Top 14 - Le Stade français signe une victoire autoritaire sur Toulouse et continue de s'affirmer

  • Les Parisiens de Mathieu Hirigoyen se sont employés pour écarter Toulouse à Jean-Bouin.
    Les Parisiens de Mathieu Hirigoyen se sont employés pour écarter Toulouse à Jean-Bouin. Icon Sport - Icon Sport
Publié le Mis à jour
Partager :

Le "clasico" entre le Stade français et le Stade toulousain a basculé en faveur des Parisiens (27-12) dimanche soir en clôture de la 9e journée. A Jean-Bouin, les joueurs du Stade français ont longtemps repoussé tous les assauts toulousains grâce à une défense redoutable. Tout en se montrant réalistes à l’autre bout du terrain. Le club de la capitale peut faire la fête, et revient à hauteur de Pau à la 4e place du classement.

Le "clasico" est toujours un match à part. Surtout cette fois-ci, que le club de la capitale en profitait pour célébrer ses 140 ans lors de cette affiche. La fête est belle pour le Stade français avec un succès 27-12 face au Stade toulousain. Sur le papier, l'affiche s'annonçait magnifique dimanche soir en clôture de la 9e journée de Top 14. Sur le terrain, elle a été de qualité. Le Stade français voulait renouer avec la victoire à Jean-Bouin après son revers à la maison devant le voisin Racing 92 et une large défaite à Pau. En face, le Stade toulousain avait fait le déplacement avec toutes ses forces vives disponibles. Et notamment un banc XXL.

Paris, quelle défense !

Les Parisiens prennent rapidement les devants dans cette partie. Grâce à un lancement de jeu derrière mêlée, qui permet aux locaux de vite filer sur l'aile gauche où Lester Etien passe les bras et remet à son intérieur à Léo Barré. Pour un premier essai de l'arrière du Stade français dans cette soirée (7-0, 7e). L'arrière est proche de s'offrir un doublé après un nouveau travail de la mêlée parisienne, Léo Barré est mis sur orbite par Brad Weber mais le n°15 du Stade français est stoppé à 5 mètres de l'en-but (24e). S'en suit une longue période de domination des Toulousains. Mais ces derniers butent sur une énorme défense des Parisiens. Quand le Stade français revient brièvement dans le camp adverse, celui-ci se montre clinique en récupérant une pénalité, convertie par Joris Segonds (10-0, 38e). Les visiteurs finissent fort ce premier acte. Sur une attaque en première main derrière mêlée, ils pensent marquer un essai en bout de ligne après un « une-deux » entre Matthis Lebel et Arthur Retière. Mais Matthis Lebel n’est pas crédité d’un essai pour une obstruction de Santiago Chocobares sur Jeremy Ward (39e). Les partenaires de Thomas Ramos décident d’insister. Ils jouent leurs pénalités à la main et pilonnent à 5 mètres. Et finissent par perdre le ballon. Un tournant dans cette partie. A la mi-temps, le Stade français mène ainsi 10-0. Alors que le Stade français a eu une semaine de préparation perturbée par l’extra-sportif, les joueurs répondent sacrément présent sur la pelouse. Avec une forte solidarité.

Sans trembler, le Stade français s'est logiquement imposé face à Toulouse grâce à un Léo Barré de gala, auteur d'un doublé. Avec vingt-sept points au compteur, les Parisiens recollent au quatuor de tête avant la Champions Cup. #SFPST

Le film du match > https://t.co/4nznddWHmJ pic.twitter.com/m9pCRXaEcZ

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) December 3, 2023

A Paris la fête, à Toulouse la défaite

Dans le deuxième acte, les Parisiens restent longtemps aussi solides en défense. Ils plaquent à tour de bras (Deux fois plus que leurs adversaires !) Rares sont les équipes à laisser ce Toulouse à 0 pendant plus de 50 minutes. Le Stade français se montre en plus efficace en attaque, valide un nouvel essai par Charles Laloi en bout de ligne (50e) et mène alors 20-0 ! Les Haut-Garonnais ne cèdent pas complètement. Forts de leurs entrants si puissants Meafou et Mauvaka par exemple, ils insistent dans le secteur du ballon porté. Après plusieurs avancées sur groupés, l'arrière Matthis Lebel inscrit les premiers points toulousain sur essai (53e). Mais les Parisiens sont redoutables ce dimanche. Certes, ils commencent à manquer des points au pied sur pénalités de Segonds (58e et 62e) et drop de Barré (60e). Mais même quand Pierre-Louis Barassi inscrit l’essai de l’espoir toulousain (20-12, 69e), ils réussissent à reprendre rapidement la marge nécessaire. Grace à un coup d’œil de Rory Kockott qui s’échappe dans un trou de souris sur l’aile gauche avant de repiquer vers l’axe et de retrouver le soutien d’un Léo Barré décidément dans tous les bons coups du Stade français dans cette partie (72e). Pour l’essai de la victoire (27-12). Avec ce succès, la formation de la capitale revient à hauteur de Pau à la 4e place du classement. Toulouse reste 6e du Top 14. Désormais, les deux équipes peuvent se tourner vers une autre compétition : la Champions Cup. Le Stade français débutera celle-ci par un déplacement à Sale et le Stade toulousain accueillera les Cardiff Blues le week-end prochain.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (12)
bubu6431 Il y a 2 mois Le 04/12/2023 à 07:06

Attention il ne faut pas rentrer dans les mêmes travers qu'il y a 8 ans cad il faut apporter des solutions face a nos stars qui faiblissent pour plusieurs raisons

GuydEg Il y a 2 mois Le 03/12/2023 à 23:41

Toulouse ne decolle pas. Les conséquences de "l'échec" du mondial est encore dans les chairs et esprits.

dom3132 Il y a 2 mois Le 03/12/2023 à 23:29

dupond et ramos ne valent plus rien et Mola a fait son temps vite un coup de balai avant la faillite de ce club

Odilederaie Il y a 2 mois Le 04/12/2023 à 05:36

????