Icon Sport

Le Racing manque de peu l’exploit

Le Racing manque de peu l’exploit

Le 19/01/2020 à 15:59Mis à jour Le 19/01/2020 à 16:24

CHAMPIONS CUP - Le Racing 92 s’est incliné (27-24), ce dimanche à l’Allianz Park, face aux Champion d’Europe, ce alors que les Saracens ont évolué une grande partie de la seconde période à 14 contre 15.

Soyons honnêtes, le premier sentiment qui vient après ce nouveau duel franco-anglais est un sentiment de plaisir au regard de la qualité de la rencontre. Mais après-coup, il faut reconnaitre qu’il s’agit finalement d’une contre-performance plus que frustrante pour le Racing 92 qui doit se contenter d’un bonus défensif qui ne lui permet pas d’assurer de manière certaine un quart de finale à domicile dans cette Champions Cup. La faute à une pénalité concédée en toute fin de match (76’), qui qualifie par la même occasion le club anglais plus que jamais dans la tourmente après l’officialisation de sa relégation en seconde division à l’issue de la saison.

Le dernier duel du jour entre Toulouse et Gloucester va décider de la suite des deux équipes sur la scène européenne, mais l’on ne peut pas véritablement reprocher grand-chose aux Franciliens qui se sont donnés. Le point de déception sera ce carton jaune à l’encontre de Bernard Le Roux pour un plaquage à retardement sur Owen Farrell (69’) qui aura remis les deux équipes à 14 contre 14, ce alors que les Sarries avaient perdu Will Skelton en fin de première période (40’). Le deuxième ligne australien s’est en effet rendu coupable d’un plaquage à l’épaule sur le visage de Brice Dulin, entrainant son exclusion alors qu’il avait remplacé Billy Vunipola.

Six essais, un chassé-croisé

Le rythme fut que plus soutenu sur l’essentiel de la rencontre débutée tambours battants par l’essai de Maro Itoje, dans la foulée d’une pénaltouche après un gros travail des avants (2’). Le géant deuxième ligne a même signé le doublé en début de seconde période, sur une transversale de Brad Barritt et après l’enchainement de Taylor et Earl (49’). Entre temps, c’est Mako Vunipola qui avait fait travailler sa puissance suite à un ballon porté (11’). Et les Anglais n’auront d’ailleurs pas à regretter l’échec au pied d’Elliot Daly sur une pénalité à 45m face aux perches (70’).

Mais les Racingmen ont également su réagir dans ce contexte, car bien que menés 14 à 0 suite à un premier quart d’heure difficile, ils ont aussi eu leur quart d’heure de grâce. Virimi Vakatawa s’est distingué sur un renvoi et suite à un ballon relâché par Daly (14’), puis en slalomant dans la défense sur un service de Finn Russell (31’). Louis Dupichot s’est également montré décisif en venant intercepter une passe de Farrell pour se faufiler dans le dos de la défense (27’). Mais des efforts insuffisants pour conserver le leadership, et contenir le réveil des locaux après la mi-temps.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés