• Top 14 - Bayonne - Gaetan Germain
    Top 14 - Bayonne - Gaetan Germain

Bayonne fait craquer Perpignan et reste invaincu à domicile

Le | Mis à jour

TOP 14 - Au bout du suspense, l'Aviron bayonnais s'est imposé face à l'USA Perpignan, ce samedi après-midi, sur sa pelouse de Jean-Dauger (24-20). Longtemps menés, les Basques sont repassés devant en fin de partie, grâce à un essai de l'arrière Gaëtan Germain. Ils restent à distance de la zone rouge, alors que les Catalans, malgré un point de bonus défensif, demeurent bons derniers du championnat.

Bayonne a assumé. Ce samedi, pour la première fois de la saison, le promu basque partait favori face à un adversaire de Top 14. Mis à mal par une solide équipe catalane, il l'a finalement emporté sur un score étriqué dans son antre de Jean-Dauger (24-20), accédant pour l'instant à la neuvième place, alors que son adversaire du jour reste lanterne rouge.

Sur ses terres, Bayonne voulait continuer de faire la loi. Lors des semaines précédentes, les hommes de Grégory Patat avaient fait tomber plusieurs poids lourds de l'élite : le Racing 92, Bordeaux-Bègles et le champion d'Europe rochelais. Rien que ça... Il ne leur restait qu'à récidiver ce week-end, face à une formation de Perpignan plus modeste, mais néanmoins revancharde, elle qui avait subi un revers à domicile le week-end dernier, contre Clermont.

Au jeu des morts de faim, c'était pourtant Bayonne qui, dès le début du match, frappait en premier. Grâce à un jeu rythmé, les Basques mettaient l'Usap sur le reculoir, permettant à Gaëtan Germain de faire parler son soulier d'or à la 8e minute (3-0).

Les merveilles de Tilsley, la folie de Dauger

Indisciplinés, à l'image du premier acte réalisé contre l'ASM, les Catalans subissaient également les impacts face aux individualités bayonnaises (Maqala, Bogado...). Au quart d'heure de jeu, Germain concrétisait cette domination par un nouveau coup de pied (6-0).

Et si Tedder réduisait l'écart quelques minutes plus tard (6-3), Perpignan ne parvenait pas à porter le danger dans les 22 mètres adverses... Jusqu'à la 34e minute. Grâce à un travail préalable de ses avants, le centre Georges Tilsley, servi dans un fauteuil, jouait aux auto-tamponneuses avec Maxime Machenaud et s'en allait marquer le premier essai de la partie (6-10). Premier coup de froid sur Jean-Dauger, jusque-là en fête.

Le deuxième ne tardait pas. Tilsley, encore lui, faisait des ravages sur l'aile gauche et servait Lam, qui remettait au trois-quarts centre Taumoepeau, lequel s'écroulait derrière la ligne (6-17 ; 38e). Deux essais en moins de quatre minutes, qui venaient climatiser le stade bayonnais.

Les résultats du multiplex de la 8ème journée de #TOP14 ! ?

Les films des matchs > https://t.co/ieq8rKHQKW pic.twitter.com/ZikU2x6f3F

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) October 22, 2022

Revigorés par la mi-temps, les partenaires de Camille Lopez revenaient sur la pelouse d'un pas décidé. Germain passait deux pénalités coup sur coup, ramenant les siens à quelques longueurs (12-17), alors que Perpignan allait évoluer à 13 contre 15, la faute à des cartons adressés à Acebes et Bachelier.

Solidaires malgré tout, les Sang et Or ne pliaient pas sous les assauts bayonnais. Ils enchaînaient les phases défensives et résistaient malgré la puissance de feu adverse, renforcée par le soutien de supporters qui s'excitaient petit à petit. Il leur fallait attendre l'essai de Cassiem à la suite d'un ballon porté pour exploser (17-17 ; 71e).

Revenus à hauteur et survoltés, les Bayonnais poussaient pour aller chercher la gagne. Elle arrivait avec la percée de Camille Lopez, s'arrachant du plaquage de Taumoepeau, avant que la balle ne retombe dans les bras de Germain. L'arrière concluait en allant à dame, puis en transformant son propre essai (24-17 ; 76e), permettant aux siens de reprendre l'avantage dans les toutes dernières minutes.

Malgré un nouveau coup de pied réussi par Tristan Tedder (24-20 ; 79e), et une tentative de relance osée depuis son en-but sur la dernière action, Perpignan s'inclinait sur le fil, dans l'ambiance de fête de Jean-Dauger. Les Bayonnais, eux, ajoutaient un autre nom à leur tableau de chasse maison. Celui d'un concurrent annoncé pour le maintien. Sur leurs terres, les Basques sont toujours invaincus.