Coupe du monde de rugby 2023 - Nouvelle-Zélande - Afrique du Sud : les All Blacks savent à quoi s'en tenir

Publié le
Partager :

Ce samedi, Néo-Zélandais et Sud-Africains s'affronteront en finale de la Coupe du monde sur la pelouse du Stade de France. Opposition de style en vue sauf si Rassie Erasmus s'offre un nouveau coup de génie.

Avec ou sans pop-corn ? Il faudrait poser la question à Ian Foster. Mais si cela restera probablement un mystère, une chose est sûre, le staff néo-zélandais n'a pas loupé une miette de la demi-finale de samedi soir opposant leurs futurs adversaires aux Anglais pour peaufiner leur plan : "Les Springboks ne lâchent jamais rien. C’est dans leur culture, ils sont durs au mal et ils savent se battre. Ils l’ont prouvé lors de la dernière Coupe du monde", analysait Scott McLeod. Et ils l'ont encore plus prouvé lors de cette édition avec des victoires sur le fil face au XV de France en quart de finale et face au XV de la Rose lors de cette deuxième demi-finale

Le tout est que si l'on écoute le discours des deux sélections à l'aube de s'affronter en finale, c'est à une opposition de style sans vraiment de surprise à laquelle il faudra s'attendre. Pour les Néo-Zélandais, rien ne compte plus que la conservation du ballon pour mettre en place le jeu offensif flamboyant qu'on leur connaît : "Il faut juste qu’on arrive à voir les espaces et en profiter", lâchait McLeod. "Juste", cela sonne presque comme une évidence. Mais les Néo-Zélandais gardent encore en tête le terrible souvenir de Twickenham où les Boks s'imposaient 35-7 le 25 août dernier. Alors la clé d'un succès pourrait également résider dans une défense intraitable : "Les Springboks mettent beaucoup de pression et défendent très vite. Quand ils ont le ballon, leurs courses sont tranchantes, on ne pourra pas juste les attendre", poursuit l'entraîneur de la défense néo-zélandaise.

La réussite sous les ballons hauts comme atout supplémentaire

Du côté des Sud-Africains, inutile de préciser que le paquet d'avants et plus précisément la mêlée est, encore et toujours, dans toutes les discussions : "On l’a vu tout au long de la compétition, en mêlée, ils sont impitoyables", explique Scott McLeod. Même son de cloche pour le pilier Tamaiti Williams : "Ils excellent dans cet exercice, on le sait bien. On va étudier précisément la façon dont on peut les contrer. " Dan Human, entraîneur de la mêlée sud-africaine assure : "La mêlée fera toujours partie de notre jeu, comme les touches, les mauls, le jeu au pied. Ce serait bien que la mêlée joue un rôle important dans notre finale, mais on travaille encore pour que tout soit parfait".

Au-delà de la mêlée, la réussite sous les ballons hauts sera sans doute essentielle et Scott McLeod le sait bien : "Ils vont nous mettre sous pression au pied, c’est certain. On l’a beaucoup vu et on l’a travaillé cette semaine. Ils sont bons quand il s’agit de récupérer leurs propres chandelles. C’est là qu’ils envoient le ballon dans le dos de la défense pour occuper la largeur et jouer de là. Ils ont inscrit plusieurs essais grâce à leur jeu dans les airs. Je pense que le premier en l’air l’emportera. On doit s’assurer que le joueur à la réception puisse sauter, gagner son duel et attraper le ballon. C’est simple. Si on y arrive, on est en possession du ballon et on peut en faire ce qu’on veut. Si on perd les duels aériens, ce sera autant de munitions que l’Afrique du Sud pourra exploiter sur des ballons récupérés. On ne veut pas leur donner l’occasion de s’appuyer sur ce point fort". En témoigne le quart de finale face aux Bleus... Reste à voir si Rassie Erasmus ne sortira pas un nouveau coup de génie de son chapeau pour faire basculer la rencontre...

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (3)
envoituresimone Il y a 5 mois Le 25/10/2023 à 13:58

Si il y a une chose que les AB détestent particulièrement, c'est de perdre 2 fois de suite contre le même adversaire. Et vous pouvez être sur qu'ils sauront trouver des solutions pour les faire craquer.

Morisketou Il y a 5 mois Le 25/10/2023 à 08:33

Le coup de génie, ça va être de mettre une bonne pression sur l'arbitre.
Sauf qu'ils ont gagné sur le fil 2 fois grâce à des pénalités "limites", Barnes devrait donc être beaucoup plus vigilant.
Apres, jamais 2 sans 3.

nionenithree Il y a 5 mois Le 25/10/2023 à 10:23

Barnes est beaucoup moins permissif que O Keffe ;à priori ,Samedi prochain serait pluvieux ,on aura droit à des chandelles tout azimuth.