Icon Sport

Toulouse, le jour est (presque) arrivé

Toulouse, le jour est (presque) arrivé
Par Jeremy Fadat via Midi Olympique

Le 15/09/2020 à 13:41Mis à jour Le 15/09/2020 à 15:21

CHAMPIONS CUP - Depuis près de quatre mois, le Stade toulousain est entré dans compte à rebours qui doit le mener jusqu'à son quart de finale de Champions Cup, contre l'Ulster, dimanche. Premier rendez-vous majeur de la saison, que les Rouge et Noir ont coché de longue date.

C'était le lundi 13 juillet dernier. Derrière de longues semaines de préparation forcément singulières, par petits groupes comme le préconisait le protocole de la LNR en raison du contexte sanitaire, les Toulousains retouchaient enfin le ballon de manière collective. Il n'y avait qu'à observer l'enthousiasme affiché par les troupes stadistes sur le terrain d'entraînement d'Ernest-Wallon, malgré les nombreux en-avant à déplorer, pour mesurer combien ces séances avaient manqué. Et, très vite, les premiers aveux fusaient.

D'abord dans la bouche du manager du haut niveau Jérôme Cazalbou : "Le quart est dans toutes les têtes. Il l'est depuis le début de la saison 2019-2020. Les joueurs avaient eu un autre investissement sur les semaines européennes, ce qui a permis de finir invaincu en poule. On sait que, pour eux, ce sera plus simple de se préparer pour le quart que pour les premiers matchs de Top 14. Le boulot du staff est de motiver aussi pour le championnat mais le confinement a amené cette volonté de rapidement retrouver la compétition. Il y a de l'appétit." Cela s'est vérifié ces deux dernières semaines. Et la perspective européenne n'était donc pas anodine.

Au point physiquement

Lors de la défaite in extremis à Clermont à treize contre quinze, ou lors du succès contre La Rochelle samedi, les Toulousains ont déjà apporté plusieurs éléments de réponse sur les incertitudes qui pouvaient accompagner ce début de saison. Le premier, c'est que cette équipe n'a rien perdu de l'ambition qui est la sienne, à savoir proposer de la vitesse et un jeu séduisant. Offensivement, les hommes d'Ugo Mola ont même impressionné. Avec le Racing, c'est certainement la formation qui a été capable de placer le curseur le plus haut dans ses temps forts. Bonne nouvelle.

L'autre, c'est que cette troupe semble prête physiquement, comme en témoignent ses deux fins de rencontre durant lesquelles elle a largement dominé son adversaire. Le revers, c'est qu'elle a encaissé trop de points et connu des temps faibles coupables. Pour autant, il y a de quoi se rassurer. Et ce n'est finalement pas un hasard... Depuis quatre mois, le Stade toulousain est entré dans un compte à rebours qui doit justement le mener jusqu'à ce dimanche 20 septembre, et la réception d'l'Ulster. Premier événement majeur d'un exercice pas comme les autres.

Guitoune : "L'envie est toujours là"

En réalité, la décision, prise très tôt par l'EPCR, de terminer l'édition 2019-2020 de ses Coupes d'Europe fut une aubaine, autant qu'un soulagement, pour les coéquipiers du capitaine Julien Marchand. Parce que, depuis le Brennus décroché en 2019, la Champions Cup est devenue un objectif, de plus en plus assumé, pour une génération qui ne cesse de grandir. "On le voulait l'an dernier et ça s'est vu, confiait récemment Sofiane Guitoune. L'envie est toujours là." Alors, c'est simple : depuis leur retour dans l'enceinte d'Ernest-Wallon après le confinement, les Toulousains ont cette date en ligne de mire.

C'est même elle qui a régi les efforts. "Cette équipe est en train de préparer déjà son quart de finale à domicile, et elle a trois mois et demi pour ça", clamait le président Didier Lacroix début juin. Voilà aussi qui explique, face à la détermination de chacun de trouver sa place dans le groupe des 23 qui sera choisi pour dimanche, la débauche d'énergie à Clermont et contre La Rochelle. Sur le papier, et même s'il faudra certainement se déplacer sur le redoutable terrain d'Exeter en cas de succès face à l'Ulster, Toulouse apparaît sûrement comme la meilleure chance française aujourd'hui. Lacroix avait prévenu : "Un titre de champion d'Europe est à décerner en octobre." Ses hommes, en pleine progression depuis trois ans, veulent savoir s'ils sont capables de le décrocher. L'heure est à la vérité.

Sofiane Guitoune avec Toulouse

Sofiane Guitoune avec ToulouseIcon Sport

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés