Icon Sport

Challenge Cup - Dougall : "Gagner un trophée constituerait la cerise sur le gâteau !"

Dougall : "Gagner un trophée constituerait la cerise sur le gâteau !"

Le 19/04/2018 à 16:54

Une semaine après leur contre-performance à domicile, en Top 14, face à Agen, les Palois doivent se révolter à Cardiff s'ils veulent décrocher leur qualification pour la finale du Challenge Européen qui se jouera à Bilbao.

Rugbyrama : Comment s'annonce cette demi-finale face à Cardiff ?

Sean Dougall : Cette rencontre revêt une importance capitale, tant pour nous que pour le club. L'enjeu du match est énorme. Je connais cette équipe de Cardiff pour avoir joué contre elle lorsque j'étais au Munster. C'est une équipe d'un excellent niveau, très complète et très forte, capable d'envoyer beaucoup de jeu.

Quelles sont leurs forces ?

SD : Ils possèdent un pack puissant et des joueurs qui évoluent ensemble depuis longtemps. Leur troisième ligne est très dynamique et je pense qu'ils vont nous proposer un beau combat d'avants.

Le fait que le match soit arbitré par un Irlandais change-t-il quelque chose à votre approche ?

SD : C'est l'arbitre qui a dirigé la rencontre qui nous a opposés à Gloucester, donc ça ne va pas changer énormément de choses. Peut-être que nous aurons davantage d'opportunité dans les contestes, mais pour le reste ça ne change rien.

Vous qui connaissez l'Arms Park, pensez-vous qu'il y aura une ambiance particulière ?

SD : Ce qui est particulier à l'Arms Park c'est le terrain synthétique. C'est une surface sur laquelle nous n'avons pas l'habitude d’évoluer, même si nous sommes allés travailler dans la semaine sur celui de Morlaàs afin de nous familiariser. La surface du terrain va permettre plus de rapidité dans le jeu. Après, au niveau de l'ambiance à Cardiff, c'est comme partout ailleurs. Leurs supporters vont donner de la voix pour les encourager mais sans hostilité. Le fait qu'ils nous reçoivent leur met une certaine pression sur les épaules, bien qu'à ce stade de la compétition, on est davantage sur un 50-50 au niveau des chances de victoire.

Depuis deux mois vous n'étiez pas présent dans l'équipe type, pourquoi ?

SD : J'ai eu un petit problème avec les ischios et le coach a été confronté à des soucis de gestion des JIFF avec le Top 14. Néanmoins, je suis prêt, frais physiquement, et je suis très excité par le défi qui nous attend samedi.

À Cardiff, la Section doit-elle mettre beaucoup de rythme d'entrée de jeu afin de mieux contrôler la rencontre ?

SD : L'entame du match sera effectivement très importante. De l'intensité que nous mettrons dans les premières vingt minutes découlera notre mainmise sur la rencontre ou pas. Nous savons pertinemment que si nous voulons peser sur les débats, nous devons mettre une intensité maximum.

Compte tenu de la prestation fournie face à Agen le week-end dernier, ne pensez-vous pas que le groupe Palois accuse une certaine fatigue ?

SD : Non, je n'ai pas l'impression. Pour ma part, je vais très bien physiquement. D'autres joueurs comme moi ont peu joué ces derniers temps et je pense qu'ils seront à la hauteur de l’événement samedi. Ces joueurs frais apporteront leur dynamisme, mais au-delà, je sais que nous sommes tous prêts.

Vous n'êtes plus qu'à un match de la finale à Bilbao, est-ce un élément supplémentaire de motivation ?

SD : C'est vrai que de jouer la finale à Bilbao serait une belle récompense. Mais avant d'y songer, nous devons gagner la demi-finale samedi. Nous aurons largement le temps de penser à la suite des événements plus tard. Nous avons fait une belle saison durant laquelle nous avons pratiqué un beau rugby. Bien évidemment que de gagner un trophée récompenserait tout ce travail accompli et constituerait la cerise sur le gâteau. Mais avant, je le répète, il faut franchir l’obstacle Cardiff samedi.

Contenus sponsorisés
0
0