Icon Sport

Sinzelle : "Cette fin de match ne doit pas nous échapper"

Sinzelle : "Cette fin de match ne doit pas nous échapper"

Le 26/10/2020 à 08:58Mis à jour Le 26/10/2020 à 09:03

TOP 14 - Auteur de son premier essai de la saison dimanche soir face à l'Union Bordeaux-Bègles (20-6), l'arrière du Stade Rochelais Jérémy Sinzelle s'est présenté en conférence de presse avec un sentiment d'inachevé. Il y avait la place pour une victoire bonifiée.

Jérémy, à chaud, vous préférez voir le verre à moitié vide ou à moitié plein ?

Il y a eu de bonnes choses. C'est quand même une belle victoire. Après, victoire bonifiée ou pas, on était trop imprécis pour pouvoir prendre les 5 points.

Ce n'était pas l'impression laissée à la pause, après 40 minutes de très bonne facture.

On fait un retour de seconde mi-temps assez moyen. On met beaucoup de jeu au pied, il commence à pleuvoir, on ne joue plus du tout notre rugby… On a peut-être perdu un peu le fil à ce moment de la partie même si, après, on revient bien. On a quand même une balle pour prendre le bonus, à la fin. Un excès de confiance ? Je ne pense pas. À l'entraînement, il faut que l'on soit un peu plus précis, que l'on gomme ces petites erreurs pour être plus précis le jour du match. Aujourd'hui, c'est un peu ce qui nous manque.

Votre manager Jono Gibbes disait pourtant dans la semaine qu'il avait senti le groupe vraiment appliqué et concerné avec ce choc.

Ah oui, oui. Dans l'état d'esprit, top ! Vraiment top. Après, les petits détails, les finitions, ça commence la semaine à l'entraînement. Il faut vraiment être précis du début à la fin. Et ce n'est pas le cas en ce moment.

" Près des lignes, à la fin du match, on est un peu impatient. On veut vite marquer. Quand on n'y arrive pas, c'est là où, souvent, on balbutie notre rugby"

La Rochelle confirme sa solidité défensive. Toujours aucun essai encaissé à Deflandre, cette saison.

On est bien en place défensivement. Ça, par contre, on le travail beaucoup. Donc on le ressent le week-end. Sur le jeu sans ballon, c'est bien, on est en place avec les nouvelles règles qui favorisent les grattages pour la défense. Mais il y a aussi d'autres points au niveau du rugby qu'il faut améliorer. Notamment avec le ballon.

Malgré tout, vous marquez deux beaux essais dans le jeu. Vous êtes capables de faire de belles actions, comme sur le mouvement qui conduit à votre essai.

Ça a toujours été la marque de fabrique du Stade Rochelais. Le jeu après contact, et tout. Ça fait quelques années que ça dure et on le travaille toujours. Mais ce que je veux dire, c'est que près des lignes, à la fin du match, on est un peu impatient. On veut vite marquer. Quand on n'y arrive pas, c'est là où, souvent, on balbutie notre rugby.

Vous êtes leader du Top 14 à l'issue de cette 6e journée. Quelle valeur y accordez-vous ?

[Il souffle] On a joué cinq matches, il n'y a pas trop de quoi s'enflammer. C'est bien. Mais franchement, on n'y a pas pensé du tout. Le week-end prochain, on va à Pau. On va recevoir Clermont, le championnat est encore long…Donc c'est un bon début, avec cinq premiers bons matches, mais il y a encore du chemin.

" On attend beaucoup de nos avants […] Au bout d'un moment, c'est à nous les trois-quarts de prendre le relais. On ne le fait pas très bien en ce moment"

Comment avez-vous trouvé vos avants ? Notamment en première mi-temps, marquée par un très gros combat entre les deux packs

Cela fait trois, quatre matches que devant, on rivalise avec l'équipe adverse. On est très costaud, on défend bien les ballons portés, il y a une grosse activité des avants. En ce moment, ils sont en forme, il faut en profiter. Et, justement, je trouve que, derrière, on ne joue pas assez après nos avants. On attend beaucoup de nos avants, comme à la fin du match où l'on fait huit temps avec les avants sans que les trois-quarts ne touchent le ballon. Ce sont des petits détails mais, ça, il faut arriver à le travailler à l'entraînement. Au bout d'un moment, c'est à nous les trois-quarts de prendre le relais. On ne le fait pas très bien en ce moment. De temps en temps, il faut que l'on arrive soulager les avants.

Vous êtes quand même à 120 points en trois matches. Offensivement, vous arrivez à mettre des choses en place.

Oui, on marque pas mal d'essais. Quelques-uns en première main. Sur deux trois temps de jeu, on arrive à retrouver une structure. Mais quand on doit multiplier les temps de jeu, on s'y perd un peu. Alors, il n'y a pas que du négatif, hein. Mais cette fin de match ne doit pas nous échapper. Aujourd'hui, c'est le cas. Dans le temps, il faut améliorer ces points-là et saisir les opportunités quand elles se présentent. Ce soir, tout en respectant Bordeaux, il y avait l'opportunité de prendre 5 points. On l'a fait à Bayonne. On l'a fait contre Castres. Ce soir, raté…

Estimez-vous la marge de progression encore importante ? Où situez-vous le Stade Rochelais en ce moment ?

Je ne sais pas…3/10 ! Non, je plaisante. Bien sûr, il y en a encore sous le pied. Il faut travailler encore physiquement et collectivement. Là, on va perdre Lep's (Levani Botia, NDLR). On a déjà perdu Greg Alldritt et Arthur Retière, avec les Bleus. C'est la période un peu compliquée qui arrive, avec les doublons. À nous de continuer sur cette belle lancée car c'est plutôt bien. On s'appuie beaucoup sur la même équipe depuis quelques temps. Là, on va voir comment on va réagir en perdant des cadres. On a les mecs pour compenser, il n'y a pas de soucis, mais il faut retrouver les automatismes pour jouer ensemble et être bien le jour du match.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés