Icon Sport

La Rochelle : les dernières tendances avant la finale

La Rochelle : les dernières tendances avant la finale

Le 19/05/2021 à 14:17Mis à jour

CHAMPIONS CUP - Si un (léger) suspense plane toujours sur la présence ou non de Botia, le groupe rochelais qui ralliera Twickenham samedi, pour disputer la finale contre Toulouse, devrait être très proche de celui aligné lors de l’exploit face au Leinster.

On prend les mêmes et on recommence ? Trois semaines après le colossal exploit réalisé face au Leinster (32-22) à Deflandre, le staff maritime devrait s’appuyer, peu ou prou, sur la même ossature pour tenter de décrocher le premier trophée majeur de son histoire, samedi à Twickenham. Tout sauf une surprise, à vrai dire. Des 23 joueurs ayant défié la province irlandaise le 2 mai dernier, "seul" Pierre Aguillon manque à l'appel, cette semaine, à l'entraînement. Et pour cause, le centre a été victime d'une désinsertion de l’ischio-jambier, pas plus tard que samedi dernier, contre Agen.

Lors du récital face à la lanterne rouge (59-0), pour le compte de la 24e journée de Top 14, neuf des quinze titulaires de la demi-finale ont démarré la partie, qui faisait office de répétition générale avant la finale de Champions Cup. Quatre autres (Wardi, Sazy, Alldritt, Rhule) se trouvaient sur le banc. « Le XV aligné à Twickenham ? Ce sera à peu près similaire, confiait, la veille, l'entraîneur adjoint des avants, Romain Carmignani. Il y aura peut-être quelques petits changements mais on ne sera pas loin du compte. » Tout dépendra, surtout, de la décision prise autour de Levani Botia, touché à la cheville face au Leinster.

Botia, coup de bluff d'O'Gara ?

Jouera, jouera pas ? Il était bien là, en tout cas, le centre fidjien, hier martin, mardi, à l'entraînement collectif. Comme prévu. Romain Carmignani s'étant dit, le week-end précédent, "carrément optimiste" quant à sa présence face au Stade Toulousain. Certes, on ne l'a pas vu ballon en main, pendant la poignée de minutes où les arrières ont rejoint la séance ouverte à la presse. Arrivé en trottinant, "Lep's" a ensuite lancé un vortex quand ses coéquipiers faisaient circuler la gonfle. Signe d'une reprise allégée. "Dans tous les cas, pour un événement comme celui-là, même s'il y a des pépins physiques ou des petits bobos, les mecs vont savoir passer outre et se dépasser pour cet évènement exceptionnel", glissait Rémi Bourdeau hier soir, dans une émission organisée par le club maritime.

Tout laisse à penser que le surpuissant trois-quarts sera prêt, donc, samedi. Tout, hormis une phrase de Ronan O'Gara. "Botia ? Rien n'est décidé. Il est entre les mains du staff médical. Il reste quelques jours importants avant le match. C'est un joueur très important pour le club, il a beaucoup d'humilité mais s'il n'y arrive pas, ce n'est pas la fin du monde." Habitué aux coups de bluff à longueur de saison, le technicien irlandais sait qu'il a intérêt à ménager le suspense auprès de l'adversaire toulousain. Mi-février, son centre avait sorti une prestation stratosphérique, malgré la défaite des siens, face à l'actuel leader du Top 14.

Quelques incertitudes, encore, sur le banc

Si Rhule a souvent alterné, non sans briller, entre l'aile et le poste de second centre cette saison, une éventuelle absence de Botia sonnerait comme un handicap de taille. Avec la blessure d'Aguillon, après celle de Sinzelle, les solutions au centre s'amenuisent à La Rochelle. Le jeune Mathis Lafon, bien que prometteur, sort tout juste des deux premières titularisations de sa carrière, en Top 14.

Derrière, d'ailleurs, qui sera remplaçant à Twickenham ? Mis à part Jules Plisson, la question n'est pas encore tranchée. Samedi dernier, le staff a testé Thomas Berjon à l'aile, en fin de partie. Quand Arthur Retière couvrait finalement le poste de 9, qu'il connait bien. Jules Favre, aussi, espère en être. Devant, Wardi et Priso restent en balance pour le numéro 1 dans le dos. De retour, Mathieu Tanguy pourrait concurrencer Thomas Lavault en seconde latte. En troisième ligne, le choix s'annonce cornélien. Si le quatuor Alldritt-Vito-Gourdon-Liebenberg se dégage, Paul Boudehent frappe fort à la porte. Son profil colle à l'adversaire. Il était d'ailleurs présent lors des deux précédents duels contre Toulouse, cette saison, en Top 14.

Contenus sponsorisés