avions jamais été loin dans les résultats.

Il existe cette ADN de la victoire que vous avez connu au Stade Toulousain avec Xavier Garbajosa et que vous souhaitez mettre en place dans le club ?

Oui bien sûr, mais il faut qu'on se détache de cela, nous ne sommes plus dans le même univers. On souhaiterait juste que pour les garçons, jouer les coups, faire des passes ne soit pas perçu comme un risque. Actuellement, on sent cette crainte, cette peur de l'exécution. Il faut s'évertuer à résister à toute forme de pression extérieure, celle de la presse, de l'agent ou d'autres personnes. L'état d'esprit est encourageant, il faut maintenant trouver les moyens d'enlever ce frein à main qui perdure.

Contenus sponsorisés