Icon Sport

Cotter face à son monstre

Cotter face à son monstre

Le 08/12/2017 à 14:07

Appelé aux commandes de l’Écosse entre 2014 et 2017, Vern Cotter s’est amplement servi de la franchise de Glasgow pour bâtir un XV du Chardon performant. De quoi redouter, en filigrane de cette double confrontation, de voir le MHR piégé par le travail de fond de son propre boss...

Comme le foot italien face à la France de 1998, comme le XV de France face à l’Argentine en 2007, le créateur est-il sur le point de se faire dévorer par son propre monstre ? C’est en tout cas ce que doit craindre Vern Cotter, au moment pour le nouveau patron du MHR d’affronter la province de Glasgow… Arrivé en 2014 avec pour mission de redresser le rugby écossais, l’ancien gourou de l’ASMCA s’est en effet principalement appuyé sur la franchise des Warriors pour faire passer son message.

Sa recette ?

Elle fut, en réalité, à peu près la même que celle qui permit de ramener le premier Brennus de l’histoire de la place de Jaude : Une préparation physique optimale, une exigence totale dans "l’entraînement invisible", une précision d’horloger dans les phases de ruck susceptibles d’offrir aux joueurs écossais, déjà adeptes du mouvement, du sens à leurs aptitudes traditionnelles. Le tout, il faut bien le dire, agrémenté au niveau international d’un "recrutement" intelligent de joueurs d’origine étrangère, comme le pilier WP Nel, les troisième ligne Richard Strauss et John Hardie ou les ailiers Sean Maitland et Tim Visser, sensés amener au XV des Highlands la densité dont il manquait traditionnellement au niveau international…

Résultat ?

La sélection écossaise a réussi son retour sur le devant de la scène sous les ordres de Cotter, ne se voyant privée de demi-finale lors de la Coupe du monde 2015 que par une erreur d’arbitrage de Craig Joubert (laquelle, pour le coup, fut officiellement reconnue par World Rugby) face au futur finaliste australien. Une progression validée en 2016 par un succès historique face au XV de France de Guy Novès (29-18) synonme de fin d’état de grâce pour le sélectionneur français. Le hic ? C’est que Cotter ne put justement pas tirer les fruits de son travail, le deal original étant clair : Céder la place, à l’été 2017, à un sélectionneur écossais. Greg Townsend pour ne pas le nommer, qui fit ses dents au plus haut niveau avec…

Les Glasgow Warriors, qu’il amena jusqu’au titre en Pro 14 en 2015 et ne cessent de progresser depuis, à l’image d’un parcours sans-faute dans leur championnat depuis le début de la saison sous la houlette d’une autre vieille connaissance de Cotter, le Kiwi Dave Rennie. De quoi envisager le pire pour le MHR, à qui une seule défaite face à Glasgow ôterait définitivement toute chance de qualification ? Franchement, on ne lui souhaite pas. Mais la réalité du Scotstoun Stadium, qui sonnera l’heure des grandes retrouvailles entre Cotter et le rugby écossais, pourrait bien être toute autre...

Contenus sponsorisés
0
0