Icon Sport

Le temps de l’émancipation pour Perpignan ?

Le temps de l’émancipation pour Perpignan ?
Par Rémy Rugiero via Midi Olympique

Le 26/12/2021 à 14:09Mis à jour

TOP 14 - L’USAP a démontré une force de caractère indéniable à Aimé-Giral. Un argument de poids pour rivaliser avec les Tarnais.

Si le chemin sera encore long et sinueux, l’Usap aborde ce rendez-vous avec conviction, dans cette quête du maintien toujours aussi palpitante. Et dans ce type de combat sur la durée, où la moindre faille peut vous flanquer une panique contraignante jusqu’à vous ôter toute confiance nécessaire, être armé d’arguments indissociables d’une telle épreuve préserve de biens des déceptions. Patrick Arlettaz avait évoqué récemment avoir "adoré cette mentalité" tout en démontrant que ses garçons pouvaient "prendre leur destin entre leurs mains" après le succès arraché aux forceps face à Clermont.

Une aubaine parmi une concurrence qui fourbit également ses armes et dont il s’agit de s’accaparer plus que jamais les codes pour la suite. Tom Ecochard, le demi de mêlée catalan en convient plus que jamais, lui qui aura tout connu ou presque au sein du club Sang et Or précise : "Notre groupe a un vécu, nous avons appris de nos erreurs depuis la relégation. L’effectif est armé pour nous apporter de l’expérience et cela se traduit à des moments charnières depuis le début de la saison." Notamment à Aimé-Giral, où les prouesses mentales se sont succédées.

Ne pas s’interdire d’être ambitieux

Non seulement, par des résultats encourageants dans le contenu, mais aussi dans les comportements globaux où l’Usap aurait mérité d’autres fortunes, le contexte est propice à une transformation d’envergure. Le cheminement le plus implacable dans l’absolu, qui vous confère des aptitudes à même de chambouler une saison. Tom Ecochard rebondit : "On reste dans le coup, car il y a une remise en question perpétuelle qui s’établit. Nos adversaires font le job, donc aucun relâchement ne sera autorisé. Le calendrier qui nous est proposé est très intense. On fera le point après ces duels." Et ne surtout pas céder à un jeu minimaliste, en n’hésitant pas à surprendre les plus sceptiques tout en gardant une ligne de conduite profitable, il rajoute : "Pas mal de gens nous disent que ce que nous proposons est cohérent. Tant mieux, mais cela ne sera pas suffisant. On aimerait faire encore plus." Des atermoiements qui n’ont pas ébranlé pourtant Perpignan, une étape supplémentaire vers l’émancipation ?

Castres, comme révélateur

Dans cette période festive et singulière par sa proximité, l’Usap abattra une carte importante avec la réception des Tarnais dans l’optique de s’affranchir davantage. Des visiteurs réputés pour des considérations que n’éludent aucunement Tom Ecochard : "Castres, c’est très fort dans le jeu au sol, pour faire déjouer une équipe. Il ne faut pas les réduire à ces spécificités, même si on connaît leurs qualités et leur rugby. Le CO n’est pas placé parmi les meilleures formations du Top 14 chaque année par hasard. On se prépare en conséquence, en sachant ce qui nous sera proposé. Et puis le fait que le stade soit plein, devant nos familles, l’envie de faire un grand match ne sera que décuplé." De quoi aiguiser l’appétit à cette période disposée à bien des réjouissances, car il sera question aussi de cela, comme quand Patrick Arlettaz l’appelait de ses vœux, à savoir s’exonérer d’un dernier passé en Top 14 infructueux et verser définitivement sur une forme de légitimité. Toute la cathédrale d’Aimé-Giral n’attend que cela.

Contenus sponsorisés