Icon Sport

Jacquet : "Nous ne sommes ni les Barbarians ni une équipe de XIII"

Jacquet : "Nous ne sommes ni les Barbarians ni une équipe de XIII"

Le 14/04/2021 à 10:08Mis à jour Le 14/04/2021 à 11:21

TOP 14 – Semaine de derby dans le Tarn. Le Castres Olympique du deuxième-ligne Loïc Jacquet va recevoir Toulouse avec les honneurs dus à son rang et pas la même préparation.

N’étant pas qualifié pour les phases finales de Coupes d’Europe, votre calendrier est aéré et cela fait près de trois semaines que vous préparez ce derby. Est-ce un avantage ou un inconvénient ?

Cela offre des périodes de repos et d’entraînements qui permettront de la fraîcheur mais cela peut aussi constituer un handicap en termes de rythme. Notre staff et les prépas essaient de s’adapter. On a aussi fait un affrontement avec les Espoirs ce mardi mais rien ne remplace la compétition. D’autant que notre adversaire Toulouse sortira de deux weekends de suite de haut niveau européen.

Ce même calendrier vous fait recevoir en cette fin de saison des candidats à la qualification avec les Rouge et Noir de Toulouse, Lyon et Toulon. Est-ce avantageux ?

C’est toujours agréable de recevoir par rapport aux repères. Mais quand on joue dans un stade vide sans nos supporters, il manque un truc. Il n’y a jamais eu autant de défaites à domicile que cette saison donc ce n’est plus un atout majeur. C’est même presque plus de pression. Et puis, eu égard à la situation compliquée dans laquelle nous étions en décembre avec des cas covid et un classement difficile, on veut comptablement assurer notre maintien, l’objectif qu’on s’était fixé. Tant mieux si la réception de Toulouse nous le permet avant de regarder vers le haut.

TOP 14

TOP 14Icon Sport

On vous voit prendre de plus en plus d’initiatives dans le jeu, notamment derrière. Comment l’expliquer ?

Les avants ont réussi à mettre quelques fois nos trois-quarts dans de bonnes conditions. Ils sont en pleine confiance et prennent plaisir à jouer et se lâcher sur quelques coups. C’est le but. Après, il ne faut pas tomber dans le hourra rugby. Il faut aussi préciser qu’en début de saison, nous n’étions pas dans une dynamique et avec un classement nous permettant d’envoyer beaucoup de jeu.

" Ce fut un grand Toulouse au Munster "

Alors que des observateurs vous cataloguaient comme des "pénibles" en début de saison, ce jeu plus offensif est-il une forme de réponse ?

Le but reste de gagner. Peu importe les étiquettes des uns et des autres. En 2018, nous sommes champions alors que tout le monde nous réduit à un jeu pas très ouvert. Il y a des saisons, des matches et des contextes où nous sommes un peu plus obligés de fermer le jeu et d’autres où l’on peut se permettre d’ouvrir davantage. Nous ne sommes ni les Barbarians, et on le revendique, ni une équipe de rugby à XIII. On essaie de trouver un juste milieu.

Qu’avez-vous pensé des performances toulousaines en Champions Cup ?

Le match au Munster a davantage été impressionnant car rivaliser sur leur terrain dans le combat avant de leur imposer leur jeu, il faut le faire. Ce fut un grand Toulouse. A Clermont, les conditions climatiques et la sortie prématurée de Camille Lopez ont proposé autre chose comme scénario.

" Castres et Toulouse, ce n’est pas la même mentalité "

Quand on affronte les Stadistes, quel est le secteur à côté duquel il est interdit de passer à côté ?

Tous ! Pour être invité contre l’une des meilleures équipes d’Europe, il faut être complet. Il faut réaliser le match parfait afin de se hisser au niveau d’une top équipe comme celle-là.

Les Toulousains ont annoncé après le Munster qu’ils seraient obligés d’envoyer les Espoirs à Castres à cause des nombreuses blessures et du calendrier. L’intox fonctionne encore en 2021 ?

Ils n’enverront pas les Espoirs (rires). Ils feront peut-être souffler quelques éléments mais nous nous préparons à toutes les compositions et tous les scénarios.

Top 14

Top 14Icon Sport

Malgré les années, ce derby Castres - Toulouse a toujours une saveur à part...

Il y a toujours eu des paroles et des anecdotes entre ces deux clubs. (Une pause) L’une des plus flagrantes est qu’en 2018, lorsque nous avons été champions, notre plus grand bonheur a été de faire vivre à nos supporters la folie du parcours vers le Bouclier et le titre. Les Toulousains en 2019, leur plaisir a été d’effacer le nom du Castres Olympique du Brennus. Ce n’est pas la même mentalité.

Contenus sponsorisés