Icon Sport

Garbajosa : "Les Toulousains et les Rochelais ne doivent surtout pas refuser le combat"

Garbajosa : "Les Toulousains et les Rochelais ne doivent surtout pas refuser le combat"
Par Midi Olympique

Le 11/06/2022 à 17:11Mis à jour

TOP 14 - L’ancien toulousain et rochelais, Xavier Garbajosa, connaît les deux barragistes par cœur. Il annonce un duel entre deux formations dont les visions à long terme forgent une culture club et préfigure un nouveau «clasico» dans les prochaines saisons.

Ce match de barrage entre le Stade toulousain et La Rochelle est-il en passe de devenir un "Clasico" ?

Oui, c’est une évidence. En étant passé par La Rochelle pendant quelque temps, j’ai le sentiment que ce club, saison après saison, est en passe de poser, pierre après pierre, un projet solide. Le titre de Champion d’Europe, récompense suprême, est d’ailleurs venu matérialiser tout le travail effectué. Pour bien connaître la maison, c’est tout de même un projet de longue haleine, qui, sans faire trop de bruit, sans se précipiter, a su prendre le temps de construire des fondations solides.

À tout dire, j’ai même le sentiment que c’est un projet similaire à celui du Stade toulousain : avec une formation très forte, un pool d’entraîneurs qui ont porté le maillot de ce club. Pour moi, ce sont aujourd’hui les deux clubs qui trustent le haut de l’affiche et qui font souvent figure de favoris dans ce championnat.

Dans les oppositions récentes entre les deux clubs, il existe un fort avantage pour le Stade toulousain. Ce titre de champion d’Europe décroché par les joueurs de Ronan O’Gara est-il de nature à décomplexer les Rochelais ?

Jusqu’à ce titre, les Rochelais avaient accumulé les défaites en finale. Trois revers à l’instant de grimper la dernière marche, ça faisait beaucoup. Cette finale de Champions Cup, il fallait absolument la remporter pour casser cette dynamique et ce doute qui aurait pu s’installer de manière nocive. Jusque-là, La Rochelle était toujours placée, mais jamais gagnante. Ce titre, c’est ce qui leur a permis de briser le plafond de verre qui était au-dessus de leur tête. Je crois donc que pour eux, c’est une véritable libération psychologique. Et c’est capital dans le cadre de la croissance du club.

Contenus sponsorisés