Icon Sport

Castres fait la loi à Aguiléra, Biarritz officiellement relégué en Pro D2

Castres fait la loi à Aguiléra, Biarritz officiellement relégué en Pro D2

Le 30/04/2022 à 18:46Mis à jour Le 08/06/2022 à 14:20

TOP 14 - Froid d’efficacité, le Castres olympique s’est imposé avec brio sur la pelouse du Biarritz olympique (13-48), lors de cette 24e journée. Manquant de consistance dans leurs initiatives, les Basques se voient officiellement relégués en Pro D2 à deux journées du terme de la saison régulière. Le CO renforce une position privilégiée en vue de la phase finale (3e).

Une petite saison et puis s’en va. Avec 11 défaites sur les douze dernières journées de Championnat, Biarritz, secoué tant sur le plan sportif qu’en dehors, espérait retarder un peu l’échéance de sa redescente annoncée à l’échelon inférieur. Avec 11 points de retard sur Perpignan, barragiste provisoire (13e), les hommes de Matthew Clarkin avaient besoin d’une victoire impérative face à Castres, écurie en forme sur ses dernières sorties, pour prétendre à un miracle en cette fin de saison. La vérité du terrain en a rapidement décidé autrement. Trop solide dans ses fondamentaux, plus puissant, le CO a régné sur le sol basque.

L’entame était pourtant encourageante pour les coéquipiers de Ximun Lucu. Offensif, le BO mettait à la faute les Tarnais (carton jaune pour Champion de Crespigny suite à un plaquage à retardement) et passait devant grâce à la botte de Brett Herron (6-3, 12’). Dès lors, le tableau d’affichage prenait une tournure à sens unique. Malgré l’infériorité numérique, Urdapilleta parvenait à trouver une brèche dans la défense et servait un Filipo Nakosi des grands jours pour filer sous les poteaux (6-10, 15’).

Est venu ensuite le début du show Arata ! Remplaçant la semaine passée, le demi de mêlée uruguayen se muait en perforateur pour déposer 3 défenseurs. Ce slalom fou, exploit individuel, permettait déjà à Castres de faire le break (6-17, 27’). Mettant de l’envie dans ses offensives, mais incapable de se montrer dangereux dans les 22 mètres adverses, le BO manquait plusieurs occasions de réduire la marque par un essai (28’,35’). La sanction arrivait, Arata s’infiltrant encore dans un trou de souris au ras du ruck avant d’offrir l’essai à Combezou, au soutien (6-22, 31’), pour la dernière réalisation avant la mi-temps, celle du bonus offensif côté castrais.

Le gouffre séparant la lanterne rouge des joueurs de Pierre-Henri Broncan, tranchants dans les contre-attaques et dotés d’une défense hermétique, paraissait bien réel. Au retour des vestiaires, le B.O, déjà un pied et demi en Pro D2, prenait un nouvel essai dans l’escarcelle, impuissant face à un CO en mode rouleau compresseur. Après plusieurs temps de jeu, Botitu résistait sur l’aile au plaquage de Stark, et aplatissait, déjà, le cinquième essai des hommes en bleu (6-29, 45’).

Les minutes suivantes, plus équilibrées, ont laissé entrevoir quelques séquences intéressantes des Basques. L’ailier Darly Domvo, partant dans le dos de Herron, inscrivait tout en explosivité le seul essai des locaux (13-29, 53’). Fidèle à sa réputation, Castres remettait le pied sur l’accélérateur dans les dix dernières minutes, sécurisant son bonus offensif. Trois turn-overs, trois essais ! Baptiste Delaporte récupérait dans le camp biarrot et servait parfaitement Palis (13-36, 73’), avant que Filipo Nakosi ne délivre deux offrandes à l’entrant Florent Vanverberghe (13-41, 76’) et à Benjamin Urdapilleta (13-48, 79’), pour parachever la fête castraise à Aguiléra. Biarritz, sur ce nouveau revers cuisant, dit officiellement au revoir au Top 14. Et on n’a peut-être pas fini d’entendre parler de la furia castraise, revenu provisoirement à hauteur de l’UBB (2e, 67 points) !

Contenus sponsorisés