Icon Sport

Carter : "Heureux de voir mes crampons sales à nouveau"

Carter : "Heureux de voir mes crampons sales à nouveau"

Le 22/01/2018 à 09:04Mis à jour Le 22/01/2018 à 09:08

De retour à la compétition après trois mois d'absence, l'ouvreur star du Racing 92 nous a confié, non sans un brin d'humour, ses impressions à l'issue d'un match disputé dans des conditions dantesques.

Rugbyrama : Quel est votre sentiment après ce victoire à l'arraché ?

Dan Carter : Tout d'abord je suis très heureux pour l'équipe, et le fait qu'elle se qualifie pour les quarts de finale de Coupe d'Europe. L'objectif avait été fixé en début de saison et tout le monde s'y est tenu malgré des conditions de jeu particulièrement difficile. Sur un plan plus personnel, je suis vraiment heureux de retrouver le terrain après trois mois d'absence.

Vous avez joué une demi-heure, laquelle vous avez passé une grande partie du temps à plaquer...

D.C. : En effet, ce n'était pas un match très drôle à jouer, surtout pour les trois-quarts. C'était un duel d'avants, et je dois dire qu'une grande partie du sale boulot avait déjà été faite avant mon entrée en jeu, donc il faut leur rendre hommage. Je suis juste heureux de voir mes crampons sales à nouveau, et d'avoir été impliqué dans cette rencontre. Il me tarde de construire à partir de ce match, et de regagner en confiance pour le reste de la saison.

Dan Carter (Racing 92)

Dan Carter (Racing 92)Icon Sport

Votre retour est d'autant plus important qu'il coïncide avec le départ des internationaux français du Racing 92...

D.C. : Oui, nous allons perdre pas moins de neuf de nos joueurs pour les Six Nations. Il faut les féliciter et ils vont passer deux mois passionnants à se mesurer aux autres meilleurs internationaux. De notre côté, ce sera une période difficile, et tout le monde doit être prêt. Nous avons construit une belle dynamique au cours des derniers mois, alors je ne suis pas inquiet outre mesure.

Est-on en mesure d'attendre un Dan Carter au sommet de sa forme en 2018 ?

D.C. : Bien sûr ! Comme je vous le disais, je suis heureux d'être soigné et je compte bien montrer à tout le monde que le rugby compte encore énormément pour moi. Je veux toujours apporter le maximum à cette équipe. Parfois, on vit des moments délicats avec les blessures, mais il faut savoir être patient et travailler fort pour revenir. La saison est encore longue, il y a encore beaucoup à faire.

Aviez-vous déjà joué dans ces conditions dans la région du Canterbury en Nouvelle-Zélande ?

D.C. : Non, même dans le Canterbury on a pas ce temps là ! Si vous voulez tout savoir c'était même la première fois de ma vie que je jouais sous la neige ! C'était fou... J'ai déjà eu l'occasion d'aller dans les Alpes pour faire un peu de ski, mais je n'avais joué u rugby sous la neige. Ce fut une bonne expérience finalement... Mais surtout parce qu'il y a eu la victoire au bout !

0
0