Coupe du monde de rugby 2023 - La France en alerte "urgence attentat" : qu’est-ce que ça change pour France - Afrique du Sud ?

Par Paul Arnould
  • Le dispositif de sécurité a été renforcé pour ce week-end de quart de finale.
    Le dispositif de sécurité a été renforcé pour ce week-end de quart de finale. Icon Sport - Icon Sport
Publié le Mis à jour
Partager :

Suite à la mort tragique d’un professeur à Arras vendredi, la Première ministre a enclenché l’alerte "urgence attentat", niveau le plus élevé du dispositif Vigipirate. Cela change-t-il quelque chose pour le quart de finale de l'équipe de France ce dimanche au Stade de France ?

Le pays est en émoi après l’attaque terroriste qui a frappé un lycée d’Arras vendredi soir entraînant la mort du professeur Dominique Bernard, et fait deux blessés. Immédiatement après ce drame, la Première ministre Elisabeth Borne a enclenché l’alerte "urgence attentat", degré le plus élevé du dispositif Vigipirate en vigueur. Alors que l'équipe de France s'apprête à disputer son quart de finale face à l'Afrique du Sud ce dimanche soir, ce dispositif change-t-il quelque chose en matière de sécurité ?

Contacté, le dispositif presse de l’organisateur du tournoi, France 2023, affirme que "les mesures de sécurisation des stades et autres sites de la Coupe du Monde de Rugby avaient été établies et mises en œuvre conformément au plan Vigipirate au niveau "sécurité renforcée – risque d’attentat". Concrètement, cela veut dire que rien ne change pour France 2023 dans la gestion des rencontres.

Les 80 000 privilégiés qui ont assisté au choc entre l’Irlande et la Nouvelle-Zelande à Saint-Denis samedi soir ont dû se soumettre à "la succession de deux contrôles pour tout détenteur d’un titre d’accès (accréditation ou billet)" qui se déroulent par un contrôle visuel des manteaux et des sacs et une palpation. La mesure de sécurité, en vigueur depuis 2015 en France, "permet d’assurer, en mobilisant des agents de sécurité privée qualifiés et expérimentés, un niveau de sécurité optimal dans les enceintes accueillant l’événement."

France 2023 rassure 

Dans la Capitale ce samedi, le très populaire musée du Louvre a fermé ses portes par mesure de précaution après avoir reçu "un message écrit faisant état d’un risque pour le musée et pour ses visiteurs" a appris l’AFP d’une porte-parole du lieu emblématique. Le château de Versailles a lui été obligé d’évacuer ses visiteurs après une alerte à la bombe. Le contexte, vous l’aurez compris, est donc tendu avant la grande affiche de dimanche soir.

A lire aussi : Coupe du monde de rugby 2023 - "On compte sur ce 16e homme" : les Bleus impatients de retrouver le chaudron incandescent du Stade de France

France 2023 rassure : "En complément du renforcement des mesures déployées par les forces de sécurité intérieure pour protéger tous les participants à la Coupe du Monde de Rugby France 2023, le Comité d’organisation a donné pour directive aux sociétés de sécurité privée qu’il emploie de se conformer constamment aux standards les plus rigoureux en termes de contrôle." Contactée par nos confrères de TF1, la préfecture de police a assuré que la vigilance était accrue du côté de Saint-Denis : "La menace terroriste, réévaluée en permanence, est prise en compte dans la conception du dispositif qui s'adapte en fonction des circonstances. Les lieux de rassemblement font évidemment l'objet d'une attention renouvelée." Le village rugby situé à la Concorde ainsi que tous les autres lieux de rassemblements ne font pas l’objet d’une quelconque annulation.

Une minute de silence 

Vendredi, World Rugby a annoncé qu’une minute de silence allait être observée lors des quatre quarts de finale "en signe de solidarité avec toutes les personnes touchées par les évènements tragiques en Israël et à Gaza." Un moment de recueillement qui sera aussi l’occasion de rendre hommage au professeur tué vendredi à Arras et qui reçoit aujourd'hui un hommage de la nation. "Nos pensées sont avec toutes celles et ceux affectés par les événements tragiques en Israël, dans les territoires Palestiniens et à Arras, en France, nous a confiés l’organisateur. En ces temps difficiles, un esprit de solidarité mondiale est plus important que jamais."

Les nombreux supporters irlandais et néo-zélandais croisés toute la journée du samedi un peu partout dans la Capitale n'ont pas semblé perturbés par ce contexte assez pesant. On a même aperçu deux policiers arborant un drapeau de l’Irlande faire quelques photos avec des supporters tout heureux. Le match de légende entre le XV du Trèfle et les Blacks s'est déroulé dans le calme absolu et aucun problème de sécurité n'a été rencontré. "Ce soir c’est la grande fête du rugby qui va avoir lieu et on a hâte de chanter, lâchait avant le match un Irlandais plutôt festif dans le RER en route pour le Stade de France. Allez les Verts" rajoutait-il, un large sourire illuminant son visage. Rien n'est venu gâcher la fête pour les supporters des Verts, mis à part le résultat du quart de finale et la victoire des All Black...

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?