• Pierre Mignoni a décidé de rester à Toulon malgré les sollicitations du XV de France.
    Pierre Mignoni a décidé de rester à Toulon malgré les sollicitations du XV de France. Icon Sport

XV de France - Pierre Mignoni : "Les Bleus ? Bien sûr, que ça m’a tenté"

Par Mathias Merlo
Le | Mis à jour

En conférence de presse, le directeur du rugby du Rugby Club Toulonnais s’est exprimé pour la première fois sur son choix de rester dans le Var au détriment du XV de France. Pierre Mignoni l'assure, une arrivée chez les Bleus l'a tenté, mais l'ancien demi de mêlée ira au bout de son engagement avec le RCT.

Devant le micro, Pierre Mignoni s’est déjà montré plus disert au moment de répondre aux interrogations de la presse, mais également des supporters varois. De manière inévitable, le Toulonnais pur sucre a été questionné sur son avenir et le moment où il a refusé de rejoindre le staff de Galthié.

Dans l'édition du 9 janvier, le Midi Olympique a révélé que Pierre Mignoni était proche de s’engager avec le XV de France pour l’après 2023 et remplacer ainsi Laurent Labit. De manière rapide, à la suite d’une réunion avec Bernard Lemaître, ce même lundi au matin, l’intéressé avait fait le choix de repousser les avances de la FFR et du sélectionneur pour respecter son engagement avec les Rouge et Noir. Les deux parties sont liées jusqu'en 2026.

Avant la dernière journée de Challenge Cup, face au Zebre, vendredi à Mayol (21 heures), le directeur du rugby au sein du RCT s’est exprimé : "Je n’ai rien à dire. Vous voyez, la presse communique pour vous. J’ai répondu avec mon communiqué. J’ai répondu avec mon engagement. Je reste ici, dans ce projet. J’ai dit à Franck (Azéma, le manager du RCT, NDLR) que l’on restait ensemble. Même si les gens veulent nous diviser, vous voyez, quel dommage !"

Avant d’avouer que la perspective des Bleus l’a fait plus que réfléchir : "Bien sûr, que ça m’a tenté. Cela fait deux fois que j’ai la chance que l’on pense à moi pour cette opportunité. Ça fait plaisir. Ça fait deux fois que je dis non, les raisons me regardent."