Challenge Cup - Oyonnax s'incline à Newport malgré une première période aboutie

  • Loïc Godener et les Oyonnaxiens se sont inclinés au pays de Galles.
    Loïc Godener et les Oyonnaxiens se sont inclinés au pays de Galles. Icon Sport - Icon Sport
Publié le Mis à jour
Partager :

Oyonnax a fait belle impression chez les Dragons de Newport mais s'est finalement incliné au pays de Galles (24-7). Avec une équipe largement remaniée, les Aindinois faisaient leur retour en Challenge Cup pour la première fois depuis 2018.

Retour en Coupe d’Europe difficile pour Oyonnax, six ans plus tard. Les Rhônalpins ont longtemps cru ramener une victoire du Pays de Galles, mais ont subi le retour des Dragons et s’inclinent 24-7. Dans des conditions de jeu difficiles, les Oyomen n’ont pu conserver leur point de bonus défensif et rentrent bredouilles de ce déplacement chez le dernier du United Rugby Championship. Les promus en Top 14 ont parfois manqué d'expérience et cédé en fin de match.

Oyonnax sérieux, un adversaire maladroit

Malgré une première offensive de la part des Gallois, qui sont arrivés jusqu’aux 22m d’Oyonnax, la première période a été surdominée par le pensionnaire du championnat français. A la fois indisciplinés et maladroits une fois le ballon en main. En touche aussi, les Oyomen étaient meilleurs que leurs homologues, et c’est d’ailleurs de là qu’est partie une longue action collective. Cassang était stoppé sur la ligne, mais on revenait à une pénalité. Jouée vite, elle débouchait sur un essai de Souleymance Coulibaly, par la suite annulé, la faute à un pied mis en touche par l’ailier (15ème).

C’était partie remise. Plus tard, Ravouvou tapait à suivre, mais se faisait battre à la course. Reed manquait son renvoi d’en-but, à cause d’un vent surpuissant, tout au long de la rencontre. On revenait à une mêlée à 5 mètres, un ballon d’attaque en réalité pour Oyonnax, qui créait un surnombre côté droit pour l’essai de Léo Treilles (0-7, 23ème). Les Rhônalpins étaient meilleurs, et bien dans leur match. Newport peinait à sortir de sa moitié de terrain. Cependant, le match était loin d’être joué.

Le réveil des Dragons

Car une deuxième période, cela signifie changement de côté, et donc un rapport au vent complètement basculé. Les Oyomen l’ont vite remarqué. Sur un coup de pied très long, Salles était mis sous pression dans son camp. Soulan préférait relancer à la main plutôt qu’un coup de pied trop faible. Il concédait une mêlée dans ses 22, et en deux passes, Ashton Hewitt permettait à son équipe de revenir à hauteur (7-7, 46ème). Dès lors, le match était plus équilibré, mais penchait pour les locaux. Les touches oyonnaxiennes dans les 22m adverses étaient interceptées. Les Dragons voulaient passer devant, mais Reed manquait des pénalités qui aurait été faciles sans le vent (59ème, 65ème).

L’ouvreur était plus à l’aise dans le jeu, comme sur ce long coup de pied qui mettait en difficulté Salles. L’arrière dégageait à son tour, mais le vent bloquait le ballon près de son en-but. Newport obtenait une touche, et Davies pouvait aplatir (12-7, 74ème). Sur le renvoi en jeu, les Gallois se dégageaient, et Soulan relançait à la main, sans succès. Blacker jouait au pied dans l’espace vide, Rio Dyer était à la conclusion (17-7, 77ème). L’ailier s’offrait même un doublé dans ces cinq dernières minutes. Oyonnax, à la recherche du bonus, concédait une mêlée dans les 22 adverses. Malgré la sirène, les Dragons jouaient et remontaient tout le terrain pour un quatrième essai (24-7, 80ème), synonyme de bonus offensif. Oyonnax s’incline contre les éléments, mais aussi contre ses propres manquements.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?